Le G.fast, enfin normalisé par l'UIT

le 09/12/2014, par Mickaël Ricknäs IDG NS, Régulation télécoms, 495 mots

En attendant la fibre optique, les opérateurs testent d'autres formules, comme le VDSL 2 ou le FTTdp, qui repose sur la norme G.fast. Cette dernière vient d'être normalisée par L'UIT (Union internationale des télécommunications), le Broadband Forum le fera pour les équipements mi 2015.

Le G.fast, enfin normalisé par l'UIT

Le G.fast, cette technologie qui permet de profiter de la fibre jusqu'au point de raccordement le plus proche de l'abonné et, ensuite, de passer à des vitesses optimales sur le cuivre. Sur cette partie terminale, on avait jusqu'alors le VDSL2, autorisé en France depuis 15 mois. Le FTTdp serait encore plus performant. Il vient d'être finalement normalisée, sous le nom de G- Fast, ouvrant la voie à un équipement interopérable jusqu'à 1Gbps. Il offre des vitesses jusqu'à 1Gbps à des distances allant jusqu'à 100 mètres. Comme la distance augmente, les vitesses diminuent.

La performance que les utilisateurs peuvent retrouver dépend d'un certain nombre de facteurs, y compris la distance et la qualité des fils de cuivre. Les vitesses citées par l'UIT ne sont que des objectifs, c'est loin d'être une performance garantie. Toutefois, les tests effectués dans les deux dernières années ont montré les capacités du G.fast à proposer des vitesses impressionnantes. Par exemple, plus tôt cette année en Colombie, l'opérateur BT a travaillé à des vitesses de téléchargement de l'ordre de 700Mbps et des vitesses de téléchargement à 200 Mbps sur une distance de 66 mètres, au cours d'un essai.  Alcatel-Lucent en Autriche et Huawei en Finlande, ont mené d'autres expériences.

Telekom Austria avec Alcatel-Lucent

L'augmentation de la vitesse est nécessaire pour des applications telles que le streaming vidéo 4K (et dans le futur 8K), l'IPTV, le stockage dans le cloud et la communication par le biais de la vidéo HD. Un des plus grands partisans du G.fast c'est l'opérateur de télécommunications Telekom Austria, qui au mois d'octobre a déclaré qu'il avait relié le premier abonné au monde à un tel service, à partir de son réseau domestique et avec Alcatel-Lucent.

Telekom Austria veut des installations commerciales à grande échelle dans les villes en 2016. Dans ce cas, la fibre est déployée au sous-sol d'un bâtiment, et les lignes de cuivre existantes sont utilisées pour le raccordement final aux appartements. La vitesse combinée avec les limitations de distance signifie que le G.fast dépend des opérateurs et de leur capacité à déployer de la fibre sur presque tout le chemin qui mène de la maison au bureau. L'UIT attend les premiers déploiements avant la fin de l'année prochaine. La technologie sera également utilisée pour connecter les stations de base mobiles, les points d'accès Wi-Fi et les petites et moyennes entreprises.

Le G.fast augmente la bande passante en utilisant un spectre plus large. Le faire fonctionner a été un défi pour les fabricants de puces et les fournisseurs d'équipements. La standardisation des G.fast a commencé en 2011, et devait être terminé d'ici avril 2015. En fin de compte, encore sept mois sont nécessaires, montrant une fois de plus que la normalisation est une affaire délicate.

Un réseau privé 4G/5G dans une usine Schneider Electric normande

En s'appuyant sur les solutions de Nokia intégrées par Orange Business Services, Schneider Electric a équipé son usine localisée Le Vaudreuil en Normandie d'un réseau 4G/5G privé en se servant de la...

le 09/07/2021, par Laurent Mavallet, 284 mots

Le chiffrement GEA-1 du GPRS affaibli dès l'origine par l'ETSI

Plusieurs chercheurs ont découvert que l'algorithme de chiffrement utilisé pour la connectivité GPRS des réseaux 2G avait été délibérément affaibli, ouvrant la voie au décryptage des communications. L'ETSI en...

le 18/06/2021, par Jacques Cheminat, 498 mots

Les failles du slicing 5G inquiètent les opérateurs

Des manquements dans les étapes de validation de la sécurité dans le découpage du réseau 5G exposent à un risque grave de violations de la vie privée et de la sécurité. Selon un rapport d'AdaptiveMobile...

le 12/04/2021, par Jon Gold / Network World (adaptation Jean Elyan), 543 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Olivier Pomel

CEO de Datadog

« Intégrer la sécurité aux projets DevOps est évident »