Croissance de 1,9% pour les télécoms en France en 2009

le 28/11/2008, par Olivier RAFAL, Infrastructure, 723 mots

L'Europe divise par deux ses prévisions de croissance pour les technologies de l'information en 2009. En France, les télécoms croîtraient de 1,9% en 2009.

L'Observatoire européen des technologies de l'information (EITO) a exceptionnellement revu ses prévisions de dépenses dans les TIC (Technologies de l'information et de la communication) pour tenir compte des effets de la crise. Et pour reprendre les propos de Thomas Mosch, Président de Bitkom Research et membre de l'EITO (Observatoire européen des technologies de l'information), la correction est sévère : les pourcentages sont divisés par deux. Néanmoins, l'EITO dit rester optimiste pour le secteur. Une nouveauté inquiétante La présentation des prévisions de l'EITO a été réalisée à l'occasion de la présentation des thèmes retenus pour le prochain Cebit. Le Cebit est un sponsor de l'Observatoire. « Normalement, la mise à jour des chiffres aurait dû avoir lieu en mars, mais vu les événements actuels, nous avons décidé de réaliser une mise à jour en novembre. » a expliqué Thomas Mosch. Après avoir compilé des chiffres fournis par des cabinets dans tous les pays de l'Europe de l'Ouest (PAC et Idate en France), l'EITO a constaté une première inquiétante : quatre trimestres consécutifs « d'attentes mauvaises pour l'avenir ». Une croissance de seulement 0,3% pour les télécoms en Europe Du coup, alors que la croissance prévue pour l'industrie des technologies de l'information de l'Europe de l'Ouest en 2009 était de 4% (ce qui était déjà relativement faible par rapport aux années précédentes), elle n'est plus que de 2%. Dans les télécoms, la correction est encore plus importante : 0,3% de croissance contre 1,3% prévu. Car ce secteur sera touché « non seulement par la crise financière, mais aussi par la régulation du prix des télécoms », a expliqué Thomas Mosch, citant par exemple la récente décision de l'Union européenne de plafonner le montant des tarifs pour l'itinérance (roaming). En France, 1,9% de croissance pour les télécoms, en 2009 Présentant les chiffres pour la France, Frédéric Giron, consultant chez PAC, a pour sa part, employé le terme de « décélération forte pour 2009 ». Prévue à 3,8% lors des résultats présentés en mai dernier, la croissance dans les technologies de l'information en France en 2009 devrait n'être finalement que de 1,8%. Les télécoms étant plus à l'abri : la croissance pour 2008 devrait être meilleure que prévu (3,0% contre 2,4%), et la chute devrait être limitée en 2009 : 1,9% contre 2,2% initialement prévus. Pause pour les nouveaux projets Selon Frédéric Giron, la baisse de l'activité devrait toucher d'abord les petites et moyennes SSII, auxquelles les grosses SSII sous-traitent des affaires. Alors que ces grosses SSII souffraient d'une pénurie de compétences pour répondre à la demande, elles pâtissent « depuis septembre-octobre de carnets de commandes un peu moins fournis ». Selon le consultant, « les grands projets en cours ne sont pas arrêtés, mais la grande différence [avec le premier semestre 2008], c'est que les nouveaux projets sont arrêtés ou mis sur pause ». Les dépenses en équipement informatiques ne sauveront pas le secteur : « Le matériel était déjà en décroissance en 2008 à cause de la pression sur les prix. Et ce qu'on va voir [avec la crise], c'est que le taux de renouvellement va chuter. » Et d'ajouter que le seul segment porteur en volume, les netbooks, contribuera à faire baisser les prix. Attention aux prévisions auto-réalisatrices Pour Thomas Mosch comme pour Frédéric Giron, des politiques de relance étatiques (sous forme de commandes aux fournisseurs de la part du secteur public), pourraient soutenir le marché. Néanmoins, les deux analystes n'ont guère de billes à fournir sur le sujet. Thomas Mosch souligne cependant que « contrairement à la crise de 2000, où c'était une crise des technologies [NDLR : l'éclatement de la bulle internet], aujourd'hui l'industrie des technologies de l'information est plus perçue comme une partie de la solution », utile pour réaliser des économies. Pour lui, « c'est plutôt porteur d'espoir ». Finalement, la solution à la crise est peut-être venue du commissaire général du Cebit. Réagissant à la présentation de ces chiffres, Sven Prüser a expliqué, sans toutefois employer ce terme, que l'industrie était engagée dans une sorte de prophétie auto-réalisatrice. « D'après nos enquêtes, la majorité des entreprises n'ont pas vu d'effets directs de la crise, mais elles prennent leurs précautions. C'est un peu comme la prophétie qui s'avère juste : si tout le monde l'attend, ça va venir. » Il suffirait donc de rétablir la confiance, chose que les politiques peinent à faire. « On manque d'orientation. Or les améliorations ne sont possibles que grâce aux nouvelles technologies de l'information et de la communication» a déploré Sven Prüser.

Le Frontier chasse le Fugaku de la 1e place du Top500

Changement à la tête du TOP500 des supercalculateurs où le Frontier de l'Oak Ridge National Laboratory (ORNL) a supplanté le Fugaku au Japon. Le système américain est le premier à passer le cap de l'exaflop....

le 30/05/2022, par Jacques Cheminat, 445 mots

L'amélioration des réseaux passe par l'observabilité

Les « meilleurs » chemins de trafic choisis par les routeurs d'un réseau ne sont pas nécessairement les plus rapides. Pour l'entreprise moyenne, quand on emploie le mot « réseau », c'est généralement pour...

le 02/05/2022, par Tom Nolle, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 1332 mots

ARM dévoile des designs de référence pour l'IoT

ARM annonce des puces spécialement conçues pour l'Internet des Objets, dont un coeur de microcontrôleur Cortex-M85 pour les boitiers IoT, et un design Corstone-1000 pour le traitement de l'IA à la périphérie....

le 28/04/2022, par Andy Patrizio, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 704 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Céline Polo

DRH du groupe iliad

"Nous recrutons dans des métiers en tension, en particulier sur l'infrastructure réseau, pour lesquels il y a...