Un indice de réparabilité pour les iPhone et Mac en France

le 01/03/2021, par Michael Simon, IDG NS (adapté par Jean Elyan), Terminaux et Systèmes, 370 mots

En France, la législation oblige désormais les fabricants de smartphone à afficher un indice de réparabilité de leurs produits. Et, contrairement à ce que l'on aurait pu penser, les scores d'Apple ne sont pas aussi bas.

Un indice de réparabilité pour les iPhone et Mac en France

Ceux qui regardent les tutoriels de démontage et de remontage d'iPhone et de MacBook sur le site iFixit savent que les appareils d'Apple ne sont pas réputés pour leur réparabilité. Désormais, une nouvelle loi française exige qu'Apple et les autres constructeurs soient plus transparent sur la facilité ou la difficulté de faire réparer leurs produits.

D'abord repérée par le site français MacGeneration, Apple a commencé à se conformer à la loi en affichant un indice de réparabilité de ses produits vendus dans le pays. Déterminé par le fabricant, cet indice doit respecter une série de critères stricts. Á savoir :

- un accès à la documentation

- la facilité de démontage

- la disponibilité des pièces de rechange

- le prix des pièces de rechange (par rapport à l'achat de pièces neuves)

- l'accès aux mises à jour de logiciels, à l'assistance technique gratuite et à la possibilité de réinitialiser le logiciel

Les entreprises sont tenues de fournir dans un langage compréhensible par les utilisateurs - ici, la langue doit être le français - une fiche de support avec le score correspondant à chaque critère et une explication de l'indice. La Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) et le Ministère de la Transition écologique vérifient les indices du constructeur et les certifient en vue de leur publication.

Un indice pour les derniers modèles seulement

Apple n'a pas mis à jour les spécifications de tous ses produits, mais l'iPhone 12 Pro dispose d'un indice de réparabilité de 6,0 sur 10, et le MacBook Air M1, un indice de 6,5. Comparativement, en 2019, iFixit avait également attribué un score de réparabilité de 6 sur 10 à l'iPhone 12, mais un score de réparabilité de 1 au MacBook Pro 13 pouces, mais ses critères étaient différents.

S'il est peu probable qu'un système similaire soit adopté un jour aux États-Unis, la loi française pourrait avoir un impact important. Toute modification apportée par Apple à l'iPhone pour améliorer son score de réparabilité en France aura probablement des répercussions sur les modèles d'autres pays.

Webex va progressivement déployer les outils analytiques Personal...

L'entreprise rejoint d'autres fournisseurs de technologies, dont Microsoft et Google, qui utilisent l'analyse de l'activité des employés pour mettre l'accent sur le bien-être et l'équilibre de ces derniers...

le 06/04/2021, par Michael Cooney, IDG NS, et Serge Leblal, 1009 mots

Un indice de réparabilité pour les iPhone et Mac en France

En France, la législation oblige désormais les fabricants de smartphone à afficher un indice de réparabilité de leurs produits. Et, contrairement à ce que l'on aurait pu penser, les scores d'Apple ne sont pas...

le 01/03/2021, par Michael Simon, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 370 mots

Les ambitions 2021 des fournisseurs de solutions de vidéoconférence

La pandémie est toujours là et les changements qu'elle a entraînés dans le monde du travail, notamment l'adoption massive du travail à distance, devraient perdurer. Et si, comme le constatent les analystes, la...

le 04/01/2021, par Charlotte Trueman, IDG NS (adaptation Jean Elyan), 2196 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Olivier Pomel

CEO de Datadog

« Intégrer la sécurité aux projets DevOps est évident »