Open Source + SaaS = beaucoup de problèmes pour les entreprises, selon le cabinet Gartner

le 18/04/2008, par Marie Anne Delalande, Infrastructure, 422 mots

Les prestataires de logiciels en mode locatif recourront en majorité aux logiciels en Open Source afin de réduire leurs coûts, selon le cabinet Gartner. Reste que cette approche est une source potentielle de nombreux problèmes pour les utilisateurs.

Selon le cabinet d'analystes Gartner, d'ici 2010 neuf prestataires SaaS (Software as a Service) sur dix s'appuieront sur l'offre open source afin de réaliser des économies. Systèmes d'exploitation, serveurs d'application, bases de données... tout serait bon dans le libre pour réduire les coûts d'infrastructure. Mais Robert Desisto, analyste au Gartner, apporte d'importants bémols à cette évolution. Tout d'abord, les prestataires SaaS n'ont pas l'intention de faire bénéficier leurs clients de ces économies, préférant réinvestir les bénéfices en recherche ou développement ou simplement... les garder. Des modèles hybrides difficiles à gérer Ensuite, pour mener à bien une telle stratégie, les prestataires SaaS chercheront à stimuler le développement Open Source. Ils pourraient adopter prématurément des solutions encore en test ou en bêta. Selon le cabinet d'analystes, ce penchant pour l'open source pourrait, à terme, poser bien des problèmes aux utilisateurs. Il cite ainsi Salesforce ou SugarCRM, deux prestataires qui permettent aux utilisateurs de développer des extensions de logiciels commerciaux du marché pour les partager ensuite. Ces exemples pourraient ...... se répandre et à terme, les prestataires proposeraient des solutions qui ressembleraient à du logiciel libre, auraient le goût du logiciel libre, mais n'en seraient pas vraiment. Les développeurs qui conçoivent ces extensions peuvent en effet adopter une démarche lucrative et demander un paiement en échange de leur travail. La facturation du service d'application reposant sur un coeur payant et des briques diverses et variées, payantes ou non, risque d'engendrer des modèles hybrides complexes à gérer pour les prestataires SaaS. Des clients en infraction sans le savoir Pis encore, les clients pourraient utiliser du code payant sans le savoir et donc se trouver en infraction vis-à-vis des législations anti-piratage ! Selon le Gartner, une seule solution : les entreprises doivent s'impliquer, voire s'ingérer dans la manière dont leur prestataire travaille avec l'Open Source. Et ce d'autant plus que les directions informatiques perdent le contrôle et la visibilité quand les services ventes ou marketing décident seuls d'utiliser une solution SaaS. Les services informatiques auront du mal à récupérer le contrôle Or, ces derniers ne sont pas forcément les mieux placés pour surveiller les ajouts de code et de juger de leur qualité. Malheureusement, une fois l'application externalisée, les services informatiques auront bien du mal à récupérer le contrôle si l'entreprise n'est pas directement impliquée dans les choix effectués par son prestataire...

La neutralité d'ARM est-elle en péril ?

Contrairement au co-fondateur d'ARM, le CEO de Nvidia, Jensen Huang, ne pense pas que le rachat du concepteur de processeurs remet en cause la neutralité du britannique. La plupart des observateurs de...

le 16/09/2020, par Martyn Williams IDG NS (adapté par Jean Elyan), 967 mots

Pourquoi Blue Cross réinternalise son son informatique

La mutuelle de santé Blue Cross NC basée à Durham, Caroline du Nord, a reconstitué son équipe d'ingénieurs en interne après une expérience insatisfaisante avec un fournisseur de services managés. Elle récolte...

le 14/09/2020, par Peter Sayer, CIO (adapté par Jean Elyan), 1127 mots

ARM pousse son contrôleur Cortex-R82 pour le stockage

La puce Cortex-R82 annoncée par ARM pourra faire à la fois du stockage et du traitement de données. La semaine dernière, ARM a annoncé le lancement d'une puce Cortex-R82, laquelle pourra à la fois stocker et...

le 10/09/2020, par Andy Patrizio, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 648 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Jamshid Rezaei

DSI de Mitel

Le DSI de Mitel, Jamshid Rezaei, a adopté le système japonais du Kaizen prônant l'amélioration continue...