La pénurie de puces pourrait affecter durablement les acheteurs de matériels IT

le 18/05/2021, par Michael Cooney, IDG NS (adapté par Jean Elyan), Fournisseurs, 1228 mots

Selon des cadres et des analystes du secteur technologique, l'actuelle pénurie de puces et la perturbation des chaînes d'approvisionnement résultant de la pandémie de Covid-19 pourraient avoir un impact à long terme sur les prix et la disponibilité. Mais les dirigeants des fournisseurs IT ont un avis différent sur la durée de cet impact.

La pénurie de puces pourrait affecter durablement les acheteurs de matériels IT

Les CEO de grandes entreprises technologiques, dont Intel, IBM, Extreme Networks, Cisco et Juniper pensent que, au cours des 12 à 18 prochains mois, une pénurie de puces et d'autres composants de tout type pourrait affecter la disponibilité et le prix du matériel IT. Avec la pandémie de Covid-19, le travail à distance a explosé partout dans le monde, entraînant une demande exceptionnellement élevée en équipements technologiques. La pandémie a également forcé les fonderies à fermer leurs portes, et, selon les cadres et les analystes du secteur, leur remise en route, de même que le rétablissement des chaînes d'approvisionnement à leur niveau d'avant la crise sanitaire va prendre un certain temps. En plus de la pandémie, l'incendie récent qui s'est produit dans une importante usine de semi-conducteurs au Japon a encore aggravé les choses. 

« La pénurie de semi-conducteurs va gravement perturber la chaîne d'approvisionnement et affecter la production de nombreux équipements électroniques en 2021 », a déclaré Kanishka Chauhan, analyste principal de la recherche chez Gartner, dans un rapport publié mi-mai sur la situation. « Les fondeurs augmentent le prix des plaquettes, et à leur tour, les fournisseurs augmentent le prix des appareils », a-t-il ajouté. « La pénurie a d'abord affecté la disponibilité de certains appareils, comme les systèmes de gestion de l'alimentation, les moniteurs et les microcontrôleurs fabriqués sur d'anciens noeuds dans des usines de fonderie de huit pouces, dont l'offre est limitée », a encore déclaré l'analyste. Aujourd'hui, cette situation s'est étendue à d'autres dispositifs, en marge de la fabrication de puces, et l'on constate des pénuries en substrat, en câblage filaire, en composants passifs, en matériaux et en tests, qui entrent tous dans la chaîne d'approvisionnement. « Ce sont des industries hautement standardisées, qui ont très peu de flexibilité et de capacité à investir de manière massive à court terme », a déclaré M. Chauha. Certaines industries ont été particulièrement touchées par la pénurie. Par exemple, en 2021, la pénurie devrait coûter 110 milliards de dollars de revenus à l'industrie automobile mondiale, contre 60,6 milliards de dollars estimés en janvier, soit une perte en hausse de 81,5 %, selon le cabinet de conseil AlixPartners.

Des divergences entre CEO sur la fin de la pénurie

Dans le monde de l'IT, les avis divergent sur la durée de la pénurie. La semaine dernière, le président d'IBM, Jim Whitehurst, a déclaré à la BBC qu'il faudra peut-être « quelques années » avant que la pénurie mondiale de semi-conducteurs ne se résorbe complètement. « Il y a un gros décalage entre le développement d'une technologie, sa mise en fabrication et la production proprement dite des puces », a déclaré M. Whitehurst. Le CEO d'Intel, Pat Gelsinger, semble d'accord avec cette estimation. Début mai, il a déclaré qu'il faudra probablement plusieurs années avant la fin de la pénurie mondiale de semi-conducteurs. L'entreprise est en train de réorganiser certaines de ses usines afin d'augmenter la production, notamment la production de puces pour les constructeurs automobiles. « Mais il faudra au moins plusieurs mois avant que le flux de l'offre commence à s'assouplir », a encore déclaré M. Gelsinger dans une interview à « 60 Minutes ». 

D'autres fournisseurs affirment que l'impact le plus important se fera sentir pendant encore six mois à un an. Lors de la récente conférence téléphonique sur les résultats financiers de l'entreprise, Ed Meyercord, le CEO d'Extreme Networks, a déclaré que la demande dépassait actuellement l'offre pour certains produits, comme la plate-forme Universal d'Extreme, « alors que la pénurie de chipsets et d'autres composants à l'échelle de l'industrie pèsent sur notre chaîne d'approvisionnement ». M. Meyercord a cependant affirmé que « sa relation stratégique et très active avec le fournisseur de puces Broadcom l'aide à mieux résister à la situation ». Ce dernier pense que la pression va s'estomper progressivement. « Les contraintes sur la chaîne d'approvisionnement vont perdurer pendant neuf à douze mois, en particulier en ce qui concerne nos principaux fournisseurs de puces et de chipsets, mais nous travaillons très énergiquement pour y faire face », a encore déclaré M. Meyercord. En avril, le CEO de Cisco, Chuck Robbins, a déclaré à la BBC « qu'il faudrait encore six mois pour dépasser cette situation de court terme, car les fournisseurs développent davantage de capacités ». Selon lui, la situation devrait aller en s'améliorant au cours des 12 à 18 prochains mois ». 

