Malgré une couverture élargie, le VDSL2 reste très faible chez l'abonné

le 12/12/2014, par Didier Barathon, Régulation télécoms, 413 mots

En attendant le déploiement du Ftth, avec le plan fibre optique, d'autres technologies prolongent et améliorent la vie du bon vieux fil de cuivre. Le SDSL, l'ADSL2,  l'ADSL2+, le VDSL2  ont l'avantage d'utiliser les fils téléphoniques existants, sans entraîner de câblage supplémentaire chez l'abonné.

Malgré une couverture élargie, le VDSL2 reste très faible chez l'abonné

Il y a un an, le VDSL2 (Very hight digital subscriber Line) était autorisé  en France sur les lignes directes, depuis fin octobre 2014, il l'est sur les lignes indirectes,  celles qui passent par un sous-répartiteur. 4,7 millions de lignes sont concernées, 2,9 en direct, 1,8 en indirect, sur un total de 31 millions de lignes téléphoniques existants en France. Une première en Europe, selon l'Arcep, le VDSL2  étant possible en situation de dégroupage par les différents opérateurs. Une technologie qui permet des débits élevés, jusqu'à 100 mbit/s en download et 50 en sens inverse. 

Dans la réalité, le VDSL2 présente plusieurs inconvénients. Il ne fonctionne que sur une distance très courte, à moins de 1 200 mètres du NRA et à condition que ce NRA soit d'une version récente. Son affaiblissement, la perte de qualité du signal, doit être inférieur à 20db. En clair cet affaiblissement se produit à partir de 500 mètres. La diaphonie, c'est-à-dire les perturbations électromagnétiques entrent  également en ligne de compte.

7 800 NRA concernés

L'Arcep dresse un premier bilan du déploiement du VDSL2. La couverture du territoire est le grand motif de satisfaction. 89% des lignes principales ont désormais ouvertes au VDSL2, ce qui représente 7 800 NRA (dont  7 600 en zones dégroupées). Attention, prévient le régulateur, les lignes bénéficiant déjà de l'ADSL2+ sont les plus faciles à passer en VDSL2 et  seuls les NRA dits « issus d'opérations de réaménagement de réseau », donc de dernière génération, sont les plus accueillants.

La couverture est donc très large, mais le nombre d'abonnés reste décevant. Le régulateur remarque dans une autre de ses études, celle trimestrielle qui comptabilise les abonnements, que 10,1% des nouveaux abonnés au très haut débit le sont en VDSL2. Ce qui représente 1% des abonnements haut et très haut débit actuellement souscrits en France. 

Une déception qui pourrait avoir plusieurs sources. Le régulateur les indique assez clairement dans son communiqué : le manque de box  compatibles VDSL2, la difficulté à migrer d'une offre ADSL à une autre en VDSL2 chez les opérateurs, l'attitude de ces mêmes opérateurs qui n'accordent le VDSL2 à leurs abonnés qu'à condition d'être très proches de leur NRA dégroupé. L'Arcep remarque aussi que des abonnés disposent de plusieurs réseaux possibles d'accès, Ftth, câble ou cuivre et dans ce cas, l'opérateur privilégie l'un d'eux, rarement le VDSL2.



Un réseau privé 4G/5G dans une usine Schneider Electric normande

En s'appuyant sur les solutions de Nokia intégrées par Orange Business Services, Schneider Electric a équipé son usine localisée Le Vaudreuil en Normandie d'un réseau 4G/5G privé en se servant de la...

le 09/07/2021, par Laurent Mavallet, 284 mots

Le chiffrement GEA-1 du GPRS affaibli dès l'origine par l'ETSI

Plusieurs chercheurs ont découvert que l'algorithme de chiffrement utilisé pour la connectivité GPRS des réseaux 2G avait été délibérément affaibli, ouvrant la voie au décryptage des communications. L'ETSI en...

le 18/06/2021, par Jacques Cheminat, 498 mots

Les failles du slicing 5G inquiètent les opérateurs

Des manquements dans les étapes de validation de la sécurité dans le découpage du réseau 5G exposent à un risque grave de violations de la vie privée et de la sécurité. Selon un rapport d'AdaptiveMobile...

le 12/04/2021, par Jon Gold / Network World (adaptation Jean Elyan), 543 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Olivier Pomel

CEO de Datadog

« Intégrer la sécurité aux projets DevOps est évident »