Les opérateurs 4G britanniques ne se ruinent pas pour leurs fréquences

le 22/02/2013, par Jean Pierre Blettner, GSM/3G/4G, 647 mots

Les enchères pour la 4G en Grande Bretagne ont ramené 2,7 milliards d'euros au trésor britannique. C'est moins qu'attendu. Leurs services 4G seront proposés à la fin du printemps ou au début de l'été.

Les opérateurs 4G britanniques ne se ruinent pas pour leurs fréquences

Les enchères pour la 4G en Grande Bretagne ont ramené 2,7 milliards d'euros au lieu de 4,1 milliard attendus par le ministre des finances. On est loin des montants atteints pour la 3G et des 26,5 milliards de l'époque, rappelle le cabinet d'analyse Ovum.

Ce dernier souligne même que la pauvre couverture 3G de la Grande Bretagne est sans doute partiellement due au fait que les opérateurs mobiles avaient été laissés les poches vides, et n'avaient pu déployer de réseau digne de ce nom.  

Pour la 4G, les enchères ont porté sur les fréquences de 800 Mhz et 2600 Mzh. La couverture 4G devrait être meilleure car, comme Ovum le rappelle, « la bande des 800 Mhz permet de diffuser sur de plus longues distances et pénètre mieux à l'intérieur des bâtiments. »

Le gouvernement s'est juste trompé

Le prix payé pour la 4G par les opérateurs est-il pour autant trop bas ? Selon un autre cabinet d'analyses, Analysys Masson, le décalage entre la somme attendue par le ministère des finances et le résultat réel est peut être tout simplement du au fait que le gouvernement s'attendait à dépasser la moyenne européenne.

Analysys Masson a calculé le prix du Mhz afin d'effectuer la comparaison avec ce qui a été payé pour ces fréquences en Europe. Sa conclusion est que le prix pour la bande de fréquences des 800 MHz est très proche de la moyenne des prix payés dans le reste de l'Europe.

C'est 20% moins cher que dans le reste de l'Europe ...



C'est 20% moins cher que dans le reste de l'Europe 

C'est toutefois 20% moins cher que la moyenne pondérée par le nombre d'habitants. Les prix en France, Allemagne et Italie ont tous été plus élevés que ceux de la Grande Bretagne. Ce prix plus bas payé semble dû à la fois aux difficultés liées à la crise et à la probabilité que la bande des 700 Mhz sera harmonisée pour un usage mobile partout en Europe en 2015. Ce qui donnera accès à un volume plus important de fréquences basses.

En ce qui concerne la bande de fréquences des 2600 Mhz, le prix payé en Grande Bretagne est légèrement plus élevé que la moyenne de l'Europe. Seule la France parmi les cinq grandes économies a vu des prix plus élevés.

Ce prix plus élevé en Grande Bretagne peut être lié au fait, selon Analysys Masson, qu'il y avait plus de compétiteurs sur cette bande de fréquences. BT qui n'a plus actuellement de réseau mobile en Grande Bretagne a obtenu 30 Mhz de spectre apparié et 20 Mhz de spectre non apparié dans cette bande.

Autre explication possible, le support croissant du standard 4G TD-LTE dans la bande 2600 MHz non appariée. En résumé, les enchères paraissent un peu basses, mais pas totalement hors de l'épure tracée par les enchères dans les autres pays, selon Analysys Masson.  Les vainqueurs de ces enchères sont Hutchinson 3G UK (appelé 3), qui a obtenu deux fois 5 Mhz dans la bande des 800 Mhz au prix de 261 millions d'euros. Les quatre autres vainqueurs sont BT, Everything EveryWhere (la fusion entre Orange et T-Mobile), Telefonica UK (O2), et Vodafone.

L'opérateur 3 bien positionné ...



L'opérateur 3 bien positionné

Selon Ovum, l'opérateur 3 semble le mieux positionné pour déployer la 4G grâce son spectre radio dans les 800 Mhz et le spectre dans les 1800 Mhz qu'il a acquis de Everything Everywhere. Jusqu'alors son usage de la bande de fréquences de 2,1 Ghz créait des difficultés dans les transmissions.

En revanche, O2 semble manquer de spectre radio de grande valeur pour les transferts de données.  Les services 4G des nouveaux venus sont attendus pour la fin du printemps et le début de l'été, sachant que Everything Everywhere s'était vu autoriser à lancer ses services 4G en avance sur le spectre dont il disposait déjà.

La 6G accapare déjà les équipementiers

La technologie sans fil 6G ne sera peut-être pas disponible avant dix ans, mais l'on sait déjà qu'elle pourrait atteindre des vitesses de l'ordre du térabit, alimenter les appareils mobiles et permettre de...

le 07/04/2021, par Chris Nerney, Network World (adapté par Jean Elyan), 686 mots

Slicing : La virtualisation sans fil pour créer des services 5G et...

Qu'est-ce que le découpage du réseau (slicing) et comment utiliser efficacement la capacité sans fil des opérateurs pour mettre en place des réseaux virtuels qui répondent exactement aux besoins des clients ?...

le 10/02/2021, par Jon Gold, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 1134 mots

5G en toute sécurité pour la SNCF à Nantes

En partenariat avec SFR, la SNCF expérimente depuis un an la 5G à Nantes. Outre un accroissement des débits, cette connectivité ne se fera pas sans cybersécurité. En 2019, la SNCF a lancé une expérimentation...

le 24/11/2020, par Bertrand LEMAIRE, 686 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Céline Polo

DRH du groupe iliad

"Nous recrutons dans des métiers en tension, en particulier sur l'infrastructure réseau, pour lesquels il y a...