1e expérimentation 5G avec Verizon et un Samsung Galaxy Note 10+ - Actualités RT Opérateurs/FAI

1e expérimentation 5G avec Verizon et un Samsung Galaxy Note 10+

le 03/09/2019, par Michael Simon, IDG NS (adapté par Jean Elyan), Opérateurs/FAI, 1214 mots

Nos confrères de PCWorld ont voulu savoir comment se comportait le plus récent mobile de Samsung, le Galaxy Note 10+, sur le réseau 5G de Verizon. Entre vitesses vertigineuses et chutes de performance frustrantes.

1e expérimentation 5G avec Verizon et un Samsung Galaxy Note 10+

1,21 gigabits : c'est la première vitesse atteinte en 5G par notre confrère Michael Simon de PCWorld en se baladant dans la ville de Providence, Rhode Island, avec le Galaxy Note 10+ 5G de Samsung. C'est aussi sa première expérience de la 5G. Plus tard dans la journée, sa vitesse est passée à 1,48Gb/s et elle a même atteint 1,63Gb/s. Mais la vitesse moyenne était plus proche des 450Mb/s. Cependant, sa première impression du monde réel 5G Ultra Wideband, il l'a eu lors d'un événement de presse organisée par Verizon sur des noeuds d'infrastructure 5G déjà déployés. Et il a été époustouflé.

Pour donner aux lecteurs une idée des vitesses de téléchargement promises par la 5G, il a effectué les relevés suivants : il a pu télécharger The Hateful Eight (Durée : 2 heures et 47 minutes) de Netflix en 10 secondes ; le premier épisode de Stranger Things Saison 3 en 4K en 6,28 secondes ; le film Next Gen (1 heure et 47 minutes) en 11 secondes ; PUBG Mobile (2 Go) depuis le Galaxy Store en 47 secondes. À chaque fois, il a constaté que le même téléchargement sur LTE avait à peine commencé que le téléchargement en 5G était terminé. Les vitesses de téléchargement en upload étaient également impressionnantes, atteignant environ 50 Mbp/s, plus vite que les vitesses obtenues avec le service Gigabit Comcast auquel il est abonné.

On peut donc affirmer sans risque que la promesse de la 5G est réelle. En fait, tout en marchant dans les rues, il a utilisé des noeuds Verizon qui envoyaient des signaux 5G réels. Mais il a également eu quelques déceptions que tous les utilisateurs qui ont décidé de s'offrir le Galaxy Note 10+ 5G (200 euros de plus environ que la version non 5G) risquent de connaître.

Petit réseau, grand potentiel

Verizon est le premier à admettre qu'il a choisi la méthode dure pour la 5G. Au lieu de se concentrer sur le spectre en dessous des 6 GHz, Verizon a commencé par le spectre d'ondes millimétriques (mmWave), un processus plus lent qui nécessite l'installation de mini-tours soigneusement positionnées, ce qui revient à construire un tout nouveau réseau. D'où un tas de problèmes à résoudre, et il faut à chaque fois demander l'approbation réglementaire de chaque ville. Mais c'est la méthode qui offre les meilleurs résultats, comme en témoignent les vitesses obtenues par notre confrère.

Ces trois tours au sommet de ce poteau téléphonique délivrent le signal 5G pour quelques blocs. (Crédit : Christopher Hebert/IDG)

À Providence, les noeuds à trois tours sont centralisés sur des poteaux téléphoniques le long de College Hill, une zone animée avec des bâtiments de petite hauteur traversés par une voie de circulation tout ce qu'il y a de plus rectiligne. Ce genre de topologie est important pour le mmWave, car le déploiement initial envoie un signal direct qui est facilement interrompu. Selon Verizon, la technologie de beamforming - aussi appelée technologie de formation de faisceaux - permettra aux signaux mmWave de tourner autours des coins et éventuellement d'atteindre l'intérieur du bâtiment. Mais elle est encore en cours de développement.

Donc, pour l'instant, pour profiter de la 5G de Verizon, il est nécessaire de positionner le mobile par rapport aux noeuds. Dès que l'on bifurque à un coin, ou même si l'on fait demi-tour, on risque de perdre le signal. Concernant cette variation des vitesses, un responsable de Verizon a expliqué que le réseau 5G était si sophistiqué que si l'utilisateur se trouvait en face, plutôt que dos au noeud, il profiterait de meilleures vitesses, car le signal n'aurait pas à traverser son corps pour atteindre le téléphone. Et il avait raison.


