Principales tendances technologiques stratégiques pour 2022, selon Gartner

le 18/10/2021, par Michael Conney, Network World (adapté par Jean Elyan), Infrastructure, 1941 mots

Selon l'étude annuelle du cabinet d'études Gartner sur les tendances de l'IT pour 2022, les technologies de l'IA, de l'entreprise distribuée, des data fabrics et de la sécurité sont de plus en plus utilisés. Ces prévisions ont été dévoilées lors du symposium virtuel IT/Xpo Americas organisé cette semaine par Gartner.

Principales tendances technologiques stratégiques pour 2022, selon Gartner

Qu'il s'agisse de l'IA, du cloud, de la sécurité ou de l'ingénierie, les investissements numériques dans ces domaines figureront parmi les principaux moteurs technologiques de l'année 2022. Telles sont les prévisions annuelles de Gartner sur les tendances IT stratégiques dévoilées lors du symposium virtuel IT/Xpo Americas organisé par le cabinet d'études du 18-21 octobre. « Toutes les entreprises ont la volonté de faire plus de choses avec les environnements numériques qu'elles ont rapidement développés pendant la pandémie, y compris en ce qui concerne la mise à l'échelle », a déclaré David Groombridge, vice-président de la recherche chez Gartner. « Prises dans leur ensemble, la plupart de ces tendances définissent des technologies qui montrent comment les entreprises vont se reconnecter avec leurs partenaires et les consommateurs pour créer les futures bases technologiques évolutives et résilientes de demain », a-t-il ajouté.

Place aux entreprises distribuées

La première de ces tendances est celle de l'entreprise distribuée. Sous l'effet d'une évolution massive vers le travail à distance et hybride, les entreprises traditionnelles, qui concentraient toute leur activité dans des immeubles de bureaux, se transforment en entreprises géographiquement distribuées. « Toutes les entreprises, du commerce de détail à l'éducation, doivent revoir leur modèle de prestation de services pour adopter des services distribués », a déclaré M. Groombridge. De telles opérations mettront à rude épreuve le réseau qui prend en charge les utilisateurs et les consommateurs, et les entreprises devront réarchitecturer et repenser leur design pour y faire face. Au final, Gartner prévoit que d'ici à 2023, 75 % des entreprises qui adopteront un mode de fonctionnement distribué verront leurs revenus augmenter 25 % plus vite que leurs concurrents.

Modifier le réseau pour libérer les données

Parallèlement à cela, Gartner prévoit un usage accru des fabrics de données qui intègrent les données sur les plateformes cloud et non-cloud, quel que soit leur emplacement géographique. « Les données d'un grand nombre d'entreprises sont encore largement dispersées et certaines de ces données précieuses peuvent être piégées dans des silos », a encore déclaré David Groombridge. « Les fabrics de données peuvent assurer l'intégration et l'interconnexion entre plusieurs silos pour débloquer ces ressources », a-t-il ajouté. M. Groombridge a précisé que les déploiements de data-fabric nécessiteront également d'importants réajustements de topologie du réseau et, dans certains cas, pour fonctionner efficacement, pourraient avoir besoin de disposer de leurs propres capacités de mise en réseau à la périphérie. « Ces réajustements permettront au fabric de débloquer des données qui pourront être utilisées par les plateformes d'IA et d'analyse pour alimenter de nouvelles applications et apporter des innovations commerciales plus rapidement », a encore déclaré M. Groombridge. « Si les données représentent le nouveau carburant, la véritable valeur d'un fabric de données réside dans sa capacité à améliorer dynamiquement l'utilisation des données grâce à ses analyses intégrées, et par voie de conséquence, à alléger le travail de gestion des données jusqu'à 70 % », a encore déclaré David Groombridge.

Réduire les coûts des incidents de sécurité

La protection de ce fabric de données distribuées est la troisième grande tendance pointée par Gartner. En particulier, l'utilisation d'une architecture maillée de cybersécurité (Cybersecurity mesh architecture, CSMA) permettra aux entreprises distribuées de déployer et d'étendre la sécurité là où elle est le plus nécessaire. « Aujourd'hui, les actifs et les utilisateurs peuvent se trouver n'importe où, ce qui signifie que le classique périmètre de sécurité a disparu », a déclaré M. Groombridge. « L'architecture maillée de cybersécurité CSMA permet une approche composable qui fait intervenir des outils intégrés avec des interfaces et des API communes dans le processus de sécurité en fonction des besoins. Elle fournira également une gestion centralisée, des analyses et de l'intelligence sur ce qui se passe dans l'entreprise, et appliquera des politiques aux utilisateurs et aux services auxquels ils ont accès », a aussi déclaré le VP de la recherche de Gartner. La CSMA contribue à fournir une structure intégrée pour sécuriser tous les actifs, quel que soit leur emplacement. Selon M. Groombridge, « d'ici à 2024, les entreprises qui adopteront une architecture maillée de cybersécurité CSMA réduiront l'impact financier des incidents de sécurité individuels de 90 % en moyenne ».

