Entretien avec Jérôme Sion, Responsable des activités « technologies mobiles sans contact » chez Gemalto

Jérôme Sion
Responsable des activités « technologies mobiles sans contact » chez Gemalto

le 16/03/2007, par Olivier Coredo , RT Terminaux et Systèmes

La carte SIM d'aujourd'hui n'a plus grand chose à voir avec la puce des premiers GSM. Elle dispose de larges fonctionnalités, intègre un serveur Web et sert de moyen de paiement. Jérôme Sion, Responsable des activités « technologies mobiles sans contact » chez Gemalto, nous détaille les atouts de ces puces intelligentes.

Jérôme Sion

R&T : Quelles sont les fonctionnalités avancées d'une carte SIM ?

Jérôme Sion : La carte a énormément évolué ces dernières années. Elle répond toujours à sa fonction première d'identification de l'abonné sur le réseau (et donc de facturation), mais elle s'est enrichit de nombreuses autres fonctionnalités.
Tout d'abord, la capacité mémoire s'est accrue. Même si nous livrons des 128 ou 256 ko, la mémoire Flash nous permet d'offrir des cartes de 1Giga. La taille double quasiment chaque année.
Cette capacité permet de stocker son agenda, ses contacts et ses fichiers multimédias dans une mémoire non volatile. Elle permet d'autre part d'installer des applications Java, utilitaires ou jeux. Ces logiciels peuvent par exemples permettre à l'opérateur de personnaliser le mobile (configuration, environnement graphique, logos, applications).
Ensuite, la carte SIM s'intègre de plus en plus dans le monde de l'Internet. Elle devient un serveur Web en tant que tel et supporte le protocole http. Il est ainsi possible d'accéder à des fichiers stockés sur la carte à partir d'un simple navigateur Web sur un PC. Les échanges entre la carte SIM et le monde ouvert de l'internet est bien évidemment sécurisé. La carte intègre ses propres clés de cryptage.
Enfin, depuis un peu plus d'un an, nous avons intégré, au sein de la SIM, des applications sans contact pour le transport ou le paiement . Le mobile est dorénavant un réel porte monnaie électronique, voire même une carte bancaire.

R&T : Qu'apporte la technologie NFC au mobile ?

J.S. : Nous avons lancé un premier pilote à la RATP, en collaboration avec Bouygues Telecom et Sagem. Le mobile devient ainsi un véritablepass Navigo. Nous avons aussi une autre expérimentation avec les commerçants de Strasbourg, en coopération avec le Crédit-Mutuel/CIC, SFR et NRJ. Ici, le mobile sert de moyen de paiement.
Dans les deux cas, les applications et les données personnelles sont stockées dans notre carte SIM et Sagem a incorporé une micro-antenne et une puce NFC au sein d'un de ses mobiles.
Aucune donnée sensible n'est stockée dans la mémoire du mobile. L'application fonctionne même si le terminal est éteint. C'était un point important pour que la solution soit adoptée dans le domaine du transport.
Pour les utilisateurs, la combinaison de la technologie NFC avec le mobile apporte de nouveaux services comme, par exemple, la possibilité de recharger son pass Navigo à partir de son mobile ou de consulter ses dernières transactions bancaires.

R&T : Que faut-il pour que cet outil de paiement mobile se démocratise ?

J.S. : Les freins techniques sont levés : ça marche. La solution est en passe de devenir un standard, elle a été validée par l'AFOM (Association Française des Opérateurs Mobiles) et la GSM Association. Des constructeurs, comme Philips (NXP), très impliqué dans la technologie NFC se sont ralliés à notre solution.
Il reste maintenant aux opérateurs majeurs, tels Orange ou Vodafone, a accélérer les usages. Ils doivent définir un certain nombre de spécifications afin que les équipementiers intègrent les antennes dans leurs terminaux. Nokia pour le moment a développé une solution propre au sein de ses mobiles. C'est une option qui peut être intéressante pour d'autres types d'applications nécessitant un faible niveau de sécurité.
Nous poussons les différents acteurs à créer un écosystème de partenaires sur le NFC.
C'est ainsi qu'on pourra voir des premiers déploiements à grande échelle pour la fin 2008.

R&T : Quels autres usages envisagez-vous avec le NFC ?

J.S. : Dans un premier temps nous voyons essentiellement des usages liés au paiement et au transport. On peut ensuite imaginer de nouveaux usages où le mobile devient un badge d'accès, une carte de fidélité, une carte de santé, etc.
Aujourd'hui votre carte bleue est personnalisée aux couleurs de votre banque. Demain, votre mobile devenu aussi une CB affichera à chaque transaction le logo de votre banque grâce à la carte SIM.