VMware casse les prix de vSphere 4.1 - Actualités RT Convergence

VMware casse les prix de vSphere 4.1

le 15/07/2010, par Serge Leblal avec IDG NS, Convergence, 953 mots

VMware réduit de moitié le prix de sa solution de virtualisation destinée aux petites et moyennes entreprises, vSphere 4.1, et change son mode de facturation pour éviter des frais inutiles à ses clients.

VMware casse les prix de vSphere 4.1

Alors que ses concurrents Microsoft et Citrix ont amélioré leurs parts de marché sur le marché de la virtualisation en menant campagne contre les prix pratiqués par VMware, l'éditeur de Palo Alto affirme de son côté que le retour sur investissement permis par ses produits justifie un coût de licence plus élevé. Toutefois, pragmatique, VMware baisse le prix de ses produits d'entrée de gamme, la semaine où Microsoft organise sa conférence mondiale partenaires (WPC) à Washington.

Ainsi pour vSphere Essentials, le ticket d'entrée de la plate-forme de virtualisation maison, coûte désormais 495 $ pour six processeurs (soit une baisse de 995$), ou 83 $ par CPU. L'éditeur change donc le modèle de tarification de ses produits de supervision en ne prenant en compte que les machines virtuelles actives et non plus les processeurs. Ces changements de prix coïncident avec l'arrivée de sa plate-forme vSphere 4.1. Serge Robe, directeur marketing PME Europe chez VMWare explique à cette occasion que l'éditeur ambitionne de rendre sa technologie de virtualisation plus accessible aux petites et moyennes entreprises, notamment avec le programme VMWare Go 1.5 qui permet de tester la solution de l'éditeur.

« La question est de savoir pourquoi cela a demandé tant de temps [la baisse des prix]», souligne Laura Didio, analyse chez Technology Intelligence Corp (ITIC). « La réponse est qu'ils pouvaient se permettre d'attendre, car ils avaient une très grande avance sur tous les autres acteurs du marché. Ils ont été en mesure de surfacturer, tant que les utilisateurs ne rouspétaient pas." VMware, qui a toujours considéré que ses plus gros clients ne le lâcheraient pas, a pu maintenir des prix élevés. Il y a deux ans, l'éditeur avait pourtant opéré une petite révolution en offrant gratuitement son hyperviseur ESXi. La reconnaissance que la virtualisation devenait une simple commodité et que la vraie valeur pour les clients était du côté de la gestion des environnements virtualisés.

La baisse de prix opérée cette semaine, de 995 $ à 495 pour vSphere Essentials, a été précipitée et fait suite à une promotion proposée depuis plusieurs mois par VMware. vSphere Essentials comprend l'hyperviseur et des outils tels que le thin provisionning pour le stockage, mais pas de fonctionnalités avancées comme la migration en temps réel. « Nous avons testé cette promotion ces quatre derniers mois  et nous avons été très agréablement surpris par les résultats », explique Bogomil Balkansky, vice-président marketing produit chez l'éditeur de Palo Alto. « Il s'avère que 500 $ est un peu ce chiffre magique qui ne nécessite pas de passation de marché. La grande majorité des administrateurs ou des gestionnaires de centre de calcul peuvent justement acheter un outil à ce prix sans passer par un long cycle d'approvisionnement. L'augmentation de volume a été très importante, nous avons donc décidé de transformer ce test en promotion permanente. "

Illustration : D.R.


Par ailleurs, VMware passe à une tarification par VM pour la gestion de ses produits, tels que Site Recovery Manager et AppSpeed, en réponse à la demande des clients,
explique Bogomil Balkansky. Dans le cas d'une reprise après sinistre, les clients se demandaient pourquoi ils devaient payer pour protéger toutes les VM sur un processeur alors que seules certaines machines virtuelles étaient considérées comme critiques. Même avec cette souplesse, Bogomil Balkansky estime que la facturation réelle des clients - avec le modèle de tarification par VM - sera grosso modo la même que précédemment.

VMware baisse également le prix de son service Motion, qui permet de transférer une charge de travail d'un serveur à un autre sans avoir besoin de redémarrer, en ajoutant la fonction à vSphere 4.1. Les deux solutions qui recevront vMotion sont Essentials Plus, qui coûte 583 $ par processeur, ou 3495 $ pour six CPU;
et Standard, qui coûte 995 $ par processeur et 6.000 $ environ pour six
puces. « Nous avons voulu démocratiser une fonction clef en intégrant la version complète de vMotion à ces packs », explique Serge Robe.

VMware ne va pas jusqu'à baisser le prix de ses solutions haut de gamme, notamment la plus couteuse Enterprise Plus. Cette version est toujours vendue 3.495 $ pour un seul processeur et intègre la tolérance aux pannes, la récupération de données, le commutateur virtuel Cisco Nexus 1000V, et de nombreuses autres fonctionnalités.



vSphere 4.1, qui est maintenant disponible, est présentée comme la meilleure solution pour bâtir un cloud car elle permet une plus grande évolutivité et assure de meilleures performances. Comme les versions précédentes, vSphere 4.1 permet la construction de clusters qui peuvent être gérés comme une entité unique, mais ces groupes peuvent maintenant inclure jusqu'à 3000 machines virtuelles, soit le double de la précédente mouture. VMware promet également des migrations live jusqu'à cinq fois plus rapides, mais cela dépend essentiellement de la mise à niveau de clients qui doivent passer du Gigabit Ethernet au 10 Gigabit Ethernet. Chaque migration live  prend environ deux minutes, selon Bogomil Balkansky.

Un des objectifs de VMware consiste à assurer le contrôle non seulement sur le marché des serveurs, mais également sur celui du stockage et du réseau. «Historiquement, nous avons probablement causé une certaine tension entre les équipes serveurs et stockage », explique encore Bogomil Balkansky. À partir de vSphere 4.0, VMware a tenté de donner aux administrateurs de serveurs une meilleure visibilité sur l'administration du stockage. Aujourd'hui, l'éditeur améliore les performances de vMotion, qui déplace des VM d'un réseau de stockage physique à un autre, en déchargeant de cette tâche le serveur au profit des baies de stockage avec Storage I/O Control et Network I/O Control. Alors que VMware est historiquement axé sur les serveurs, le vice-président marketing prédit que les prochaines éditions de vSphere se concentreront sur la fourniture de « capacités analogues dans le stockage et le réseau. »

Juniper et Lenovo préparent une solution commune d'hyperconvergence

Lenovo ajoute une troisième corde à son arc, après les PC, puis les serveurs, voici les datacenters et les solutions d'hyperconvergence. Une annonce faite la même semaine que celles de HP qui ambitionne de...

le 14/03/2016, par Chris Joueur / IDG News Service (adapté par Didier Barathon), 380 mots

Cisco annonce une nouvelle solution de connexion pour l'Internet des...

Cisco Live Europe s'est tenu un mois après le sommet de Davos, rien de commun entre les deux, sauf le thème de la transformation digitale. Toutefois, celle-ci paraît difficile à engager pour beaucoup...

le 19/02/2016, par Zeus Kerravala / IDG News Service (adapté par Didier Barathon), 681 mots

Pourquoi les clients de VCE ne doivent pas avoir peur de la fusion...

Le rachat d'EMC et de ses filiales par Dell en 2015 pour la somme colossale de 67 milliards de dollars laisse place à plusieurs interrogations. La principale concerne, dans le domaine de l'infrastructure, la...

le 29/01/2016, par Zeus Kerravala / Network World (adapté par Didier Barathon), 523 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »