Entretien avec Thierry Grenot, Directeur Technique d'Ipanema Technologies

Thierry Grenot
Directeur Technique d'Ipanema Technologies

le 03/07/2007, par Olivier Coredo , RT Infrastructure

Découvrant que le MPLS ne résout pas tous les problèmes d'optimisation de flux, les entreprises se tournent vers les solutions d'optimisation et d'accélération d'Ipanema Technologies. Thierry Grenot, Directeur Technique, nous explique pourquoi.

Thierry Grenot

R&T : Qui est Ipanema ?

Thierry Grenot : Ipanema Technologies est une société qui a plus de 8 ans. Nous nous sommes tout de suite positionnés sur des solutions permettant de maîtriser les performances des applications sur les réseaux IP. A l'époque, il n'y avait qu'un seul véritable acteur : Packeteer. Cisco était uniquement présent sur la maîtrise des classes de service (CoS). Notre positionnement était, dès le début, unique. Nous avons mis en place une solution de pilotage par objectifs («objectives based management »). Nous nous sommes alors déployés sur fonds propres, soutenus par l'Anvar. Par la suite, des capitaux risques sont entrés dans le capital : 3i, Vertex, Dresdner Kleinwort Wasserstein, Net-Partners et Cipio Partners.

R&T : Quelle est votre offre ?

T.G. : Notre offre, totalement innovante, repose tout d'abord sur des techniques de métrologie et de reporting. Il s'agit de « nettoyer le pare-brise pour voir où l'on va ». Nous effectuons donc des mesures de bout en bout sur le réseau, émettons des rapports et en déduisons des actions. Ensuite, nos outils permettent de faire de l'optimisation dynamique. Nous mettons en place une boucle de réaction en temps réel, qui pilote le trafic à partir des objectifs de performance à atteindre.

R&T : Qu'entendez-vous par pilotage par objectifs ?

T.G. : Le pilotage par objectifs s'oppose au pilotage par règles. Le principe est de fixer les résultats que l'on veut obtenir et de laisser le système mettre en oeuvre en temps réel les moyens nécessaires, en fonction des situations instantanées qu'il découvre par lui-même. Les règles existent mais elles sont gérées automatiquement... comme un pilotage automatique, pour faire une analogie avec l'aviation. Ce fonctionnement possède deux grands intérêts : l'efficacité et la simplicité de gestion. Tout est géré à partir d'un logiciel installé dans un data center de l'entreprise ou encore chez un fournisseur de service. La partie temps-réel est constituée par des logiciels distribués et autonomes, qui sont exécutés dans des équipements situés sur les sites critiques de l'entreprise, et qui forment un véritable système collaboratif.

R&T : Quelle est votre cible ?

T.G. : Nous sommes positionnés sur les entreprises allant environ de 30 à 1500 sites, voire plus. Historiquement, nous souhaitions attaquer le marché à travers des offres de service opérateurs, mais nous avons dû y renoncer lors de l'éclatement de la bulle Internet. Par contre, depuis peu, la demande s'est faite plus pressante sur ce marché, VNO (opérateurs de réseau virtuel) compris. Nous abordons donc de nouveau ce marché, au point d'être le leader mondial sur le marché des fournisseurs de service. Sur le marché des entreprises, Ipanema est de loin le leader en France et gagne des parts de marché significatives en Europe.

R&T : Quels opérateurs et entreprises vous ont retenu ?

T.G. : Nous avons de belles réalisations chez BT et Orange Business Services. Nous avons d'autres références Européennes comme Vanco ou Sunrise, et nous annoncerons bientôt d'autres grands opérateurs Européens. En entreprises, nous sommes par exemple présents sur le réseau global de Sanofi/Aventis (à travers BT Infonet), Henkel (à travers T-Sytems), Europcar (avec Telindus). OBS déploie actuellement nos solutions chez Groupama ou à l'ANPE dans le cadre de son offre de service BAM.

R&T : Comment se porte votre activité ?

T.G. : En dépit de sa forte croissance, Ipanema est une société rentable. La croissance s'accélère même depuis 2004. Le besoin de performances applicatives se fait plus pressant, il est réel : Les entreprises se sont rendu compte que le MPLS ne répondait pas à tous leurs besoins. Les classes de service (CoS) ne sont pas la panacée. Les opérateurs quant à eux évoluent de plus en plus vers les services managés et ont besoin de nos outils pour mettre en oeuvre ces services, ouvrant par là un marché considérable.

R&T : Quels sont vos objectifs pour la fin de l'année 2007 ?

T.G. : En ce qui concerne les nouveautés fonctionnelles, nous offrons maintenant des solutions d'accélération. A cette fin, nous intégrons différentes technologies, telles l'accélération TCP, l'accélération de protocole ou le caching WAFS. C'est pourquoi nous avons scellé des partenariats technologiques, notamment avec UD Cast.