SAP réduit son partenariat stratégique avec Azure

le 01/06/2021, par Peter Sayer, CIO (adapté par Jean Elyan), Cloud / Virtualisation, 864 mots

Azure de Microsoft ne sera plus la plateforme cloud préférée de SAP, même si les dirigeants de SAP affirment que le partenariat Embrace entre les deux entreprises reste solide.

SAP réduit son partenariat stratégique avec Azure

Il semble que le statut privilégié de Microsoft Azure pour l'hébergement de S/4HANA touche à sa fin. SAP, qui, dans le cadre d'un accord conclu avec Microsoft, recommandait jusqu'à présent de coupler sa suite ERP avec Azure, va désormais laisser ses clients héberger S/4HANA où ils le souhaitent. Selon l'éditeur allemand, le partenariat Embrace conclu entre les deux entreprises va désormais se recentrer sur le choix du client. Dans le même temps, SAP propose une nouvelle modalité d'utilisation de ses logiciels, sous forme d'offre hébergée par abonnement. Appelée « Rise with SAP », l'offre sera un des points forts de l'événement client Sapphire Now 2021 qui démarrera le 2 juin. « Concernant l'infrastructure sous-jacente, Azure est un partenaire important de Rise, mais nous avons étendu notre support aux autres fournisseurs hyperscalers que sont AWS, Google et Alicloud », a déclaré Jan Gilg, président de SAP S/4HANA. « Le partenariat avec Microsoft va se poursuivre », a-t-il ajouté, « en particulier sur la couche applicative ».

En janvier, SAP et Microsoft ont annoncé leur intention d'intégrer Microsoft Teams aux applications ERP, HR et CRM de SAP. Des clients présenteront leur expérience de cette intégration au salon Sapphire Now. Lancé par SAP en mai 2019, le projet Embrace avait pour but de promouvoir une architecture de référence pour les partenaires souhaitant migrer les applications SAP vers le cloud, en les hébergeant soit dans Amazon Web Services, Google Cloud Platform ou Microsoft Azure. Cependant, en octobre de la même année, Embrace s'est transformé en partenariat entre SAP et Microsoft, Microsoft acceptant de revendre des composants de SAP Cloud Platform aux côtés d'Azure, et SAP choisissant Microsoft Azure comme partenaire cloud privilégié. « Tout ce qui concerne les ventes d'Azure dans la relation de partenariat prendra fin le 30 juin 2021 », a déclaré David Robinson, directeur général Customer Success Office de SAP, à Business Insider, soit à peu près un an après sa mise en oeuvre.

Un partenariat déséquilibré

« Dans la pratique, la préférence de SAP pour Azure n'était pas si forte, et l'entreprise a continué à aider ses clients à migrer leurs applications vers d'autres clouds », a déclaré M. Robinson à Business Insider. C'est également ce que confirment d'autres personnes. « Nous n'avons pas vu SAP pousser Azure », a déclaré Len Riley, chef des pratiques chez UpperEdge, un cabinet conseil spécialisé dans l'approvisionnement en IT des entreprises. Au sein de SAP, les cadres ont estimé que l'accord était aussi unilatéral. Selon un ancien cadre de SAP qui travaillait à l'époque, dans l'idée de départ du projet Embrace, SAP espérait qu'en travaillant plus étroitement avec tous les hyperscalers pour déplacer ses charges de travail vers le cloud, l'éditeur pourrait vendre d'autres applications et services aux clients communs. « Nous voulions une place autour de la table », a déclaré ce cadre. La décision de désigner par la suite Microsoft comme partenaire privilégié a laissé ce cadre perplexe : « Avec Dynamics 365, Microsoft était le fournisseur le plus compétitif avec nos offres ». Alors que les commerciaux de SAP disaient aux clients que Microsoft était leur partenaire cloud préféré, les commerciaux de Microsoft essayaient d'écarter les collègues de SAP de leurs discussions avec les clients, raconte encore ce cadre. « C'est devenu une bataille de territoire ». Comme l'a dit un autre ancien cadre de SAP au fait de l'accord Embrace, « SAP a été laissé de côté, et Microsoft a obtenu le contrôle du compte ». Selon ce cadre, l'accord a permis à Microsoft de s'attaquer aux fonctionnalités non essentielles proposées par SAP, comme la gestion de la relation client ou la gestion des ressources humaines.

Réaffirmer le contrôle du client

« Chez la plupart de leurs entreprises clientes communes, Microsoft a une plus grande place à la table que SAP, parce qu'en plus de l'infrastructure en tant que service, le fournisseur leur vend également des logiciels de collaboration et de bureau », a avancé Len Riley d'UpperEdge. « L'influence de SAP sur ses clients a diminué après le départ de l'ancien CEO Bill McDermott, passé depuis chez ServiceNow, l'éviction de la co-CEO Jen Morgan, et le départ du président de l'activité Cloud Business Rob Enslin pour un poste similaire chez Google », a encore accentué la tendance selon M. Riley. « Bill McDermott pouvait décrocher son téléphone et entrer dans la C-suite, la question ne se posait même pas », a-t-il dit. « Personne ne pouvait l'écarter de ces réunions ».

Avec le lancement de « Rise with SAP », l'offre hébergée par abonnement pouvant être présentée directement au CEO, « SAP voulait essayer de rétablir le contrôle du compte », a encore déclaré Len Riley. « Cependant, dans la pratique, le modèle de logiciel d'entreprise tout-en-un en tant que service, lancé par Salesforce.com, a plus de chance de séduire les clients du mid market », a-t-il ajouté. « Au niveau de l'entreprise, où ils cherchent à avoir des relations directes avec les hyperscalers et à gérer le support des applications en interne ou par le biais d'un partenaire, comme TCS ou Cognizant, je pense que SAP va avoir du mal à pénétrer autant le marché avec Rise », a-t-il ajouté.

SAP réduit son partenariat stratégique avec Azure

Azure de Microsoft ne sera plus la plateforme cloud préférée de SAP, même si les dirigeants de SAP affirment que le partenariat Embrace entre les deux entreprises reste solide. Il semble que le statut...

le 01/06/2021, par Peter Sayer, CIO (adapté par Jean Elyan), 864 mots

40 millions de dollars pour l'innovation réseau

La National Science Foundation va distribuer des fonds de recherche d'un montant de 40 millions de dollars pour stimuler les innovations dans le domaine des réseaux définis par logiciel, de la virtualisation...

le 04/05/2021, par Chris Nermey, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 782 mots

Siemens et Google Cloud s'associent pour proposer des solutions...

Les capacités d'IA et d'apprentissage machine de Google Cloud seront combinées aux systèmes d'automatisation industriels de Siemens. L'accord annoncé par Google Cloud et Siemens prévoit l'intégration par...

le 28/04/2021, par Andy Patrizio, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 369 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Olivier Pomel

CEO de Datadog

« Intégrer la sécurité aux projets DevOps est évident »