Le Médiateur inter-entreprises fait plier SFR-Numericable

le 29/04/2015, par Didier Barathon, Régulation télécoms, 381 mots

Reculer pour mieux réorganiser : c'est peut-être la nouvelle devise chez SFR-Numericable. En tout cas, le Médiateur inter-entreprises, qui dépend de Bercy, vient d'obtenir de l'opérateur une révision de sa politique à l'égard des fournisseurs informatiques.

Le Médiateur inter-entreprises fait plier SFR-Numericable

Pour reprendre SFR et le réorganiser, le management de Numericable recours à des méthodes rapides et parfois musclées. Elles ne se limitent pas aux économies internes, mais touchent les fournisseurs. Ces derniers sont menacés de voir leurs factures refusées s'ils n'acceptent pas de rabais de plusieurs dizaines de pour cents sur les contrats en cours. Cette offensive touche principalement les services  informatiques, une cible dans la réorganisation voulue par les nouveaux propriétaires de l'opérateur, ils souhaitent  faire le ménage dans les offres et derrière dans les développements internes et externes. Le tout sans licencier en interne. L'externe et donc les ESN sont visés.

Le Syntec Numérique a été saisi par plusieurs de ses adhérents de cette nouvelle et inédite politique menée par l'opérateur. Mais pour bien opérer la négociation, il a évité toute communication publique. Bien lui en a pris, puisque lundi soir, selon Les Echos, le Médiateur inter-entreprises Pierre Pelouzet (en photo)a obtenu un premier accord entre Numericable-SFR d'un côté et le Syntec Numérique de l'autre (*). Cet accord prévoit le règlement intégral de toutes les factures en cours. Par précaution, une réunion paritaire procèdera à un point d'étape régulier.

Des projets stoppés

C'est une partie importante du dossier. Il reste pour le Médiateur à se saisir éventuellement du cas des autres fournisseurs. Tous les sous-traitants attendent également les nouvelles orientations de l'opérateur sur les services informatiques, savoir quels projets sont stoppés et quels projets sont poursuivis. Le projet central BIOS, Billing & Order Management System, est jugé trop couteux et inefficace par la nouvelle direction, qui veut le limiter à Red et à SFR La Carte, les deux seuls éléments déjà réalisés. D'autres projets seront remis en cause.

Pour spectaculaire qu'il soit, l'accord auquel a dû se plier Numericable-SFR n'est donc qu'un élément de sa réorganisation informatique. L'arrêt ou la limitation des prestations n'est que celle des projets, en particulier informatiques, qui sous-tendent le développement commercial et la gestion.

(*) La médiation explique avoir traité plus de 1000 dossiers en 2014 et a enregistré 80% de succès, un accord satisfaisant est trouvé entre les parties dans 8 cas sur 10
 





 

Un réseau privé 4G/5G dans une usine Schneider Electric normande

En s'appuyant sur les solutions de Nokia intégrées par Orange Business Services, Schneider Electric a équipé son usine localisée Le Vaudreuil en Normandie d'un réseau 4G/5G privé en se servant de la...

le 09/07/2021, par Laurent Mavallet, 284 mots

Le chiffrement GEA-1 du GPRS affaibli dès l'origine par l'ETSI

Plusieurs chercheurs ont découvert que l'algorithme de chiffrement utilisé pour la connectivité GPRS des réseaux 2G avait été délibérément affaibli, ouvrant la voie au décryptage des communications. L'ETSI en...

le 18/06/2021, par Jacques Cheminat, 498 mots

Les failles du slicing 5G inquiètent les opérateurs

Des manquements dans les étapes de validation de la sécurité dans le découpage du réseau 5G exposent à un risque grave de violations de la vie privée et de la sécurité. Selon un rapport d'AdaptiveMobile...

le 12/04/2021, par Jon Gold / Network World (adaptation Jean Elyan), 543 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Olivier Pomel

CEO de Datadog

« Intégrer la sécurité aux projets DevOps est évident »