Entretien avec John Chambers, PDG de Cisco

John Chambers
PDG de Cisco

le 09/12/2009, par Jean Pierre Blettner avec IDG News Service, RT Infrastructure

"Notre concurrent c'est Huawei, Huawei et Huawei"

John Chambers

« Notre activité effrénée de ces derniers temps n'aurait pas pu être possible si Cisco n'avait pas modifié sa structure de management en créant des conseils et des comités transverses mobilisant 650 personnes, qui recherchent de nouveaux marchés susceptibles d'être rémunérateurs » a déclaré John Chambers, le PDG de Cisco, lors d'une conférence à destination des analystes financiers mardi 8 décembre à San Jose, siège de son groupe.

« Nous sommes plus agressifs cette année que nous ne l'avons jamais été »affirme-t-il. Cisco vient ainsi de réaliser quatre grandes acquisitions dans le monde, et noué un partenariat avec EMC et Vmware. Les acquisitions concernent Starent Networks, spécialiste des infrastructures IP sans fil, et Tandberg, fabricant de systèmes de visioconférence.

« Cisco n'aurait pas pu réaliser tout cela sans une nouvelle organisation de management mise en place ces dernières années, et qui a mis fin au mode classique de type 'Commande et Contrôle' dans lequel une poignée de dirigeants mène toutes les nouvelles initiatives. »

John Chambers a défendu cette nouvelle organisation afin que Cisco pénétre 30 nouveaux marchés adjacents à son activité centrale dans les réseaux. « Cisco peut désormais démarrer une nouvelle action en moins de 60 jours grâce à ces équipes transverses prenant l'initiatve» souligne John Chambers.

John Chambers s'est montré optimiste, baptisant le premier trimestre fiscal 2010 de Cisco - achevé le 24 octobre - « l'étape 1 d'un redémarrage économique. »Ce redémarrage est cependant « toujours très fragile » a-t-il ajouté. Mais il se sent tout à fait à l'aise avec sa prévision d'une croissance de 12% à 17% sur un rythme annuel de son chiffre d'affaires sur le long terme. Les domaines identifiés par le PDG étant les plus intéressants sont la vidéo, la collaboration et la virtualisation. « La vidéo et la collaboration sont les deux domaines que nous investirons cette année »a annoncé John Chambers.

John Chambers a minimisé la concurrence croissante alors que Cisco s'étend, en particulier en ce qui concerne son architecture UCS (Unified Computing System) qui comprend ses premiers serveurs, lancés en début d'année. « Je sais que vous voulez que je parle de HP, ou que vous voulez que je parle de Huawei. Nous ne réagissons pas à ce que font nos concurrents. Nous réagissons aux changements du marché. Et réagir rapidement à ces changements amène de solides revenus pour Cisco»a déclaré John Chambers.

« Il y a une fenêtre d'opportunité durant laquelle le réseau aura une chance d'être le déclencheur du futur des technologies de l'information, et le futur des communications. C'est là que nous pouvons devenir la première société des technologies de l'information et des communications » affirme John Chambers.



« Nous ne nous battons pas sur des produits individuels ou cela va se terminer dans une guerre des prix avec des concurrents chinois comme Huawei. En revanche, nous devons devenir partenaire de grandes entrerprises et de gouvernements, et leur vendre des architectures complètes afin qu'ils réduisent leurs coûts et dopent la productivité sur le long terme.»

Cette analyse fait écho à une interview que John Chambers avait accordé à la presse française, il y a cinq ans. Il déclarait : "Le critère du prix n'arrive qu'en troisième ou quatrième position au moment du choix. La raison pour laquelle nos clients nous retiennent c'est parce qu'ils savent que nous serons toujours là pour eux." Une promesse de pérennité et de disponibilité que peuvent également annoncer les nouveaux concurrents de Cisco que sont HP et IBM.

De même, l'approche architecturale globale défendue par Cisco a souvent causé du tort à ses concurrents traditionnels tels que Juniper. Reste à voir si cela va marcher contre IBM et HP.

