Avec son routeur Nighthawk RAXE300, Netgear rend le WiFi 6E plus abordable.

le 05/01/2022, par Wes Davis, IDG NS (adapté par Jean Elyan), Réseaux, 567 mots

Même si l'on ne peut pas dire que le dernier routeur WiFi 6E de Netgear soit bon marché, il est cependant beaucoup moins cher que le modèle initial.

Le Nighthawk RAXE500 a été l'un des premiers routeurs WiFi 6E du marché à sortir du lot et, à notre avis, le seul qui répond réellement aux attentes de pointe du WiFi 6E. Certes, d'autres routeurs 6E existants sont impressionnants, et offrent une bonne idée de ce peut offrir le WiFi à faible latence et à large bande passante. Mais l'arrivée du routeur Nighthawk RAXE500 de Netgear sur ce marché a vraiment ouvert sur d'autres horizons. Sauf que son prix était prohibitif et qu'il était surdimensionné pour la plupart des réseaux.

Comme on pouvait s'y attendre, maintenant que les adopteurs précoces ont eu leur moment de gloire, Netgear fait baisser un peu le prix de cette technologie avec l'annonce, avant le CES 2022, du routeur Nighthawk RAXE300 tri-bande. Celui-ci, qui devrait coûter 399 dollars HT environ à sa sortie, sera doté de la même antenne interne ailée que celle que l'on trouve sur les autres routeurs Nighthawk. Le RAXE300 présente toutefois quelques petites différences physiques, par exemple un port USB-C au lieu de deux ports USB 3.0, et un aspect plastique noir mat, au lieu de l'aspect brillant. Sinon, la sélection des ports est la même, avec un seul port WAN gigabit, quatre ports LAN gigabit - dont deux prennent en charge l'agrégation de liens - et une seule interface LAN/WAN 2,5 Gb/s configurable. Si l'on dispose d'un modem DOCSIS 3.1 et du bon abonnement Internet, l'agrégation de liens WAN est également prise en charge.

 

Le routeur Nighthawk RAXE300 de Netgear change la donne avec un port USB-C unique, mais il offre par ailleurs la même sélection de ports. (Crédit : Netgear)

Il y a aussi quelques différences en interne, notamment une puce quadricoeur cadencé à 1,7 GHz, au lieu de 1,8 GHz pour la version RAXE500. Le RAXE300 perd aussi quatre flux spatiaux au passage, puisqu'il ne transmet et ne reçoit que sur huit flux MU-MIMO, ce qui est toujours très bon. Quatre des flux restants sont affectés à la bande 5 GHz, plus couramment utilisée, tandis que la bande 6 GHz est reléguée à l'arrière-plan, avec deux flux spatiaux seulement, offrant une vitesse de liaison totale de 2,4 Gb/s. Sauf pour les utilisateurs les plus pointus, il est peu probable que les autres y voient une différence significative. Par contre, un plus grand nombre d'utilisateurs pourraient remarquer une certaine dégradation du débit à 2,4 GHz, car deux flux manquent également à l'appel ici, ce qui réduit la bande passante totale disponible à 600 MHz, ce qui est assez faible pour un routeur de cette gamme de prix.

 

La division en 8 flux spatiaux favorise la bande à 5GHz. (Crédit : Netgear)

Netgear affirme que le RAXE300 peut couvrir une surface de 230 m2, soit la taille d'une maison moyenne à grande. C'est aussi le chiffre donné par Netgear pour le RAXE500, mais dans les tableaux comparatifs, l'équipementier indique qu'il peut couvrir une très grande maison. La couverture des deux appareils se situe de part et d'autre d'une valeur un peu arbitraire - 230 m2, un chiffre rond, après tout - et qu'il n'y a pas de différence notable entre les deux. Il faut attendre les futurs tests de comparaison entre les deux appareils pour trancher.

1e adoptions de la 5G privée par des entreprises

Deux stades et un centre de fabrication américains et australiens ont déployé des réseaux 5G privés pour tirer parti des avantages de la technologie, en particulier sa faible latence, sa grande fiabilité et sa...

le 11/08/2022, par Maria Korolov, Network World (adapatation Jean Elyan), 1313 mots

Plus de capacités IA chez Aruba pour fournir un support edge aux...

La plateforme de services de périphérie Edge Services Platform d'Aruba intègre des fonctions AIOps pour rationaliser le dépannage du réseau, le réglage des performances et les contrôles de sécurité. Aruba a...

le 27/07/2022, par Michael Cooney, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 837 mots

L'automatisation des réseaux, le SASE et la 5G, classés comme...

Selon World Wide Technology (WWT), les utilisateurs, les applications et les charges de travail distribués poussent les entreprises à repenser leur architecture réseau. Qu'il s'agisse d'intégrer des services...

le 25/07/2022, par Michael Cooney, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 1408 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Céline Polo

DRH du groupe iliad

"Nous recrutons dans des métiers en tension, en particulier sur l'infrastructure réseau, pour lesquels il y a...