Comment valoriser les services de logiciels libres basés sur le cloud

le 29/04/2020, par David Linthicum, Infoworld (adapté par Jean Elyan), Cloud / Virtualisation, 523 mots

Alors que l'usage de l'open source s'est banalisé dans l'entreprise, aussi bien dans le cloud que sur site, celles-ci ne savent plus trop comment valoriser leur IT dans le cloud.

Comment valoriser les services de logiciels libres basés sur le cloud

Aujourd'hui, l'association cloud public et logiciel open source est souvent évidente. Peu importe que vous utilisiez Kubernetes en tant que service, MySQL, Linux ou un ancien éditeur de texte open source. Toutes les solutions sont aujourd'hui disponibles en tant que service. Certes, ce n'est pas tout à fait gratuit. Les fournisseurs de cloud facturent l'usage, soit en fonction du temps passé, soit en fonction de certaines unités de ressources consommées. Ce type d'usage représente aujourd'hui plus de la moitié des dépenses IT dans le cloud.

Certaines entreprises n'utilisent toujours pas l'open source sur site, et encore moins dans le cloud. Alors qu'elles migrent dans le cloud public, les développeurs et ingénieurs d'infrastructure ont trouvé des arguments très convaincants pour justifier l'usage de l'open source dans le cloud. Cependant, certains aspects déroutants de l'open source dans cloud - en particulier la manière de définir la valeur - laissent certaines entreprises perplexes.

L'open source en mode cloud

Quelques bonnes pratiques commencent à émerger en matière d'usage de logiciels open source dans le cloud :

- Déjà, le coût opérationnel est essentiel, pas celui des licences. Il faut garder à l'esprit que l'open source signifie que l'on paye pour un service et non pour la licence du logiciel. Que vous utilisiez un logiciel libre ou propriétaire, les vraies dépenses se situent dans les coûts d'exploitation (calcul, stockage et exploitation du réseau). Ceux qui prétendent que l'usage de logiciels libres dans un cloud public est gratuit passent sous silence le mode véritable d'évaluation des coûts. Si l'on considère la valeur de chaque logiciel, quel qu'il soit, en tant que service, il est préférable de supprimer complètement le coût du logiciel. Il faut garder à l'esprit qu'un logiciel (une base de données par exemple) nécessitant une licence annuelle peut finalement s'avérer moins cher qu'un système open source sans coût de licence, si l'on prend en compte les coûts opérationnels.

- Ensuite, il faut considérer l'open source comme une valeur intrinsèque. Outre le fait qu'un logiciel open source est gratuit et qu'il repose sur le développement communautaire, une solution open source est souvent meilleure que toute solution propriétaire. On peut comprendre l'attrait de l'open source, mais il faut vraiment l'envisager en fonction de ses caractéristiques et de ses fonctionnalités spécifiques. Les entreprises choisissent trop souvent les logiciels open source en fonction de ce qu'elles pensent savoir, plutôt qu'en comparant leurs caractéristiques et leurs fonctions. Même si l'open source bénéficie d'une réelle reconnaissance, dans certains cas, il ne permettra pas d'obtenir les avantages d'un service cloud spécifique. Ce n'est pas si difficile à comprendre. Les entreprises s'écroulent si elles manquent de discernement pour choisir la solution qui apporte de la véritable valeur à leur activité. L'entreprise ne doit pas perdre de vue cette notion de valeur. Elle risque, à défaut, de faire des erreurs coûteuses.

Crédit illustration principale Pixabay




VMware va regagner une indépendance relative

Après des mois de discussion et le départ de Pat Gelsinger, Dell Technologies et VMware ont estimé qu'une scission simplifierait les structures de capital et génèrerait pour chacune d'elles une valorisation...

le 15/04/2021, par Leon Spencer, IDG NS (adapté par Serge Leblal), 809 mots

Le NaaS est l'avenir du réseau, mais il a des défis à relever

Si le NaaS (Network as a Service ) est synonyme de flexibilité, de provisionnement rapide et de coûts prévisibles, il doit encore résoudre le problème du verrouillage des fournisseurs et du niveau de service....

le 31/03/2021, par Lee Doyle, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 1241 mots

Open source, programmabilité et as-a-service composants essentiels...

Selon les experts qui sont intervenus lors du symposium Future:Net 2021 organisé en ligne le 23 mars derni

le 30/03/2021, par Michael Conney, Network World (adapté par Jean Elyan), 1228 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Jamshid Rezaei

DSI de Mitel

Le DSI de Mitel, Jamshid Rezaei, a adopté le système japonais du Kaizen prônant l'amélioration continue...