Mobiles en Europe : plus d'abonnés, mais qui rapportent moins !

le 09/09/2013, par D.B., GSM/3G/4G, 542 mots

En ouverture de sa conférence Mobile 360 Europe, la GSMA (qui regroupe 800 opérateurs dans le monde) publie une étude sur l'impact de cette industrie. L'étude porte sur l'année 2012 en Europe. Cette année là, note le rapport, l'éco-système mobile a généré environ 2,1% du PIB de l'Union européenne (en incluant les 53 milliards d'euros de financement public) et directement soutenu 394 000 emplois sur le continent. L'Association est évidemment le porte-parole des opérateurs mais son étude et ses conclusions ne manquent pas de sel.

Mobiles en Europe : plus d'abonnés, mais qui rapportent moins !

L'étude indique par exemple que, malgré un taux de pénétration unique d'abonnés, le plus élevé au monde avec 79%, l'Europe est la seule région à avoir les revenus décliner, de 162 milliards de dollars en 2010 à 151 milliards en 2012. Elle est maintenant à la traîne dans le déploiement des technologies mobiles de prochaine génération et des services avancés qu'il rend possibles.

Des politiques qui encouragent l'investissement

«L'Europe a longtemps été considérée comme un pionnier dans le mobile, note Anne Bouverot, directrice générale de la GSMA, mais désormais elle est en retard en particulier dans le déploiement du 4G/LTE. Malgré cela, l'industrie du mobile peut jouer un rôle clé dans la reprise européenne, mais cela nécessitera des politiques qui encouragent l'investissement dans la connectivité haut débit mobile, permettant l'innovation et contribuant à renforcer la confiance des consommateurs dans les services mobiles. Ce devrait être au coeur des propositions  de la Commission pour un marché unique des télécommunications en Europe ».

L'Europe est en effet en retard dans l'adoption de la prochaine génération de téléphonie mobile. A la fin 2012, le LTE ne représentait que 0,3% du total des terminaux déployés en Europe, contre 11% aux Etats-Unis, 28% en Corée du sud. La croissance de l'investissement aux Etats-Unis se traduit par des connexions de données plus rapides, elles sont 75% plus rapides qu'en Europe. Et cet écart devrait croître.

De nouveaux flux de revenus

Le « vivre connecté » représente également une opportunité pour étendre la téléphonie mobile dans des secteurs clés de l'industrie. Le nombre de dispositifs sans fil connectés en Europe devrait croître et atteindre près de 6 milliards de dollars en 2024, soit le quart du total mondial.  Le nombre total du « vivre connecté » en Europe pourrait atteindre 234 milliards de dollars en 2020, en progression de plus de 6%. L'adoption de la technologie mobile dans les secteurs tels que l'automobile, le commerce, l'éducation, la santé, le secteur public, entre autres, créera des opportunités pour de nouveaux modèles de développement et de flux de revenus.

Mais le GSMA insiste aussi sur la nécessite pour les autorités européennes, elles-mêmes, de modifier leur approche. Une conception pan-européenne plus coordonnée de la libération du spectre et son harmonisation peuvent contribuer à soutenir de nouveaux investissements dans la connectivité large bande. L'Union européenne indique qu'un total de 1200 MHz de spectre devrait être alloué en 2015 pour répondre à la croissance attendue du trafic de données, mais seulement 600 MHz seulement ont été libérés et il y a des retards dans l'attribution des fréquences du dividende numérique dans la bande des 800 MHz. Si ces question sont réglées, jusqu'à 119 milliards d'euros de PIB supplémentaires pourraient être générés jusqu'en 2020. Ce qui donnerait 23 milliards de recettes fiscales supplémentaires. 

La 6G accapare déjà les équipementiers

La technologie sans fil 6G ne sera peut-être pas disponible avant dix ans, mais l'on sait déjà qu'elle pourrait atteindre des vitesses de l'ordre du térabit, alimenter les appareils mobiles et permettre de...

le 07/04/2021, par Chris Nerney, Network World (adapté par Jean Elyan), 686 mots

Slicing : La virtualisation sans fil pour créer des services 5G et...

Qu'est-ce que le découpage du réseau (slicing) et comment utiliser efficacement la capacité sans fil des opérateurs pour mettre en place des réseaux virtuels qui répondent exactement aux besoins des clients ?...

le 10/02/2021, par Jon Gold, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 1134 mots

5G en toute sécurité pour la SNCF à Nantes

En partenariat avec SFR, la SNCF expérimente depuis un an la 5G à Nantes. Outre un accroissement des débits, cette connectivité ne se fera pas sans cybersécurité. En 2019, la SNCF a lancé une expérimentation...

le 24/11/2020, par Bertrand LEMAIRE, 686 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Olivier Pomel

CEO de Datadog

« Intégrer la sécurité aux projets DevOps est évident »