Pourquoi Android est mauvais pour l'entreprise

le 16/09/2010, par Johanna Godet avec IDG News Services, Terminaux et Systèmes, 712 mots

Les facteurs qui influent sur la croissance d'Android sont aussi des facteurs qui en font une plate-forme cauchemardesque pour les administrateurs.

Pourquoi Android est mauvais pour l'entreprise

Chaque jour, la nouveauté semble être présente dans les mobiles sous Android, dans tous les Android. Plusieurs analystes ont récemment publié une prévision précisant qu'Android serait bientôt la plate-forme mobile leader sur le marché. Malgré sa popularité, elle présente des inconvénients qui la rendent inappropriée à une utilisation en entreprise.

Au cours des dernières semaines, des études de marché ont révélé qu'Android passait rapidement devant l'iOS d'Apple en termes d'utilisation pour de l'accès web sur les mobiles. Les analystes ont prédit qu'Android devrait devancer RIM et Symbian pour devenir d'ici 2014 la plate-forme mobile dominante. Mais les administrateurs informatiques pourraient avoir un point de vue quelque peu différent sur cette plate-forme.

Open Source

Pour certains, le fait qu'Android soit en Open Source est un avantage. Pourtant, alors que les plateformes et les applications Open Source ont en théorie de nombreux atouts, elles n'ont pas réussi à se faire réellement une place dans le monde des entreprises.

Après seulement trois ans, la plate-forme mobile iOS d'Apple a déjà dépassé la part de marché de Linux.

Les entreprises veulent pour leurs mobiles des éditeurs avec qui ils peuvent travailler - et qu'ils peuvent montrer du doigt. De nombreuses entreprises ont d'étroites relations avec les fournisseurs de logiciel et de matériel avec qui ils travaillent. Et ces relations permettent d'améliorer l'efficacité et l'efficience des opérations. Lorsqu'un problème émerge, les équipes informatiques savent qui appeler pour le résoudre. Avec l'open source, la question de "qui appeler ?" se pose.

Une trop grande diversité

Android est une plate-forme pertinente et elle mérite les éloges qui lui sont faites. Mais son plus grand facteur clé de succès a été son volume de diffusion sur une véritable diversité de mobiles.

Le fait de pouvoir choisir entre une large variété de smartphones et de sélectionner n'importe quel opérateur mobile crée un nombre considérable d'utilisateurs potentiels d'Android, nettement plus important qu'avec les clients qui préfèrent l'iPhone.

C'est bien pour les clients et pour la plate-forme Android, mais c'est un véritable cauchemar pour les administrateurs IT qui essaient de gérer une infrastructure mobile. Un utilisateur peut posséder un Droid 2 de Motorola doté d'Android 2.2 et de la plateforme de Motorola, alors qu'un autre ...

...pourra détenir un mobile Fascinate de chez Samsung, muni d'Android 2.1 et de TouchWiz UI, et un dernier aura un Devour de chez Motorola sur lequel est installée la plateforme Android 1.6 ainsi que MotoBlur.

Les différents matériels ont des capacités uniques, les différentes plate-formes Android fournissent des caractéristiques et des fonctionnalités uniques, et les interfaces propriétaires créent des scénarios uniques pour un mobile spécifique. Les administrateurs IT doivent donc être familiers avec l'ensemble de ces propriétés et doivent trouver un moyen de tous les gérer et d'en assurer la maintenance. Lorsqu'une nouvelle version d'Android est disponible, la possibilité de l'installer ou de la déployer est limitée à quelques modèles de smartphones Android qui reçoivent cette mise à jour.

Quelque part au milieu

Avant que les passionnés ne fassent un débat Android versus iOS, l'iPhone n'est pas non plus la plate-forme mobile idéale pour les entreprises. Apple maintient de manière extrêmement draconienne son code source secret. Mais l'iPhone 4 (ou dual si l'on considère l'iPhone 3GS comme un autre mobile) n'est peut-être pas non plus adapté à tout le monde.

A l'inverse, RIM a été capable de dominer les communications mobiles des entreprises avec une plate-forme propriétaire, en se concentrant sur la fourniture d'outils dont les administrateurs informatiques ont besoin pour gérer les mobiles à distance et avec une collection variée de mobiles BlackBerry. Alors que Windows Phone 7 a été lancée cet automne, Microsoft devrait être dans une position équivalente pour fournir une plate-forme de smartphone qui soit à mi-chemin entre le fait d'être trop ouverte et trop diversifiée et pas assez ouverte ni diversifiée.

Tous les espoirs ne sont pas perdus pour Android dans l'entreprise. Pour les sociétés qui peuvent passer outre le problème d'open source, Android offre une plate-forme mobile puissante et mérite de la considération. Les administrateurs peuvent la rendre moins complexe et faire en sorte qu'elle soit davantage gérable en proposant un seul smartphone Android ou au moins en rétrécissant la liste des smartphones que l'entreprise prendra en charge.

Illustration (D.R.)

La Justice américaine enquête sur la vente de matériels Cisco...

Selon le Département de la Justice des États-Unis, depuis plusieurs années des entreprises ont vendu des matériels Cisco usagés, trafiqués en modèles neufs et soi-disant plus récents. Une fraude qui a rapporté...

le 13/07/2022, par Tim Greene, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 715 mots

Red Hat lance des fonctions edge pour RHEL et de sécurité pour...

Lors de l'événement Summit organisé du 10 au 11 mai à Boston, Red Hat a annoncé des fonctionnalités edge pour sa distribution RHEL 9.0, et des outils de sécurité pour sa plateforme Advanced Cluster Security...

le 12/05/2022, par Jon Gold, IDG NS ( adapté par Jean Elyan), 545 mots

Webex renforce la collaboration en mode télétravail

Dans sa dernière série d'annonces, Cisco affirme vouloir améliorer le bien-être des employés et renforcer l'accessibilité de sa plateforme Webex. Cisco Webex a dévoilé aujourd'hui plusieurs mises à jour...

le 20/01/2022, par Charlotte Trueman, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 969 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Céline Polo

DRH du groupe iliad

"Nous recrutons dans des métiers en tension, en particulier sur l'infrastructure réseau, pour lesquels il y a...