Nokia délocalise 4 000 emplois en Asie

le 10/02/2012, par Jean Elyan / IDG News Service, Terminaux et Systèmes, 377 mots

Nokia va relocaliser une partie de sa production en Asie. 4 000 emplois passeront à la trappe en Europe et au Mexique.

Nokia délocalise 4 000 emplois en Asie

Nokia a décidé de délocaliser une plus grande partie de sa production en Asie. Pour ce faire, le constructeur finlandais va licencier environ 4000 salariés d'ici la fin de l'année dans trois usines situées en Europe et au Mexique. Prises dans leur ensemble, les usines Komarom en Hongrie, Reynosa au Mexique, et Salo en Finlande, concernées par les réductions de personnel, emploient 8900 personnes. Au mois de septembre dernier, au moment où il annonçait qu'il fermerait une autre de ses usines à Cluj en Roumanie à la fin de l'année 2011, le constructeur avait prévenu qu'il procèderait à un audit de ces trois usines. Le finlandais estime que ses usines asiatiques offrent de meilleures conditions en terme de volume de production, mais aussi de proximité avec les fabricants des composants qui entrent dans la fabrication de ses produits. « En déplaçant une plus grande partie de sa production en Asie, Nokia espère être plus compétitif, » a indiqué l'entreprise dans un communiqué. Alors que les ventes de ses smartphones sous Symbian ont chuté plus rapidement que prévu, le constructeur finlandais doit accélérer sa production de smartphones sous Windows Phone. « Nokia veut aller plus vite pour proposer plus rapidement ses smartphones Lumia sous Windows Phone sur les nouveaux marchés que nous visons. Nous voulons aussi augmenter le rythme de sortie des nouveaux modèles, » a déclaré le CEO de Nokia, Stephen Elop, au cours d'une conférence téléphonique qui a suivi la publication des résultats financiers de l'entreprise au quatrième trimestre.

Les salariés qui resteront dans les usines concernées par les licenciements seront affectés à la « personnalisation des smartphones, » comme l'a précisé Nokia. « Par exemple, pour adapter un logiciel à une petite série de téléphones pour un opérateur particulier, » comme l'a indiqué un porte-parole de Nokia.

Au quatrième trimestre, les ventes de Nokia se chiffrent à 10 milliards d'euros, soit en baisse de 21% par rapport à l'année précédente, et le constructeur affiche une perte nette de 1,07 milliard d'euros, contre un bénéfice net de 745 millions d'euros un an plus tôt. Comme beaucoup de ses concurrents, Nokia se prépare désormais pour le Mobile World Congress (MWC) de Barcelone, où le constructeur tiendra sa première conférence le 27 février prochain.



Webex va progressivement déployer les outils analytiques Personal...

L'entreprise rejoint d'autres fournisseurs de technologies, dont Microsoft et Google, qui utilisent l'analyse de l'activité des employés pour mettre l'accent sur le bien-être et l'équilibre de ces derniers...

le 06/04/2021, par Michael Cooney, IDG NS, et Serge Leblal, 1009 mots

Un indice de réparabilité pour les iPhone et Mac en France

En France, la législation oblige désormais les fabricants de smartphone à afficher un indice de réparabilité de leurs produits. Et, contrairement à ce que l'on aurait pu penser, les scores d'Apple ne sont pas...

le 01/03/2021, par Michael Simon, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 370 mots

Les ambitions 2021 des fournisseurs de solutions de vidéoconférence

La pandémie est toujours là et les changements qu'elle a entraînés dans le monde du travail, notamment l'adoption massive du travail à distance, devraient perdurer. Et si, comme le constatent les analystes, la...

le 04/01/2021, par Charlotte Trueman, IDG NS (adaptation Jean Elyan), 2196 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Olivier Pomel

CEO de Datadog

« Intégrer la sécurité aux projets DevOps est évident »