Comment passer aisément au 40/100G Ethernet ? - Le transport de type NAT - RT Infrastructure

Le transport de type NAT

Dossier par Jim Duffy, adaptation Didier Barathon, 278 mots

Un point focal dans ce dossier, celui du transport de type NAT, qui augmente les difficultés en particulier l'augmentation de la charge de trafic

Le transport de type NAT

Le passage à des débits dix fois plus rapides, sans erreur, est en soi un défi. Faire en sorte que le système de niveau supérieur, les routeurs et les commutateurs, offre des services et une qualité de service sans interruption, à de telles vitesses est tout aussi difficile et même plus.

Chaque appareil doit faire la même chose, en mettant un quart ou un dixième du temps qu'il lui fallait à 10G. Pour un routeur, cela signifie rendre performants tous les paquets inspectés : files d'attente, recherches, filtrage, surveillance, hiérarchisation, tout en respectant les SLA et sans laisser tomber ou réorienter des paquets, ou bien en augmentant la latence ou la gigue.

Faire correspondre les adresses IP internes et externes

"Les routeurs ne sont pas là juste pour retransmettre des paquets », explique Scott Register, directeur de la gestion produit pour Ixia, un fabricant de test, de mesure et d'outils de visibilité. «Il y a du transport de type NAT (Network adresse translation), qui permet de faire correspondre les adresses IP internes et externes, les applications ID et le traitement de la sécurité et des choses comme ça. L'un des tests plus intéressant est de savoir quels sont les services que vous pouvez permettre à ce taux avant de commencer à avoir des problèmes ?»

Avec le transport de type NAT, les problèmes deviennent plus difficiles comme l'augmentation de la charge de trafic. L'augmentation des débits, le renforcement de la capacité et des connexions plus concurrentielles sont donc les questions posées par le passage du 10G au 40/100G.

Sommaire du dossier