Entretien avec André Fuetsch, Senior Vice-Président d'AT&T, chargé de l'architecture et du design

André Fuetsch
Senior Vice-Président d'AT&T, chargé de l'architecture et du design

le 14/01/2015, par John Dix, Network World, adaptation Didier Barathon, RT Cloud / Virtualisation

"Le SDN permet des économies internes et donne de nouvelles capacités à nos clients"

André Fuetsch

Commençons par votre propre rôle. Vous menez une équipe de 2000 ingénieurs et informaticiens ?

Fondamentalement, je suis sur l'architecture et la conception, ce qui comprend tous les organismes de pointe d'AT&T, comme les Labs. Est également de mon ressort, notre programme d'innovation (« Fonderie ») où nous invitons des fournisseurs à venir innover à nos côtés. L'essentiel de mes responsabilités recouvre l'architecture, le design, et le développement. Nous travaillons sur les architectures, les transformons en prototype, on les construit, on les teste, et, s'ils semblent viables, on les passent en production.

Vous avez récemment fixé un objectif de 75% de votre réseau en SDN d'ici 2020. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Permettez-moi d'être clair sur ce but. Notre objectif est de virtualiser et de contrôler plus de 75% de notre réseau, dans le cadre de notre plan Domain 2, d'ici à 2020. Bien sûr, il y a des parties de notre réseau que nous considérons comme un héritage que nous allons soit migrer, soit arrêter. Ce sont des parties de réseau que nous ne définissons pas comme notre réseau cible, nous n'essayons pas  de virtualiser certains produits et services TDM âgés. Cela n'aurait pas de sens, puisque nous nous dirigeons vers l'IP, donc c'est vraiment plus sur la virtualisation des fonctions de réseau (NFV) que nous voyons l'avenir.

Quand vous parlez d'héritage, je suppose que vous parlez d'éléments comme les commutateurs 5E et 4ESS, pour la partie voix, mais qu'avez-vous à dire de la partie données ?

Ce que vous avez décrit dans le monde de la voix, comme certains de ces vieux commutateurs Class-5, Classe-4  correspond à de l'ATM et du Frame Relay. Ces réseaux vont également disparaître. Cependant, Ethernet / IP, même dans la couche optique, sont des domaines sur lesquels nous mettons l'accent, que nous virtualisons et que nous  mettons sous le contrôle du SDN. Ce que nous regardons c'est la séparation des fonctions de réseau physique et logicielle et le passage de ce logiciel sur notre cloud. Cela nous donne une incroyable souplesse, la capacité de faire beaucoup, beaucoup plus avec ces fonctions de réseau.

Nous allons ainsi englober plusieurs  couches du réseau : une couche optique, une couche de transport, l'ensemble de la pile de couches OSI. Partout où ces fonctions que nous pouvons virtualiser existent, nous les mettrons sur une base de cloud commun et ce est là que vous avez un point de convergence réelle.

Le but, je suppose, est de réaliser des économies internes tout en plaçant de nouvelles capacités à la disposition des clients ?

Exact, les deux à la fois. Prenez comme exemple notre trafic de données sans fil. Au cours des sept dernières années, nous avons eu une croissance exponentielle dans le trafic de données sans fil à travers notre réseau. C'est une grande motivation pour assurer la diminution de la courbe des coûts, alors que celle de la demande augmente. Donc, économiser est une grande motivation. Mais je dirais aussi, sinon plus, que c'est parce que nous avons l'occasion de transformer ces fonctions de réseau, de les décomposer dans des actifs logiciels et de les transformer en charges de travail de logiciels, que nous aurons beaucoup plus de flexibilité et de contrôle et aussi  la capacité de créer de nouveaux service, donc, in fine, de donner plus de contrôle au client final. Et bien sûr, il y aura des opportunités de revenus avec cette transformation.

Qu'en attendez-vous en termes d'efficacité interne ?

Je ne peux pas vous donner de détails, je peux juste affirmer que l'efficacité que vous pouvez obtenir est importante. Si vous regardez où vont le marché et la concurrence pour les clients, en termes de prix et de hausse persistante de la consommation de données, notamment vidéo, vous avez besoin d'une feuille de route qui vous apporte une efficacité  économique importante pour soutenir l'entreprise.

Certaines personnes parlent de SDN et de NFV comme étant une seule et même chose, d'autres estiment qu'ils sont différents, quelle est votre position ?

Ils sont différents. Traditionnellement, NFV a été  dans des boxes, par exemple des routeurs, il peut maintenant opérer comme une fonction logicielle gérée par un contrôleur maître centralisé. C'est la composante SDN de celui-ci. C'est plus qu'un simple portage d'un morceau de logiciel en dehors de cette boîte et la possibilité de le laisser fonctionner sur une infrastructure cloud hautement banalisée. C'est aussi la possibilité de contrôler cette boîte différemment. Un point très important parce que cela va nous donner les capacités de faire des choses différentes avec cette fonction.

Par ailleurs, cela ne signifie pas qu'une fonction de réseau physique devient une fonction de réseau virtuelle. Il faut la décomposer en multiples fonctions de réseau virtualisées qui pourraient être déplacées différemment. Vous pourriez avoir à les exploiter sur l'environnement cloud banalisé et ensuite à déplacer cette fonction au plus près de l'utilisateur, si celà améliore la performance. Ainsi, vous obtenez de la flexibilité, alors qu'auparavant vous deviez envoyer un technicien auprès du client.

Nous avons parlé de la façon dont cet effort vous sera bénéfique en interne, mais à quel genre de changements les clients peuvent-ils s'attendre ?

Plus tôt cette année, nous avons lancé notre service « Network on Demand », où nous offrons au client le contrôle sur la couche 2 de leur réseau. Cela signifie qu'ils peuvent ajouter plus de bande passante ou modifier eux-mêmes la qualité du service entre leurs sites. Ainsi, alors que ce changement prenait des jours ou des semaines, maintenant il peut le s'effectuer dans les secondes ou les minutes. C'est un véritable élément différenciateur. Nous utilisons cela comme exemple d'un service SDN contrôlée.

AT&T a déclaré publiquement que vous alliez vendre des services privés virtuels de cette façon. Ces services vont-ils au final remplacer les services Frame Relay ou d'autres services de données ?

Oui. Si vous regardez l'évolution de l'ATM et du Frame Relay, ce que les clients entreprise veulent c'est de la flexibilité, de la cohérence et de l'ubiquité. ATM et Frame Relay sont des services assez statiques. Vous ne retrouvez  pas la nature dynamique qui, à titre d'exemple, est celle du réseau à la demande. Nous croyons que ça va être un grand facteur de différenciation pour nous, cette  capacité à donner le contrôle aux clients et la possibilité d'utiliser ces services comme ils le souhaitent.

Par exemple, en fin de soirée, s'ils veulent faire un grand travail de traitement par lots ou exécuter des sauvegardes, ils ont besoin de plus grands tuyaux pour le faire. Mais au cours de la journée, ils n'ont pas besoin de ces grands tuyaux et ils ne veulent plus payer pour eux. Donc, ils vont avoir cette flexibilité et nous pensons que c'est une proposition convaincante pour le client et également pour nous en interne. Aussi, ces contrôles dynamique nous aident à mieux gérer et mieux utiliser le réseau afin d'être plus efficace, en particulier étant donné que la demande croissante que je mentionné plus tôt.

Comment s'inscrit MPLS dans toute cette équation ?

MPLS est l'un des éléments de notre colonne vertébrale et nous voyons bien que le contrôle SDN va nous donner encore plus de capacités, en particulier dans le contexte de l'ingénierie de trafic. Il nous donne un meilleur contrôle granulaire de la façon dont nous marrions le trafic. Nous pouvons l'acheminer beaucoup plus efficacement. La promesse et les capacités que nous voyons dans le SDN nous paraissent vraiment très élevées.

Nous commençons aussi à voir un réseau où nous n'avons pas à être limités par certains protocoles plus anciens comme BGP et OSPF. L'un des forums les plus intéressants auxquels nous participons est  ON.Lab, qui est dirigé par le milieu universitaire et travaille sur l'avenir du réseau ING et à quelle vitesse il peut changer. Il y a d'autres forums auxquels nous participons comme OpenDaylight, où la communauté des fournisseurs actuels est engagée comme dans plusieurs autres

C'est vraiment intéressant, parce que c'est un changement de paradigme pour nous, dans le passé, nous aurions généralement travaillé avec des partenaires très verticaux, des solutions monolithiques, comme le 5-E et 4-E. Maintenant, nous sommes à la recherche d'un tout nouvel écosystème au-delà de la communauté des fournisseurs traditionnels, en  cherchant à prendre non seulement des logiciels open-source et à les utiliser, mais aussi à leur apporter notre contribution en retour. Nous ne sommes plus simplement concentrés sur notre chaîne d'approvisionnement traditionnelle, nous nous ouvrons au tout nouveau monde du logiciel open-source.

En somme, vous allez vivre des moments passionnants !

C'est vraiment celà. Je dirais que c'est probablement le changement le plus révolutionnaire que j'ai vu dans ma carrière pour toutes les raisons que nous venons d'évoquer.