Nokia teste la technologie PCell de la start up Artemis afin d'accélérer le débit de la 4G ou de la 5G

le 03/11/2015, par Didier Barathon, GSM/3G/4G, 323 mots

Les utilisateurs de la 4G et leurs opérateurs constatent des congestions de trafic, à certaines heures et sur certaines zones denses.  Elles peuvent décourager les utilisateurs et freiner l'essor de la 4G ou l'arrivée de la 5G.

Nokia teste la technologie PCell de la start up Artemis afin d'accélérer le débit de la 4G ou de la 5G

Steve Perlman, fondateur en février 2014 et CEO d'Artemis propose son système PCell destiné à réduire la pénurie de spectre.  Il le définit comme un  software-defined radio Cloud-RAN, permettant de se connecter à ses stations radio pWave.  Ces stations permettent d'éviter de passer par la station de base habituelle et donc d'être noyé dans le trafic. Chaque utilisateur d'un terminal 4G dispose d'une cellule personnelle d'un centimètre carré autour de l'antenne dans la zone de couverture.

Les stations peuvent se placer en interne ou en externe. Toujours pour pallier les encombrements de trafic sur le campus d'entreprise ou dans les zones très fréquentées par le grand public (stades, centres commerciaux, aéroports).  Cette technologie va être testée avec une douzaine d'opérateurs indique Artemis.  Mais le premier partenaire choisi est Nokia. Les ingénieurs du finlandais ont testé cette technologie au mois de septembre.  Début 2016, Nokia la testera en grandeur nature chez l'un de ses opérateurs clients dans le monde, on ne sait pas lequel.

600 emplacements sur les toits à San Francisco

Artemis a obtenu par ailleurs une licence de la FCC, le régulateur américain pour déployer sa technologie à San Francisco. Il a signé avec Webpass, une société qui dispose de 600 emplacements sur les toits de la ville et devrait abriter les pWave d'Artemis. Du coup, Artemis a songé à offrir sur San Francisco ses propres services mobiles avec une licence MVO, ses propres cartes SIM, à condition de trouver un opérateur partenaire. Il est dernièrement revenu sur ce projet, préférant s'associer avec des MVNO existants.

Après cette phase d'expérimentation, Artemis envisage de développer les PCell pour obtenir de nouvelles fonctionnalités, comme le positionnement précis de l'utilisateur, censé être ensuite monétisé à des annonceurs.

En photo : Steve Perlman présentant sa société

La 6G accapare déjà les équipementiers

La technologie sans fil 6G ne sera peut-être pas disponible avant dix ans, mais l'on sait déjà qu'elle pourrait atteindre des vitesses de l'ordre du térabit, alimenter les appareils mobiles et permettre de...

le 07/04/2021, par Chris Nerney, Network World (adapté par Jean Elyan), 686 mots

Slicing : La virtualisation sans fil pour créer des services 5G et...

Qu'est-ce que le découpage du réseau (slicing) et comment utiliser efficacement la capacité sans fil des opérateurs pour mettre en place des réseaux virtuels qui répondent exactement aux besoins des clients ?...

le 10/02/2021, par Jon Gold, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 1134 mots

5G en toute sécurité pour la SNCF à Nantes

En partenariat avec SFR, la SNCF expérimente depuis un an la 5G à Nantes. Outre un accroissement des débits, cette connectivité ne se fera pas sans cybersécurité. En 2019, la SNCF a lancé une expérimentation...

le 24/11/2020, par Bertrand LEMAIRE, 686 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Olivier Pomel

CEO de Datadog

« Intégrer la sécurité aux projets DevOps est évident »