Des routeurs Cisco Nexus dopés par la puce Silicon One

le 24/10/2022, par Michael Cooney, IDG NS (adapté par Jean Elyan), Réseaux, 902 mots

L'équipementier Cisco étend  le silicium de routage optique Silicon One à ses principaux commutateurs et routeurs d'entreprise.

Des routeurs Cisco Nexus dopés par la puce Silicon One

Pour augmenter les performances et l'efficacité de sa famille de routeurs Nexus pour datacenters, hyperscalers et clouds, Cisco déploie à une plus grande échelle sa technologie de puce de routage Silicon One. L'équipementier a lancé un commutateur Nexus haut de gamme pour datacenter et un autre destiné aux applications désagrégées reposant sur ce composant réseau. Cisco a également ajouté un module Ethernet de 800 Gb/s. Chacun de ces ajouts est alimenté par la technologie Silicon One de l'entreprise. Introduite en 2019, l'architecture Silicon One de Cisco utilise la technologie de puce personnalisée du fournisseur, laquelle comprend un silicium de routage optique, une mise en mémoire tampon profonde avec une qualité de service QoS optimisée et un transfert programmable.

Selon le fournisseur de Santa Clara, les boîtiers Silicon One sont programmables et peuvent être personnalisés en fonction des types d'applications à partir d'un seul chipset, ce qui évite le déploiement de plusieurs siliciums spécifiques pour les processeurs autonomes, les puces Line Card et les éléments de fabric. « Et cela, grâce à un code de transfert programmable P4 commun et unifié et à un kit de développement logiciel (SDK) », a précisé l'équipementier. Depuis l'introduction de ce portefeuille, Cisco a étendu sa famille Silicon One, initialement destinée aux grandes applications pour hyperscalers et telcos, d'abord à la famille Catalyst et maintenant à la gamme Nexus.

NX-OS ou Sonic en fonction du modèle

En conséquence, Cisco commercialise deux switchs haut de gamme, le Nexus 9232E et le Cisco 8111. Les deux reposent sur un boitier 1RU doté d'une seule puce processeur Silicon One G100 (7 nm) de 26,5 T et peuvent être configurés pour prendre en charge 32 ports totalisant une capacité de 800GbE, dont 2x400G, 8x 100G, 4x 25G, et 4x 10G à l'aide de câbles de rupture pour permettre des densités nettement plus élevées dans un encombrement réduit. Cisco a livré ses boîtiers Nexus 9300/9500 de 400 Go en début de semaine. Le 9232E s'adresse aux grandes entreprises, aux hyperscalers et aux fournisseurs de cloud et exécute le système Nexus NX-OS, tandis que le Cisco 8111 s'adresse aux opérateurs de télécommunications ou à ceux qui souhaitent utiliser des systèmes désagrégés et exécuteront SONiC ou d'autres systèmes d'exploitation réseau non-Cisco.

Selon Gurudatt Shenoy, vice-président de la gestion des produits au sein du Mass-scale Infrastructure Routing Group de Cisco, les cas d'usage de ce boîtier sont multiples, avec en tête l'IA/ML, la vidéo, la finance et l'edge. « Il y a beaucoup de demande de la part des grandes entreprises et des « web scalars » pour construire des réseaux AI/ML pour leurs propres cas d'usage au niveau du back-end ou d'autres applications qui nécessitent des capacités de haute densité », a déclaré M. Shenoy. Les capacités d'IA/ML sont cruciales pour la prévisibilité des résultats de changements de réseau de type jumeau numérique, ainsi que pour la modélisation des résultats d'applications hautement personnalisées dans le monde réel et méta. « D'ici à 2025, 44 % des données mondiales créées sur un site principal et à la périphérie seront alimentées par l'analyse, l'IA et l'apprentissage profond, ainsi que par un nombre croissant de dispositifs IoT fournissant des données à la périphérie de l'entreprise », a indiqué Cisco dans un blog consacré à l'annonce.

De plus, aujourd'hui, l'architecture de microservices est le modèle préféré pour le développement d'applications, créant ainsi une diversité de modèles de déploiement de charges de travail, y compris sur site, machines virtuelles, conteneurs, bare-metal, serverless, etc. « À son tour, cette explosion de charges de travail a créé un trafic sans précédent dans et entre les datacenters et les clouds », a encore déclaré Cisco. De plus, l'équipementier fait remarquer que ces tendances sont favorisées par la vitesse et l'ampleur de l'évolution de la bande passante, notamment la technologie 400G. Selon le groupe Dell'Oro, les ventes de la technologie 400G devraient être multipliées par 224 entre 2018 et 2026, tandis que la technologie 800G devrait connaître une hausse de 84 fois.

Des modules optiques 800G

La réduction de la consommation d'énergie et l'encombrement sont également indissociable de la technologie Silicon One G100. Selon Cisco, par rapport aux réseaux construits avec des commutateurs de 12,8 To/s, les systèmes basés sur le G100 peuvent fournir 25,6 To/s avec une réduction de 77 % de l'énergie et de 83 % de l'espace requis, et ils peuvent économiser près de 9 000 kg d'émissions de CO2 par an. « La réduction de la consommation d'énergie et de l'espace requis par ces datacenters à haute densité fait partie des principaux objectifs du G100 », a déclaré Gurudatt Shenoy. « La réduction du facteur de forme et la prise en charge d'une capacité de 25,6 T dans le G100 répondent à ces problématiques », a-t-il ajouté. 

Dans le cadre de son initiative sur le facteur de forme, Cisco a lancé deux émetteurs-récepteurs optiques QSFP-DD800 à haute densité, conformes aux normes industrielles, qui doublent la bande passante du port et permettent de connecter des liens en fibre monomode dans le datacenter jusqu'à 2 km. « Ces émetteurs-récepteurs optiques permettent aux clients de maximiser la bande passante sur les plates-formes 800G avec des ruptures haute densité vers des interfaces 400G et 100G tout en protégeant les investissements existants grâce à la rétrocompatibilité avec les émetteurs-récepteurs QSFP (Quad Small Form Factor Pluggable) », a déclaré M. Shenoy. Ces émetteurs-récepteurs seront disponibles au premier trimestre 2023. La date d'expédition du Cisco Nexus 9232E est prévue pour la première moitié de l'année 2023.  

Le point sur l'observabilité dans les réseaux

On parle beaucoup de l'observabilité du réseau aujourd'hui. Mais pour être utile, elle doit inclure la surveillance, la sécurité, les données et des informations exploitables. En tant qu'analyste industriel...

le 26/10/2022, par Shamus McGillicuddy, IDG NS(adaptation Jean Elyan), 879 mots

AMD promet des réseaux plus rapides et plus efficaces

Grâce à des acquisitions clefs (Xilinx et Pensando), AMD prévoit d'optimiser un ensemble de technologies de mise en réseau pour les entreprises, les fournisseurs de cloud et les applications à haut débit les...

le 25/10/2022, par Andy Patrizio, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 995 mots

Des routeurs Cisco Nexus dopés par la puce Silicon One

L'équipementier Cisco étend  le silicium de routage optique Silicon One à ses principaux commutateurs et routeurs d'entreprise. Pour augmenter les performances et l'efficacité de sa famille de routeurs Nexus...

le 24/10/2022, par Michael Cooney, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 902 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Céline Polo

DRH du groupe iliad

"Nous recrutons dans des métiers en tension, en particulier sur l'infrastructure réseau, pour lesquels il y a...