Le spam devient un commerce lucratif très organisé

le 28/11/2007, par Marie-Anne Delalande, , 210 mots

D'après une analyse réalisée par l'éditeur de logiciels de sécurité informatique G Data, une offre de plus en plus étoffée est en train d'apparaître sur le marché du spam. Selon lui, si vous avez 140 € en poche, vous pouvez vous payer un outil d'envoi de courriers électroniques et 5 millions d'adresses pour l'exploiter. Pour 350 €, on obtiendrait 20 millions d'adresses, soit de quoi polluer une grande partie de la planète de courriers indésirables pour pas cher. Une faille de sécurité se vendrait 35 000 € et le cheval de Troie serait commercialisé aux alentours de plusieurs dizaines de milliers d'euros. « Les cybercriminels sont comme des épiciers. Ils proposent un large choix de prestations pour recruter un maximum de cyber-criminels », précise Ralf Benzmüller, le directeur du laboratoire de sécurité de G DATA dans un communiqué de presse. En d'autres termes, on assiste aujourd'hui à la naissance d'un véritable marché informatique parallèle de la cybercriminalité. Pas forcément étonnante, cette information est d'autant plus alarmante que les réseaux sociaux et autres sites accumulant les données sur leurs utilisateurs pullulent sur Internet. Si des lois régissent la protection des données en France, on est toutefois en droit d'être inquiets quant à l'utilisation de l'information confiée à des sites qui ne sont pas forcément régis par les mêmes règles.

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Jamshid Rezaei

DSI de Mitel

Le DSI de Mitel, Jamshid Rezaei, a adopté le système japonais du Kaizen prônant l'amélioration continue...