Dividende numérique : le gouvernement s'obstine sur un calendrier rapide

le 14/12/2014, par Didier Barathon, Régulation télécoms, 460 mots

Pressé de trouver de nouvelles rentrées d'argent, le Gouvernement accélère le calendrier d'attribution des fréquences 700 MHz, seul Iliad se montre enthousiaste. Conséquence absurde : les téléspectateurs de la TNT devront en partie se rééquiper.

Dividende numérique : le gouvernement s'obstine sur un calendrier rapide

Le 1er Ministre a annoncé mercredi 10 décembre le calendrier d'ouverture de la bande des 700 MHz (entre 694 et 790). Cette zone actuellement utilisée par les télévisions de la TNT le sera par les opérateurs mobiles. C'est au mois de décembre 2015 que seront attribuées les nouvelles fréquences, sous forme d'enchères. Elles seront transférées entre le 1er octobre 2017 et le 30 juin 2019. Quelques services pourraient l'être dès avril 2016.

Plusieurs avantages sont attendus. Pour le Gouvernement, il s'agit d'une rentrée d'argent substantielle, 2 milliards d'euros sont prévus dans le PLF 2015 (Projet de loi de finances). Les opérateurs, les quatre du secteur mobile en tout cas, vont s'observer. Xavier Niel n'a pas manqué de souligner que c'était un test pour voir qui avait vraiment l'intention d'investir sur du long terme. Une petite « vacherie » qui ne peut faire oublier que son groupe lui-même doit absolument acquérir des fréquences supplémentaires pour assurer le développement de son activité mobile. Mais Xavier Niel sait que ses concurrents ne sont pas au mieux (Bouygues Télécom) ou sont très endettés (Numericable). De plus, ils ont fait un chèque global de 3,5 milliards d'euros, lors des précédentes enchères il y a trois ans seulement, et n'ont guère envie de recommencer aussi rapidement.

Free Mobile n'a pas le choix

Des raisons techniques pèsent également dans l'attitude d'Iliad-Free. Comme le fait remarquer l'observatoire Ariase : « le quatrième opérateur n'a en vérité pas le choix. Il est le seul à ne posséder qu'une bande de fréquences (2600 MHz) pour déployer sa 4G. S'il veut améliorer son réseau, il doit donc se positionner sur les fréquences "en or", qui pourront aussi l'aider à proposer de la 4G+ à ses abonnés ». En outre, comme les fréquences seront prises à la TNT, celle-ci devra passer à la compression MPEG4. A l'autre bout, les téléspectateurs auront donc intérêt à vérifier que leur décodeur TNT est bien adapté ou en changer. Le dividende numérique aura donc un effet inattendu sur le budget des ménages, il n'est pas certain que les opérateurs entrent dans le jeu, pour lâcher 2 milliards d'euros à l'Etat.

D'autres critiques mettent en exergue la position de la Grande-Bretagne qui va attendre 2020 pour procéder à la même opération. Le Gouvernement français s'est-il engagé seul, sans concertation avec ses homologues (ce qui était pourtant demandé dans le rapport Toledano) ? D'autre part, cet investissement dans les fréquences risque de se faire au détriment des investissements en fibre optique, une fois de plus sacrifiés, les opérateurs n'ayant pas encore les moyens de faire les deux. C'est l'argument d'Orange, qui visiblement n'a pas été entendu par les pouvoirs publics, Iliad en revanche peut s'estimer satisfait.

 

Un réseau privé 4G/5G dans une usine Schneider Electric normande

En s'appuyant sur les solutions de Nokia intégrées par Orange Business Services, Schneider Electric a équipé son usine localisée Le Vaudreuil en Normandie d'un réseau 4G/5G privé en se servant de la...

le 09/07/2021, par Laurent Mavallet, 284 mots

Le chiffrement GEA-1 du GPRS affaibli dès l'origine par l'ETSI

Plusieurs chercheurs ont découvert que l'algorithme de chiffrement utilisé pour la connectivité GPRS des réseaux 2G avait été délibérément affaibli, ouvrant la voie au décryptage des communications. L'ETSI en...

le 18/06/2021, par Jacques Cheminat, 498 mots

Les failles du slicing 5G inquiètent les opérateurs

Des manquements dans les étapes de validation de la sécurité dans le découpage du réseau 5G exposent à un risque grave de violations de la vie privée et de la sécurité. Selon un rapport d'AdaptiveMobile...

le 12/04/2021, par Jon Gold / Network World (adaptation Jean Elyan), 543 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Olivier Pomel

CEO de Datadog

« Intégrer la sécurité aux projets DevOps est évident »