L'Arcep réduit la bande d'attribution des fréquences de la 5G

le 22/05/2019, par Nicolas Certes, Régulation télécoms, 327 mots

Alors que les opérateurs sont sur le pied de guerre sur la 5G et l'attribution des fréquences, l'Arcep a annoncé que la bande attribuée sera moins importante que prévue. Ceci parce que des contrats courent toujours pour les technologies WiMAX et THD Radio.

L'Arcep réduit la bande d'attribution des fréquences de la 5G

Voilà qui devrait pimenter encore plus les enchères. Cet automne, les opérateurs entreront en phase de négociation pour obtenir un bout de bande de fréquence qui leur permettra de déployer la 5G. Initialement, les fréquences attribuées devaient se situer entre 3,4 et 3,8 GHz. Cependant, après un rapport d'experts publié la semaine dernière, l'Arcep - chargée d'attribuer les fréquences - a annoncé réduire la bande de 100 MHz.

Dans le rapport, on apprend que la bande 3,4 - 3,8 GHz est déjà attribuée à différents acteurs opérateurs de réseaux radio à très haut débit (THD radio) en LTE TDD ou de réseaux en boucle locale radio (BLR) en WiMAX TDD et FDD. « La bande est aussi occupée par des réseaux qui utilisent des technologies TDD propriétaires conformes à la norme ETSI EN-302326 », ajoute le rapport, qui précise qu'avec l'arrivée de la 5G sur cette bande de fréquence, « tous les réseaux, existants et nouvellement déployés devront pouvoir coexister en minimisant autant que faire se peut les potentiels impacts sur les performances de chacun d'eux. »

Sébastien Soriano, président de l'Arcep, a indiqué, lors de son bilan annuel du secteur des telecoms, que l'institution ne sera donc « pas en mesure de mettre à disposition dans un délai rapide une certaine partie de la bande de fréquence. [...] Nous devrions pouvoir être en mesure d'ouvrir 300 MHz lors de l'attribution de fréquences en fin d'année. » Cependant, l'attribution des fréquences pour le WiMax et le THD Radio arrivent à échéance en 2026 et pourront faire l'objet de renégociations, où les acteurs de la 5G auront leurs pions à jouer. « La coutume de l'Arcep c'est plutôt de donner des fréquences lorsqu'elles sont disponibles, pour autant rien n'est exclu » a lancé le président du régulateur.

(Crédit : mohamed_hassan / Pixabay)

Un réseau privé 4G/5G dans une usine Schneider Electric normande

En s'appuyant sur les solutions de Nokia intégrées par Orange Business Services, Schneider Electric a équipé son usine localisée Le Vaudreuil en Normandie d'un réseau 4G/5G privé en se servant de la...

le 09/07/2021, par Laurent Mavallet, 284 mots

Le chiffrement GEA-1 du GPRS affaibli dès l'origine par l'ETSI

Plusieurs chercheurs ont découvert que l'algorithme de chiffrement utilisé pour la connectivité GPRS des réseaux 2G avait été délibérément affaibli, ouvrant la voie au décryptage des communications. L'ETSI en...

le 18/06/2021, par Jacques Cheminat, 498 mots

Les failles du slicing 5G inquiètent les opérateurs

Des manquements dans les étapes de validation de la sécurité dans le découpage du réseau 5G exposent à un risque grave de violations de la vie privée et de la sécurité. Selon un rapport d'AdaptiveMobile...

le 12/04/2021, par Jon Gold / Network World (adaptation Jean Elyan), 543 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Olivier Pomel

CEO de Datadog

« Intégrer la sécurité aux projets DevOps est évident »