Entretien avec Gerry Collins, Responsable des activités sans fil pour la région EMEA chez Nortel

Gerry Collins
Responsable des activités sans fil pour la région EMEA chez Nortel

le 27/06/2007, par Eddye Dibar , RT Wifi/Wimax/Wibro

Nortel s'est séparé de ses activités UMTS au profit de réseaux qui, selon lui, seront plus aptes à satisfaire la demande des utilisateurs. Gerry Collins revient sur la stratégie et les orientations de l'équipementier en matière de réseaux de quatrième génération (4G).

Gerry Collins

R&T : Quel est le regard de Nortel sur le marché des réseaux sans fil ?

Gerry Collins :
Notre stratégie s'appuie sur notre analyse et notre perception du marché. Nous décelons deux tendances. D'une part, les réseaux fixes ont facilité l'adoption du haut débit personnalisé. Le marché attend que les réseaux sans fil permettent de proposer des services équivalents. D'autre part, jusqu'à présent, chaque personne avait un seul terminal pour se connecter au réseau. Or, nous constatons une hausse du nombre de terminaux utilisés par personne. C'est ce que nous appelons l'hyperconnectivité.

R&T : Comment définissez-vous la 4G ?

G. C. :
La 4G découle de ce que nous mettons en place pour faire face à ces deux tendances. Les réseaux 3G n'y apportent pas de réponses, en termes de capacité, de performance et de coût. C'est d'ailleurs pour cela que nous avons revendu nos activités UMTS. Nous avons donc décidé de nous pencher vers les réseaux de quatrième génération. Ces réseaux utilisent trois types de technologie : les réseaux d'accès OFDM (Orthogonal Frequency Division Multiplexing, ndlr), la technologie d'antennes Mimo (Multiple Input, Multiple Output, ndlr) et l'architecture tout IP. Ces trois technologies nous permettront d'améliorer la performance, de réduire les coûts et de simplifier les réseaux. Aujourd'hui, les systèmes employant ces trois piliers sont le Wimax, le LTE (Long Term Evolution, ndlr) et Ultra Mobile Broadband. C'est pour cela que nous les considérons comme la 4G.

R&T : Où en sont les développements ?

G. C. :
En 2008, nous espérons avoir des ouvertures commerciales avec le Wimax mobile (standard 802.16e, ndlr). Depuis mars dernier, nous réalisons des tests chez nos clients. Les produits commerciaux seront disponibles d'ici à la fin de l'année. Les terminaux sont prêts. D'une part, le Wimax Forum a beaucoup travaillé pour améliorer la performance de leurs batteries. D'autre part, nous allons vers une simplification de leur ergonomie. Les cartes PCMCIA et des dongles USB seront les premiers produits disponibles sur le marché. Mi-2008, Intel intégrera ses puces dans les PC portables, avant d'aboutir aux terminaux tels ceux que nous connaissons en 2G et 3G. En termes de débit, le terminal lui-même est le facteur limitant. Son chipset conditionnera son prix. Nous pouvons livrer 10 Mbit/s sur un terminal, mais la capacité sera limitée à 5 Mbit/s. Globalement, il n'y a pas de grandes attentes des terminaux 4G comme il y en a eu pour les terminaux 3G. Enfin, nous considérons que la 4G pourra offrir, sur des terminaux mobiles, les performances et le rendu constatés sur le réseau fixe. La vidéo, par exemple, va mettre les réseaux existants en position de difficulté. La 4G offre une structure de réseau qui va permettre de supprimer ces difficultés et de proposer des offres intéressantes aux clients.