Vivaction, un opérateur sur tous les fronts

le 06/12/2005, par Olivier COREDO, Fibre optique, 732 mots

Mr Richard Marry, PDG et fondateur de Vivaction, nous présente son activité d'opérateur IP, encore peu médiatique.

Vivaction, un opérateur sur tous les fronts

R&T : Qui est Vivaction ? La Société existe depuis 1995. A l'époque, nous nous appelions Intelnet et proposition de la téléphonie en Groupement Fermé d'Utilisateurs. En 2000, nous avons racheté Corail Télécoms. La marque Vivaction est issue de trois rachats : Intelnet, First Telecom et Telecom Partners, opérateur pionner de l'IP centrex. Nous fournissons des services télécoms aux entreprises de taille moyenne. Nous sommes un opérateur télécoms doté d'une licence L 33-1 et interconnecté au réseau de France Télécom. Nous avons donc nos propres infrastructures de commutation et nos propres ressources de numérotation. Nous disposons d'un préfixe de portabilité. Nous avons des points de présence à Paris, Lille, Lyon et Marseille. Nous sommes un interlocuteur unique qui peut répondre à l'ensemble des besoins télécoms d'une entreprise. Nous gérons d'ores et déjà 6000 à 6300 entreprises française. Nous avons deux objectifs : harmoniser nos différentes marques rachetées et nous positionner très fortement sur la ToIP. Vivaction c'est 70 salariés, 16 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2005 et un objectif de 22 millions d'euros en 2006. Nous sommes organisés par métiers : entreprises, vente en gros, international. De plus en plus, nous développons nos activités au Maghreb et en Afrique. Nous ouvrons un bureau à Casablanca. R&T : Quelle est votre offre ? Notre offre « tradition » est composée de la téléphonie traditionnelle (préselection), de services datas (offre haut débit packagée, securité, mails, hébergement) et d'une offre de mobilité (puce basculant sur le réseau de Bouygues Télécoms pour les appels locaux et nationaux, et sur le réseau de Vivaction pour les appels vers l'international). En data, nous collectons le trafic à travers le réseau de Neuf Cegetel sur nos serveurs Cisco situés à Courbevoie. Nous disposons de notre propre espace pour nos switchs et nos serveurs applicatifs. Nous sommes interconnectés à France Télécom sur 18 plaques adsl. Notre backbone est multiopérateurs. Ensuite, nous avons un pack « évolution », solution de ToIP pour les entreprises. Nous leur proposons de migrer leurs infrastructures existantes sur la ToIP, via des passerelles IP. Nous disposons aussi d'une offre IP Centrex depuis 3 ans, mais nous ne misons pas totalement dessus. L'IP centrex est valable dans le cas de renouvellement de PABXè, ou bien pour les entreprises multisites, la création d'entreprises ou les professions libérales. C'est une niche. Nous avons déjà 1400 sites déployés. Pour finir, nous avons une offre IP mobilité, intégrant un téléphone GSM/Wifi. Nous ne touchons pas au forfait de l'entreprise. Nous fournissons un PDA Qtek 9100, paramétré avec un softphone Vivaction (mySIP), qui bascule soit sur le réseau GSM, soit sur le réseau Wifi. L'offre vient de sortir, et comptons déjà une trentaine d'utilisateurs. Elle sera poussée en 2006. Après, nous commercialisons des solutions métiers : pour les Call center off-shore (Tunisie, Maroc, Algérie, Sénégal, Bénin, Mali), nous avons fourni à 42 centres d'appels des solutions télécoms clé en main. Nous sommes opérateur et intégrateur. Dans le secteur des hôpitaux et de l'hôtellerie, nous proposons des packs filaire, data et Internet haut-débit dans les chambres. Nous avons équipé ainsi une centaine d'hôtels Envergure en CPL. Nous renforçons le secteur des points de vente avec des packs globaux IP. Enfin, nous continuons sur le secteur de la vente en gros. Nous adressons les zones géographiques Maghreb et Afrique noire et maîtrisons les solutions VoIP internationales. Nos routes, à forte QoS, sont proposées aux traders du marché. Nous fournissons les plus gros opérateurs ! R&T : Pouvez-vous rester longtemps indépendant ? Tout dépend de notre ambition. Si notre but est de faire du « triple play », alors oui il est difficile de rester indépendant. Ce n'est pas notre cas ! Nous adressons 8 à 10 000 entreprises en France et à l'étranger, nos partenaires financiers sont fiables. Nous sommes une entreprise classique positionnée sur le secteur des télécoms. Depuis dix ans, nous sommes plutôt précurseur et rachetons des entreprises. Nous serons acheteur de sociétés pour leur parc clients ou leur savoir faire technologique. Un intégrateur nous intéresserait... Nous avons des fonds propres et des banques qui nous suivent. R&T : La communication est votre point faible ? Parfois la communication représente un énorme intérêt mais parfois il ne faut pas trop faire d'effet d'annonce. Aujourd'hui nous sommes une entreprise structurée et disposons de solutions complètes et fiables. Nous reprenons la communication. Nous avons recruté pour renforcer nos équipes de com/marketing. C'est un axe prioritaire de développement. Notre réseau de distribution nous demande un très fort accompagnement marketing.

L'Allemagne veut la fibre partout d'ici 2025

Le gouvernement allemand a adopté sa «Stratégie numérique 2025», le prochain grand projet de réforme pays, a rapporté le Süddeutsche Zeitung . C'est ce qu'a confirmé le n°2 du gouvernement, Sigmar Gabriel...

le 21/03/2016, par Didier Barathon, 546 mots

Fibre ou Gfast : le patron de Deutsche Telekom s'en prend au...

Le Pdg de Deutsche Telekom PDG appelle à moins de réglementation sur la montée en débit du cuivre. Une série de déclarations fracassantes contre le régulateur allemand, mais prononcées à Londres. Tim...

le 03/12/2015, par Didier Barathon, 368 mots

Comment déployer une BLOM en aérien pour les zones rurales ?

Pour les zones peu denses, le déploiement du très haut débit par les voies hertziennes est une option très prisée des collectivités locales. Il faut néanmoins réunir des conditions draconiennes, juridiques et...

le 27/11/2015, par Didier Barathon, 464 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »