Test Google Nexus 7 : le Père Noël avant l'heure

le 29/11/2012, par Serge LEBLAL, Terminaux et Systèmes, 617 mots

Si Google semble aujourd'hui tirer le meilleur parti de la Nexus 7, la tablette est fabriquée par Asus. Bonne surprise, le géant taïwanais a créé une des deux meilleures tablettes Android à ce jour.

Test Google Nexus 7 : le Père Noël avant l'heure

 Fabriquée par Asus pour Google, la tablette Nexus 7 est aujourd'hui disponible avec 16 ou 32 Go de mémoire flash sans possibilité d'extension. Nous avons testé la version 16 Go animée par Android 4.2.1, une mise à jour qui vient d'être proposée aux utilisateurs de la tablette de Google (voir encadré).  Accusant un poids de 340 grammes sur la balance, la Nexus 7 est légèrement plus petite qu'un livre. La tablette est facile à prendre en main, même avec une seule main ce qui est impossible avec un iPad ou une Galaxy Tab 10 pouces. Ces dernières sont en effet beaucoup trop lourdes. Le design est sobre et tranche suffisamment avec celui de l'iPad pour revendiquer sa propre identité. On note l'absence de bouton physique, comme sur les smartphones Android, au profit de  3 touches tactiles pour revenir en arrière, afficher le bureau principal ou lister les applications actives. Le dos du terminal est composé d'une texture caoutchoutée, semblable à du cuir,  avec de petits points perforés. Le résultat est à la fois très agréable au toucher et empêche les doigts de glisser.

A la différence de certains constructeurs de tablettes Android qui cherchent à diminuer les coûts de fabrication en rognant sur la qualité de l'écran tactile - la pièce la plus onéreuse du terminal -  le Nexus  7 bénéficie d'une dalle 7,6 pouces de qualité affichant 800 x 1280 pixels. Malgré le prix serré de la tablette de Google (à partir de 199€), les couleurs sont précises et les images nettes. Les pages web défilent finement. Même l'affichage sur les bords de la tablette reste précis. On est toutefois encore loin de la qualité proposée par les écrans Retina d'Apple, mais Google et Asus ont fait le bon choix pour leur petite tablette. Surtout à ce prix.

Mise à jour Android sans délai

Le Nexus 7 est un des premiers terminaux Android livrés avec Google Android 4.2. Cet OS est une évolution du précédent système d'exploitation, pas de grande révolution donc, mais des ajustements bienvenus (voir encadré). Architecturé autour d'une puce Nvidia Tegra 3 quatre coeurs à 1,2 GHz épaulée par 1 Go de RAM, le Nexus 7 offre une puissance de feu comparable aux tablettes haut de gamme d'Appel ou de Samsung. Le multitâche fonctionne bien même si on arrive à saturer la plate-forme en empilant les applications en arrière-plan. Certains petits utilitaires bien pratiques permettent heureusement de faire le ménage d'un coup de baguette magique. L'ensemble des applications que nous avons testé ont bien fonctionné avec cette Nexus 7.

Il n'y a pas de modem 3G (...)

Il n'y a pas de modem 3G optionnel sur le Nexus 7, donc pour naviguer sur le web, il est nécessaire d'être dans une zone WiFi ou de se connecter à un smartphone. Le terminal  Nexus 7 possède un capteur photo 1,2 mégapixel capable d'enregistrer des vidéos en 720p. La qualité de la vidéo est moyenne, mais parfaitement suffisante pour des appels Skype, mais pas assez bonne pour enregistrer des présentations ou des événements. Un dernier mot sur l'autonomie. La batterie d'une puissance de 16 Wh (16,7 Wh pour l'iPad mini) permet de surfer pendant 6 heures et de regarder des vidéos (sans WiFi) pendant la même durée.



Très attendue à la sortie, cette petite tablette est finalement une des très bonnes surprises de cette fin d'année et cerise sur le gâteau, il n'est pas nécessaire d'attendre la certification des partenaires pour bénéficier des dernières mises à jour de Google Android.


Dimensions : 198,5 x 120 x 10,5 mm, 340 g
Affichage : 800 x 1280 pixels, 7,6 pouces dalle LCD IPS
OS : Android 4.2
Processeur: Nvidia Tegra 3 quad-core 1,2 GHz, 1 Go de RAM
Stockage: 16 Go
Connecteur : micro USB
Prix: 199 €

Android 4.2, un effort pour améliorer la réactivité des terminaux

Avec Android 4.2.1 Jelly Bean (ex Key Lime Pie), disponible pour les terminaux Nexus 4, 7 et 10, Google a travaillé la réactivité et la fluidité de son OS mobile et ajouter certaines fonctions multimédias comme le wireless display. Cette dernière permet d'afficher le contenu de son terminal en mode miroir sur une TV compatible.

Comme sur un PC ou un Mac, il est également possible de définir des comptes utilisateurs pour personnaliser une tablette avec les widgets et les applications de son choix. Les notifications ont été améliorées avec une personnalisation des alertes. Et en touchant son terminal Jelly Bean contre un autre, il est possible de transférer les données affichées sur l'écran.

La gestion des widgets a été revue pour faciliter leur placement avec notamment un redimensionnement automatique pour s'adapter à la taille de l'écran. Enfin, le clavier numérique, qui est un des points faibles d'Android,  propose une meilleure analyse prédictive des mots pour assister la rédaction de message. Signalons pour conclure que le bug de la disparition du mois de décembre dans l'agenda a été réglé avec la mise à jour 4.2.1.

BlackBerry envisage de céder son activité messagerie

Le 12 août dernier, BlackBerry annonçait la création d'un comité spécial pour trouver une stratégie de survie. Vente 

le 28/08/2013, par D.B., 125 mots

Le clavier reste exigé avec les tablettes tactiles

Selon le cabinet Forrester, deux tiers des professionnels veulent un vrai clavier avec leurs tablettes tactiles. La tablette tactile comporte normalement un clavier virtuel sur l'écran lorsqu'il est nécessaire ...

le 26/08/2013, par Bertrand LEMAIRE, 207 mots

Smartphone sous Ubuntu : échec du financement du projet

La campagne de levée de fonds pour produire le smartphone Edge sous Ubuntu n'a pas abouti Canonical n'a pu réunir que 13 millions de dollars auprès des internautes alors qu'il  comptait sur 32 millions de dolla...

le 23/08/2013, par Véronique Arène avec IDG News Service, 339 mots

Dernier dossier

Le software-defined security (SDS) convient aux environnements virtualisés

Avec le SDS (software-defined security), la détection d'intrusion, la segmentation du réseau, les contrôles d'accès sont automatisés et contrôlés par le logiciel. Le SDS convient plus particulièrement aux environnements informatiques dépendants du cloud computing et des infrastructures virtualisées. Il prend en compte chaque nouveauté dans l'enviro...

Dernier entretien

Exclusif

Michael Dell, CEO de Dell

"Le SDN c'est aussi pour les ETI et les PME"