Des systèmes autonomes pour s'adapter à des environnements changeants

Alors que les entreprises s'étendent et adoptent de nouvelles stratégies de sécurité, Gartner s'est également penché sur les technologies qui affecteront cette évolution. Les systèmes autonomes, capables de modifier leurs propres algorithmes sans mise à jour logicielle externe, permettront aux entreprises de s'adapter rapidement aux nouvelles conditions sur le terrain, indique le cabinet d'études. « Le comportement autonome a déjà été mis récemment en oeuvre dans le cadre de déploiements dans des environnements de sécurité complexes, mais à plus long terme, il deviendra courant dans les systèmes physiques comme les robots, les drones, les machines de production et les espaces intelligents », a déclaré M. Groombridge. « Les systèmes autonomes peuvent apprendre de nouvelles tâches et réagir rapidement afin de fournir une solution pour la gestion à grande échelle », a-t-il ajouté.

L'hyperautomatisation

« Cela fait quelques années déjà que le concept d'hyperautomatisation figure en bonne place dans la liste des fortes tendances mises en évidences par Gartner, mais cette technologie s'est développée rapidement, pour répondre notamment aux besoins liés à la pandémie », a déclaré M. Groombridge. Les systèmes d'hyperautomatisation peuvent rapidement identifier, contrôler et automatiser plusieurs processus. Selon Gartner, l'hyperautomatisation implique la combinaison de plusieurs outils d'apprentissage machine (ML), de logiciels packagés et d'outils d'automatisation. « Les recherches de Gartner montrent que les équipes d'hyperautomatisation les plus performantes se concentrent sur trois priorités : l'amélioration de la qualité du travail, l'accélération des processus opérationnels et l'amélioration de l'agilité de la prise de décision », a déclaré M. Groombridge. Ce dernier signale également « qu'en moyenne, les experts en technologies d'entreprise ont soutenu 4,2 initiatives d'automatisation au cours de l'année écoulée ».

L'IA en plein essor

« La croissance de l'autonomie et de l'hyperautomatisation va aller de pair avec un usage accru de l'IA et, en particulier, de l'IA générative, c'est-à-dire de méthodes d'apprentissage machine qui permettent d'apprendre des choses sur le contenu ou les objets à partir de leurs données et de les utiliser pour générer un contenu entièrement nouveau et original », a encore expliqué M. Groombridge. L'IA générative peut servir dans un tas d'activités comme la création de codes logiciels, le développement de médicaments et le ciblage marketing. Elle pourrait également être utilisée à mauvais escient pour des escroqueries, des fraudes, la désinformation politique et des usurpations d'identité. « D'ici à 2025, Gartner prévoit que l'IA générative représentera 10 % de toutes les données produites, contre moins de 1 % aujourd'hui », a encore indiqué l'analyste.

Un besoin d'ingénieurs en IA

Plus l'usage de l'IA se développe, plus le besoin d'ingénieurs en IA se fait sentir, une discipline axée sur la gouvernance et la gestion du cycle de vie d'un large éventail de modèles d'IA et de décision opérationnalisés, comme l'apprentissage machine et les graphes de connaissances. « Pour les équipes de fusion travaillant sur l'IA, le véritable facteur de différenciation de leur entreprise résidera dans leur capacité à améliorer continuellement la valeur grâce à une évolution rapide de l'IA », a relevé M. Groombridge. « D'ici à 2025, les 10 % d'entreprises qui mettront en place les meilleures pratiques d'ingénierie de l'IA généreront au moins trois fois plus de valeur de leurs efforts en matière d'IA que les 90 % d'entreprises qui ne le font pas ».

Selon Gartner, d'autres tendances affecteront l'environnement IT en 2022, notamment :

- Les plateformes natives du cloud (Cloud Native Platform, CNP) : « Le déplacement et l'usage des applications héritées dans les environnements cloud n'est pas vraiment idéal dans le monde réel », a prédit l'analyste. Par contre, une architecture cloud native reconstruit les applications pour produire des services cloud hautement automatisés qui fournissent des capacités numériques partout et en tout lieu. Les plateformes natives du cloud utilisent les fonctions centrales du cloud pour fournir des capacités IT évolutives et élastiques en tant que service aux créateurs de technologies. C'est pour cette raison que Gartner prévoit que les plateformes natives du cloud serviront de base à plus de 95 % des nouvelles initiatives numériques d'ici à 2025, contre moins de 40 % en 2021.

- Les applications composables (Composable Applications) : Les architectures d'applications composables permettent de passer rapidement d'une application existante à une autre pour répondre à un besoin métier particulier. « L'architecture d'applications composables permet cette adaptabilité, et les entreprises qui l'ont adoptée devanceront leurs concurrents de 80 % dans la vitesse de mise en oeuvre de nouvelles fonctionnalités », a indiqué M. Groombridge.

