Comment le cloud hybride est-il sécurisé ? - Le cloud hybride, 1er préoccupation des entreprises - RT Cloud / Virtualisation

Le cloud hybride, 1er préoccupation des entreprises

Dossier par Marus Branscombe, CIO, 475 mots

Le cloud hybride est l'un des grands sujets de l'année pour les cadres dirigeants. Selon une étude d'Avanade 75% d'entre eux le citent comme étant le principal domaine d'intérêt pour leur entreprise cette année et 72%  prévoient d'adopter ce cloud hybride d'ici 2018.  76%  attendent que la majorité de leurs applications et de leurs services, y compris certains systèmes critiques comme les données et les analyses, les applications de bureau et de services orientés clients, soient en cours d'exécution dans un environnement de cloud hybride. Ce sera dans les trois ans à venir.

Le cloud hybride, 1er préoccupation des entreprises

Mike Neil, vice-président de Microsoft Enterprise Cloud Group, donne des chiffres similaires, en expliquant que les deux tiers des clients entreprise sont à la recherche de solutions de  cloud hybride. Il cite un rapport du Gartner où les trois quarts des entreprises « voient le cloud hybride comme délivrant la valeur business qu'ils souhaitent », valeur qui a changé rapidement. «Nous rencontrons rarement des clients expliquant, vouloir se confiner au cloud public ou rester sur site. L'idée d'utiliser certains services sur site et certains dans le cloud est le point de vue dominant chez nos clients ».

En fait, 65% des entreprises dans l'étude Avanade disent que si elles le pouvaient, elles ré-duiraient la taille de tous leurs centres de données en faveur de solutions basées sur le cloud publics ou le cloud hybride. Ce n'est pas seulement une histoire de réduction des coûts, 61% croient au cloud, au cloud hybride en particulier, comme étant le moyen le plus sûr d'ac-cueillir les applications et les données de leur entreprise.

Consolider les datacenters

Les clients font ces mêmes déclarations audacieuses à Microsoft, explique Mark Russinovich, le CTO de Azure : « la plupart des clients disent vouloir arrêter les centres de données, ils veulent avant tout les consolider, tout ce qu'ils font étant maintenant est dans le cloud.  J'ai vu quelques positions assez étonnantes des sociétés du Fortune 500, incroyablement agres-sives, expliquant avoir un plan pour les deux ans à venir, ils ne vont pas avoir quoi que ce soit sur les sites ».

L'ambition est raisonnable, croit-il. « Il y a des questions de coûts et de gestion opération-nelle et d'autres considérations qui font qu'il est tout à fait responsable d'affirmer que d'ici la fin de l'année prochaine, tout sera dans le nuage ».

Toutefois, le niveau de confusion dans l'enquête Avanade est tel, que l'optimisme affiché ne semble pas réaliste. Plus de la moitié des dirigeants interrogés ne savent pas ce qui distingue le  cloud hybride de la simple utilisation de services de cloud computing par rapport à leurs systèmes sur site, comme l'utilisation des machines virtuelles en IaaS ou l'ajout de Skype pour les réunions dans les systèmes de communications unifiées, que l'on peut obtenir sur les serveurs Lync.

Prendre un peu de recul pour comprendre ce que le cloud hybride veut dire, non seulement peut être intelligent, mais aussi nécessaire afin de comprendre comment procéder.

Sommaire du dossier