Cisco commercialise enfin ses cartes FC 64 Gbit/s

le 10/05/2021, par , Stockage, 580 mots

Avec ses équipements Fiber Channel de septième génération, Cisco passe le cap des 64 Gbit/s. L'équipementier commercialise des cartes FC 64Gbit/s équipées d'une technologie de drainage lent qui devrait empêcher les équipements saturés de congestionner le réseau de stockage.

Cisco commercialise enfin ses cartes FC 64 Gbit/s

Avec le passage à la septième génération Fiber Channel, les débits de ce protocole réseau dédié au stockage (SAN) ont été doublés passant de 32 à 64 Gbit/s. Pilotée par Broadcom, cette évolution est aujourd'hui supportée par les équipements SAN de Cisco avec notamment le switch FC MDS 9700 48 ports à débit linéaire de 64 Gbit/s et une fonction d'analyse FC améliorée avec le NVM dans son produit SAN Insights. Thomas Scheibe, vice-président de Cisco pour les réseaux de centres de données, a indiqué dans un post de blog : « Cisco reste fidèle à la promesse faite depuis longtemps à ses clients d'augmenter la valeur de l'infrastructure SAN existante sans imposer une mise à niveau du châssis et un remplacement des optiques. » L'équipementier qui avait pré-annoncé en septembre 2019 le support du FC 64 Gbit/s dans ses switchs MDS 9700 a toutefois pris tout son temps pour commercialiser ses produits.

Le 9700 prend donc en charge le trafic FC à 16, 32 et 64 Gbit/s et les adaptateurs 64 Gbit/s peut être installée, avec une mise à niveau, dans un châssis 9700 existant, avec la réutilisation de toutes les connexions optiques FC Cisco existantes sur les ports existants et nouveaux. Cette rétrocompatibilité facilite la migration vers la technologie 64gig, mais accroît la différence de vitesse entre les dispositifs d'envoi et de réception les plus lents et les plus rapides dans la matrice FC. Cela entraîne un risque d'encombrement du drain lent. Comme la technologie FC est sans perte, les trames de données doivent traverser la matrice sans interruption, mais des interruptions peuvent se produire lorsque trop de trames atteignent un dispositif ou un commutateur à la fois. Les ports doivent disposer de tampons pour stocker les trames entrantes et, lorsqu'ils sont pleins, aucune autre trame ne peut être acceptée. Une telle saturation de la mémoire tampon d'un port de commutateur peut étrangler les liaisons entre commutateurs. Le flux de trafic est alors interrompu et la latence d'accès aux données dans la matrice augmente à mesure que les performances du SAN se dégradent.



Cisco utilise l'analogie de l'autoroute avec une bretelle d'accès contrôlée par des feux de signalisation, pour minimiser la congestion du trafic. (Crédit Cisco)

Hausse du débit avec un contrôle amélioré

La technologie Slow Drain détecte et contrôle l'épuisement des tampons de trames des ports. Cisco a ajouté la limitation dynamique du débit d'entrée (Dynamic Ingress Rate Limiting - DIRL) pour empêcher ce type de drainage lent. DIRL gère la limite du débit de trame à l'entrée d'un port, indépendamment du matériel et du micrologiciel HBA (adaptateur). DIRL est une approche sans agent, centrée sur le réseau, compatible avec les hôtes et les cibles de n'importe quel fournisseur et génération de FC, contrôlées et régies par les dispositifs MDS 9000 et leurs algorithmes.



L'outil Cisco SAN Insights Discovery vient aider les opérateurs à contrôler plus finement l'utilisation du SAN Fabric. (Crédit)

Les adaptateurs 64 Gbit/s reposent sur des circuits à faible consommation d'énergie, et d'un traitement analytique Fibre Channel amélioré sur la puce et d'un moteur NPU (Network Processing Unit) dédié. Ce dernier est utilisé par SAN Insights Discovery de Cisco, un outil gratuit basé sur le cloud qui fournit des informations sur l'état de santé de la structure SAN et des informations sur les problèmes potentiels de la structure.

L'information pourrait représenter la moitié de la masse mondiale...

Selon un physicien, du fait de la quantité d'énergie et de ressources utilisées pour créer et stocker des informations numériques, il ne faut pas considérer les données uniquement comme des zéros et des uns...

le 08/09/2020, par Patrick Nelson, Network World, (adaptation Jean Elyan), 641 mots

Comment sauvegarder les données essentielles sans conserver les...

Plusieurs méthodes permettent de trier ce qu'il faut ou ne faut pas sauvegarder, à condition de respecter un principe simple : sauvegarder toujours tout ce qui est nécessaire pour survivre à un accident. Et...

le 15/06/2020, par W. Curtis Preston, Network World (adaptation Jean Elyan), 1367 mots

Storj Labs dévoile les tarifs de son service de stockage décentralisé...

Un groupe de fournisseurs, peu nombreux, loue aux utilisateurs du monde entier des capacités de stockage décentralisées basées sur la blockchain. Comme Storj Labs, ils affirment que cette capacité est moins...

le 21/11/2019, par Lucas Mearian, Computerworld (adaptation Jean Elyan), 1290 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Olivier Pomel

CEO de Datadog

« Intégrer la sécurité aux projets DevOps est évident »