- Les technologies améliorant la confidentialité (Privacy-Enhancing ComputationPEC) : Les technologies PEC protègent les informations personnelles et sensibles au niveau des données, des logiciels et du matériel, ce qui permet de partager, de regrouper et d'analyser les données en toute sécurité sans compromettre la confidentialité ou la vie privée. Selon Gartner, d'ici à 2025, 60 % des grandes entreprises devraient utiliser une ou plusieurs technologies PEC qui améliorent la confidenitialité.

- L'Intelligence décisionnelle (Decision Intelligence) : L'intelligence décisionnelle permet d'améliorer la prise de décision en comprenant et en élaborant explicitement la manière dont les décisions sont prises, et la manière dont les résultats sont évalués, gérés et améliorés par feedback. Gartner prévoit qu'au cours des deux prochaines années, un tiers des grandes entreprises utiliseront l'intelligence décisionnelle pour accroître leur avantage concurrentiel.

- L'Expérience totale (Total Experience, TX) : La TX ou Total Experience est une stratégie commerciale qui combine les disciplines de l'expérience client (Customer Experience, CX), de l'expérience employé (Employee Experience, EX), de l'expérience utilisateur (User Experience, UX) et de la multiexpérience (Multiexperience, MX). L'objectif de la TX est d'accroître la confiance, la satisfaction, la fidélité et la défense des intérêts des clients et des employés. Les entreprises augmenteront leurs revenus et leurs bénéfices en obtenant des résultats commerciaux adaptables et résilients.

La pénurie de compétences IT, toujours d'actualité

Même si elle ne figure pas dans la liste des principales tendances technologiques pour 2022, une autre tendance sur laquelle Gartner a récemment écrit pourrait jouer un rôle important en 2022 : la pénurie de compétences IT. Selon un récent rapport de Gartner, les responsables IT considèrent cette pénurie comme le principal obstacle à l'adoption des technologies émergentes, notamment l'infrastructure de traitement et les services de plate-forme, le réseau, la sécurité, l'espace de travail numérique, l'automatisation informatique, le stockage et les bases de données.

Selon les responsables IT interrogés, le manque de talents est le principal obstacle à l'adoption de la plupart des technologies d'automatisation de l'IT (75 %) et de près de la moitié des technologies de l'espace de travail numérique (41 %). Selon Gartner, le déficit de talents est l'un des obstacles les plus cités cette année, avant le coût de mise en oeuvre (29%) ou le risque de sécurité (7%). « La pénurie de talents sera un défi pour le déploiement de n'importe laquelle de ces technologies avancées », a relevé M. Groombridge. « Il y a cependant un élément positif, c'est que certaines de ces technologies, comme l'IA, l'automatisation et la manière dont les entreprises emploient la technologie pour les travailleurs hybrides, attireront également de nouveaux talents ».

« Malgré les défis liés aux compétences, les responsables IT ont adopté plus de technologies émergentes pour stimuler l'innovation alors que les entreprises commencent à se remettre de la pandémie », indique encore Gartner. « Dans tous les domaines technologiques, 58 % des personnes interrogées ont signalé une augmentation ou un projet d'augmentation des investissements dans les technologies émergentes en 2021, contre 29 % en 2020 », indique le cabinet d'études. Selon l'enquête, le renforcement de la résilience et l'amélioration des infrastructures IT critiques font partie des principales priorités des responsables IT en 2021, d'où la priorité accordée aux déploiements cloud et de sécurité.

(Crédit illustration Pixabay)

La sécurité des baies de stockage inquiéte les experts

La sécurité des systèmes de stockage est inférieure à celle des ordinateurs et des réseaux. C'est ce qu'a constaté Continuity Software en analysant les systèmes d'entreprises de plusieurs secteurs industriels...

le 25/11/2021, par Shweta Sharma, CSO (adaptation Jean Elyan, 1227 mots

Une carte FPGA Xiling Alveo U55C pour accélérer les calculs

La carte FPGA Alveo U55C de Xilinx est plus petite, comporte plus de mémoire et consomme moins d'énergie que la version précédente, ce qui la rend plus intéressant pour le calcul haute performance. Le dernier...

le 22/11/2021, par Andy Patrizio, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 686 mots

Des accélérateurs IPU pour doper les traitements IA

Les serveurs avec accélérateurs IA peuvent accroître les performances à un niveau équivalent à celui des supercalculateurs, le tout dans un encombrement réduit.  L'entreprise britannique Graphcore, qui...

le 29/10/2021, par Andy Patrizio, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 413 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Céline Polo

DRH du groupe iliad

"Nous recrutons dans des métiers en tension, en particulier sur l'infrastructure réseau, pour lesquels il y a...