L'Inde concurrencée sur le terrain de l'externalisation

le 15/12/2006, par Vincent Delfau, Infrastructure, 399 mots

L'Inde est de moins en moins l'acteur incontournable de l'externalisation des services IT. Le Sous-Continent représente environ 60% des dépenses américaines en offshore, et a perdu 20 points en seulement quelques années. D'autres pays grignotent en effet des parts de marché aux géants indiens, les obligeant par là même à s'adapter et à s'implanter à l'étranger.

L'Indien Satyam Computer Services, un spécialiste de l'externalisation IT, a choisi d'ouvrir un centre de développement en Malaisie. Une initiative qui illustre une tendance : le Sous-Continent n'est plus l'unique gisement mondial de l'outsourcing et l'on assiste à une diversification galopante des zones géographiques accueillant cette activité. Des années durant, l'Inde s'est fait le réceptacle d'environ 80% des dépenses américaines en externalisation. Ce taux a largement décru récemment et s'aligne à moins de 60% des 26 Md$ dépensés chaque année par les Etats-Unis dans l'exportation de services IT. Ce recul s'explique par la montée en puissance d'autres pays : les Philippines représentent ainsi 9% des dépenses offshore américaines ; le Canada et le Brésil totalisent environ 8% ; l'Europe centrale et orientale s'en arroge 7% ; le Mexique 4% et la Chine 3%. Les prochaines années devraient donner lieu à "un nivellement de la répartition entre les pays", estime Frances Karamouzis, analyste au Gartner, qui base cette tendance sur d'autres facteurs que la simple recherche du moindre coût. Et l'analyste de citer, notamment, le besoin d'expertise IT spécifique à tel ou tel domaine d'activité ou la nécessité d'une continuité de service dans plusieurs fuseaux horaires. De fait "l'Inde n'est pas en position pour dire "nous pouvons tout faire"". Pour répondre à cette propension à l'éparpillement géographique des spécialistes de l'externalisation, les acteurs indiens entendent s'implanter sur d'autres terres que le seul Sous-Continent. Reprenons ainsi l'exemple de Satyam Services : son arrivée en Malaisie va ainsi lui donner accès à un marché du travail qui comprend de nombreux ingénieurs multi-qualifiés et parlant plusieurs langues. Selon Virender Aggarwal, le vice-président du groupe, ce départ s'explique par le fait "qu'il est temps d'adopter un nouveau modèle, plus global, s'appuyant sur de multiples implantations". En septembre, le numéro un indien de l'externalisation, Infosys, a indiqué qu'il allait doubler ses effectifs en République Tchèque, portant le total à 350, afin de mieux satisfaire la demande européenne. Cette semaine, c'était au tour de Tata Consultancy Services, un autre acteur majeur du Sous-Continent, de s'internationaliser en ouvrant un site en Uruguay. Le groupe compte désormais 3500 salariés en Amérique du Sud, pour un total de 78000 dans le monde.

Les conseils de Gartner pour un datacenter durable

Selon le cabinet d'études américain Gartner, la mise en place d'une infrastructure écologiquement durable est un marathon, et non un sprint, qui exige des objectifs à long terme. Il y a quelques semaines, les...

le 07/12/2022, par Michael Cooney, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 849 mots

L'architecture de Mastodon est loin d'être efficace

Alors qu'Elon Musk fait fuir les utilisateurs de Twitter vers Mastodon, l'architecture sous-jacente de la plateforme alternative peut surcharger les réseaux de fournisseurs de contenu. Désormais, tout le monde...

le 05/12/2022, par Tim Greene / Network World (adapté par Jean Elyan), 864 mots

Graid recourt à des GPU pour accélérer le stockage flash

Exploitant la puissance de calcul des cartes GPU d'entrée de gamme pour station de travail, la start-up Graid Technology vient accélérer les ressources de stockage reposant sur des SSD NVMe grâce à son...

le 02/12/2022, par Serge LEBLAL, 1133 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Céline Polo

DRH du groupe iliad

"Nous recrutons dans des métiers en tension, en particulier sur l'infrastructure réseau, pour lesquels il y a...