Scandale PRISM : les atteintes à la vie privée pointées par la CNIL et le G29

le 20/08/2013, par Bertrand LEMAIRE, Régulation télécoms, 332 mots

Le groupement de l'Article 29 s'inquiète des manquements aux règles européennes en matière de vie privée impliqués par l'espionnage américain.

Scandale PRISM : les atteintes à la vie privée pointées par la CNIL et le G29

La CNIL et ses homologues européennes, regroupées dans le G29 (groupe de l'Article 29), viennent de se saisir des implications du Scandale Prism. L'autorité administrative indépendante a ainsi rendu public un courrier envoyé le 13 août 2013 par le président du G29, Jacob Kohnstamm, à la commissaire européenne Viviane Reding, avec copie à Cecilia Malmström, autre commissaire européenne, Martin Schulz, président du Parlement Européen, et Juan Fernando López Aguilar, président de la commission LIBE du Parlement Européen.

Prenant acte des révélations d'Edward Snowden, le G29 va « évaluer l'impact exact du programme PRISM sur la protection de la vie privée des citoyens européens ». Cette évaluation va être réalisée de manière indépendante.

Sur le même sujetScandale Prism : la NSA recadrée par Barack ObamaScandale Prism : Lavabit et Silent Circle jettent l'éponge pour échapper à la NSALe G29 n'est bien sûr pas compétent pour ce qui relève de l'espionnage, qui plus est par un état extra-européen. Mais il est bien sûr compétent, au contraire, pour ce qui concerne l'accès à des données de citoyens européens par des autorités tierces à partir de services en ligne souscrits en Europe. De plus, Viviane Reding mène en ce moment les travaux sur la révision de la directive européenne sur la protection des données personnelles et le projet actuel prévoit que le droit européen sera applicable à toute donnée concernant un citoyen européen.

Jacob Kohnstamm demande des précisions sur la nature exacte des informations collectées et les voies de recours possibles pour les citoyens européens. Le G29 veut en particulier vérifier en quelle mesure PRISM est compatible avec le droit international, liant les Etats-Unis, et le droit européen.

Concernant plus spécifiquement la France, la CNIL a d'ores et déjà mis en place un groupe de travail sur l'accès par des autorités étrangères aux données concernant les citoyens français. De plus, l'autorité administrative a saisi le gouvernement français d'une question simple : existe-t-il un équivalent à PRISM mené par notre gouvernement ? En tel cas, la CNIL rappelle qu'une telle surveillance serait en dehors de toute la réglementation existante.

Un réseau privé 4G/5G dans une usine Schneider Electric normande

En s'appuyant sur les solutions de Nokia intégrées par Orange Business Services, Schneider Electric a équipé son usine localisée Le Vaudreuil en Normandie d'un réseau 4G/5G privé en se servant de la...

le 09/07/2021, par Laurent Mavallet, 284 mots

Le chiffrement GEA-1 du GPRS affaibli dès l'origine par l'ETSI

Plusieurs chercheurs ont découvert que l'algorithme de chiffrement utilisé pour la connectivité GPRS des réseaux 2G avait été délibérément affaibli, ouvrant la voie au décryptage des communications. L'ETSI en...

le 18/06/2021, par Jacques Cheminat, 498 mots

Les failles du slicing 5G inquiètent les opérateurs

Des manquements dans les étapes de validation de la sécurité dans le découpage du réseau 5G exposent à un risque grave de violations de la vie privée et de la sécurité. Selon un rapport d'AdaptiveMobile...

le 12/04/2021, par Jon Gold / Network World (adaptation Jean Elyan), 543 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Olivier Pomel

CEO de Datadog

« Intégrer la sécurité aux projets DevOps est évident »