Des concurrents quue Cisco avait pourtant tenté d'embarquer dans des partenariats avant de lancer ses propres serveurs en lames en ce début d'année. Cisco est toujours ouvert à un partenariat avec IBM, annonce d'ailleurs John Chambers. « Je pense toujours que c'est dans le meilleur intérêt d'IBM de travailler avec nous. Cette porte sera toujours ouverte » affirme-t-il. Récemment IBM a annoncé un accord par lequel il commercialisera les commutateurs et les routeurs de Juniper Networks, sérieux concurrent de Cisco.

John Chambers pense que Cisco a une fenêtre d'opportunité maintenant pour devenir le vendeur dominant en matière de technologies de l'information et pour les communications à cause de l'importance grandissante de la virtualisation, de la collaboration et de la vidéo.



Une des démarches clés de Cisco dans ce domaine a été le partenariat récent avec EMC et VMWare.

Dans le cadre d'une entreprise conjointe, appelée Acadia, EMC intégrera ses équipements de stockage et son logiciel d'administration avec l'architecture UCS (Unified Computing System) de Cisco, et Vmware délivrant son logiciel de virtualisation.

John Chambers estime que cet accord peut permettre à Cisco de prendre une place centrale dans les salles informatiques sans devoir fabriquer lui-même des systèmes de stockage. « Si nous avions pu former un partenariat aussi fort avec un vendeur de serveurs, Cisco n'aurait pas développé ses propres serveurs »a avoué John Chambers.

Quant à l'acquisition du norvégien Tandberg par Cisco, John Chambers s'en félicite. « Cette acquisition va nous donner accès à 5 dirigeants de haut niveau. L'équipe dirigeante de Tandberg pourrait être la meilleure équipe de management que nous ayons eu depuis l'acquisition de Crescendo en 1993 » affirme John Chambers.

John Chambers estime que Cisco devrait acquérir plus de sociétés étrangères dans les années qui viennent. « Il suffit de voir que l'Inde et la Chine voient arriver 600 000 ingénieurs diplômés chaque année, quand il n'en arrive que 60 000 de nouveaux aux Etats Unis. Nous devons aller où se trouvent les talents, et où se trouvent les start-up » souligne-t-il.

Lors de la conférence, Cisco a présenté 61 nouveaux produits ou nouvelles fonctions afin de faciliter la communication entre les collaborateurs dans l'entreprise et avec ses partenaires. John Chambers a martelé son mantra des années passées affirmant que le succès des entreprises et l'augmentation de la productivité passent par la capacité des personnes à travailler ensemble et à partager de l'information facilement.

« Nous n'annonçons pas un produit ou une technologie. C'est l'annonce d'une architecture qui permet de transformer la stratégie des entreprises ou des gouvernements plus rapidement »a déclaré le PDG. « A un moment où la plupart des gens relèvent juste la tête, en disant que l'économie semble redémarrer, qu'est-ce que nous allons faire ? Non seulement nous allons retirer le pied du frein, mais il va être à fond sur l'accélérateur, et nous allons aller le plus vite et de la manière la plus agressive que ce nous avons fait jusqu'à présent depuis la création de la société »affirme John Chambers.

Le concurrent le plus sérieux de Cisco en ce qui concerne la collaboration est Microsoft (avec OCS Office Communications Server), et dans les terminaux c'est Apple, a déclaré John Chambers. Mais pour la stratégie globale : « Notre concurrent est Huawei, Huawei et Huawei » reconnaît John Chambers, qui souligne aussi que Huawei a un accès plus facile au financement que ses concurrents grâce au gouvernement chinois, qui en possède une partie.

Biographie

John Chambers, le charismatique PDG de Cisco, est l'un des experts les plus écoutés de la Silicon Valley. Il voit un fragile redémarrage de l'économie et se positionne comme le futur numéro 1 mondial des communications.