Rupture inédite

Mais selon d'autres dirigeants, le problème pourrait durer encore plus longtemps. « Jamais dans l'histoire d'Arista, nous avons été confrontés à une chaîne d'approvisionnement aussi contrainte », a déclaré récemment son CEO, Jayshree Ullal, aux analystes, lors de la présentation des résultats financiers de l'entreprise. « Aujourd'hui, la disponibilité de nombreux composants impose des délais pouvant aller jusqu'à 52 semaines. Les délais de livraison pour certains de nos produits sont extrêmement importants et nous devons caler nos planifications en conséquence. Et je dois reconnaître que, même si nous avons d'excellents partenaires, la chaîne d'approvisionnement en semi-conducteurs est toujours contrainte », a-t-il ajouté. « Notre équipe a pris des mesures très importantes pour compléter nos stocks avec certains de ces composants pour lesquels l'attente est très longue, mais nous pourrions produire beaucoup plus, si nous avions plus de composants ».

Lors de la conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre, le directeur financier de Juniper Networks, Ken Miller, a déclaré aux analystes que les contraintes d'approvisionnement actuelles devraient se poursuivre pendant un an ou plus. « Nous continuons à travailler en étroite collaboration avec nos fournisseurs pour améliorer encore notre résilience et réduire l'impact de ces perturbations indépendantes de notre volonté. Malgré cela, nous pensons que ces délais d'approvisionnement inhabituellement longs vont probablement persister au cours des prochains trimestres », a déclaré M. Miller. « Même si à ce stade nous pouvons qualifier la situation de changeante, nous pensons que nous aurons accès à un approvisionnement suffisant en semi-conducteurs pour atteindre nos prévisions financières sur l'ensemble de l'année », a-t-il ajouté.

12 semaines pour fabriquer un wafer

Selon les experts, la remise en route de la capacité de production en semi-conducteurs n'est pas une tâche facile. « Augmenter la capacité de production de semi-conducteurs prend du temps, parce que les semi-conducteurs sont terriblement complexes à produire. La fabrication d'une puce est l'un des processus de fabrication les plus gourmands en capital et en R&D au monde, si ce n'est le plus intensif », a écrit Falan Yinug, directeur des statistiques industrielles et de la politique économique à la Semiconductor Industry Association dans un blog consacré à la pénurie. « La fabrication est complexe et fait intervenir des composants et des équipements hautement spécialisés pour fournir la précision nécessaire à cette échelle de miniaturisation extrême. Selon sa complexité, le processus de fabrication d'un microprocesseur peut comporter jusqu'à 1 400 étapes, uniquement pour fabriquer une plaquette ». La fabrication d'une puce personnalisée complète peut demander jusqu'à 26 semaines. Déjà, la fabrication d'un wafer de semi-conducteur fini, appelée temps de cycle dans l'industrie, prend environ 12 semaines en moyenne, mais ce cycle peut demander jusqu'à 14-20 semaines pour les processus avancés. « Perfectionner le processus de fabrication d'une puce pour augmenter les rendements et les volumes de production prend encore plus de temps - environ 24 semaines », a encore déclaré Falan Yinug.

Colt recrute Jaya Deshmukh comme VP stratégie et transformation

L'opérateur télécoms et de services Internet Colt a recruté Jaya Deshmukh en provenance de Google Cloud. Elle va piloter la feuille de route de la stratégie et de l'innovation du fournisseur britannique....

le 21/05/2021, par Fabrice Alessi, 242 mots

La pénurie de puces pourrait affecter durablement les acheteurs de...

Selon des cadres et des analystes du secteur technologique, l'actuelle pénurie de puces et la perturbation des chaînes d'approvisionnement résultant de la pandémie de Covid-19 pourraient avoir un impact à long...

le 18/05/2021, par Michael Cooney, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 1228 mots

Bilan de l'année 2020 avec Mary McDowell, CEO de Mitel

La CEO de l'entreprise canadienne Mitel espère que l'engouement pour les communications, suscité par le contexte du Covid, va perdurer longtemps. La carrière de Mary McDowell a été marquée par de nombreux...

le 19/01/2021, par Martin Veitch, IDG (adaptation Jean Elyan), 851 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Olivier Pomel

CEO de Datadog

« Intégrer la sécurité aux projets DevOps est évident »