Le noeud situé à l'angle des rues Thayer et Bowen fournit la 5G aux rues environnantes. (Crédit : IDG)

Parfois, la connexion 5G basculait en 4G alors que notre confrère ne se déplaçait pas. D'autres fois, elle rebasculait alors qu'il changeait de direction en marchant vers l'un des noeuds. Parfois, le Note 10+ indiquait une connexion au réseau 5G UWB, mais fournissait des vitesses inférieures à celles du LTE. Il a également constaté qu'il était presque impossible de se connecter à la 5G à l'intérieur d'un bâtiment. Mais, dans l'ensemble, il a été impressionné par ce qu'il a pu faire avec un téléphone 5G, même s'il pense que les utilisateurs feraient mieux d'attendre que le réseau soit beaucoup plus robuste avant d'opter pour mobile 5G.

L'avenir n'est pas pour aujourd'hui

À part sa couleur pourpre foncé et son modem 5G, le Galaxy Note 10+ 5G est identique en tous points au Note 10+. C'est un exploit en soi. Les précédents mobiles 5G, comme le Samsung Galaxy S10+ 5G et le LG V50 ThinQ 5G, étaient beaucoup plus épais et plus larges que leurs équivalents LTE, seule manière de résoudre des problèmes de chaleur, de batterie et de modem. Donc, soit le sud-coréen a confiance dans la batterie et dans le système de refroidissement du Note 10+, soit le constructeur n'a pas voulu augmenter davantage le prix de son mobile.

Cependant, même avec ce boitier, le Note 10+ était chaud au toucher pendant l'utilisation. Par rapport au Note 10+ courant, la batterie est très sollicitée, passant de 95 à 52 % après 2,5 heures de tests et de téléchargements. Certes, c'est plus que ce que feront la plupart des utilisateurs pendant un temps aussi court, mais même en le gardant dans sa poche, notre confrère a remarqué que la batterie se déchargeait sensiblement plus vite que celle du Note 10+ non-5G.

Lors de ses tests, notre confrère a régulièrement dépassé la barre du gigaoctet par seconde. (Crédit : Christopher Hebert/IDG)

Cette consommation d'énergie est due au basculement constant de la 4G vers la 5G, qui se produit beaucoup trop souvent pour être décompté. Cela se voit parfaitement quand le signal géant « 5G UWB » pousse les autres logos de côté pour s'afficher. Il faut espérer que Verizon le réduira avant que le logo 5G fasse son apparition sur tous les mobiles.

Verizon va consacrer les prochaines années à développer son réseau 5G mmWave. Il faudra donc du temps avant qu'il ne soit complètement en place. Et même si c'était déjà le cas, il ne faudrait probablement pas compter sur des vitesses de plusieurs gigabits au quotidien. Même si Verizon a déjà dépassé les 2 Gb/s dans certains tests et n'a pas fixé de limite technique quant à la vitesse de la 5G, il est difficile d'imaginer que la 5G offrira des vitesses stables en gigabit par seconde, d'après les problèmes rencontrés par notre confrère, alors qu'il était le seul à utiliser le réseau.

À l'image des services gigabits à domicile des câblo-opérateurs qui promettent aux utilisateurs d'atteindre le gigabit avec une connexion câblée sur un seul appareil, les vitesses de pointe de la 5G dans le monde réel n'atteindront probablement pas la valeur des meilleurs résultats enregistrés par notre confrère avec le Note 10+. Mais même si la 5G ne permet d'atteindre que la moitié des vitesses offertes par ce quartier de Providence, l'attente vaudra la peine. 

1e expérimentation 5G avec Verizon et un Samsung Galaxy Note 10+

Nos confrères de PCWorld ont voulu savoir comment se comportait le plus récent mobile de Samsung, le Galaxy Note 10+, sur le réseau 5G de Verizon. Entre vitesses vertigineuses et chutes de performance...

le 03/09/2019, par Michael Simon, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 1214 mots

Vodafone lance son réseau 5G au Royaume-Uni

L'opérateur Vodafone a activé son réseau de connectivité 5G dans certaines villes du Royaume-Uni et lancé plusieurs offres d'abonnement destinées aux particuliers et aux professionnels. Après la mise en...

le 09/07/2019, par Marie Black, IDG NS (adaptation Jean Elyan), 588 mots

Aston Martin Red Bull Racing avec AT&T pour couvrir ses besoins...

Grâce à une suite de solutions d'AT&T, l'équipe de Formule 1 d'Aston Martin Red Bull Racing peut mieux utiliser les données partout dans le monde. Fort d'un partenariat de huit ans, AT&T a livré

le 09/04/2019, par Samira Sarraf, IDG NS (adaptation Jean Elyan), 969 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Jamshid Rezaei

DSI de Mitel

Le DSI de Mitel, Jamshid Rezaei, a adopté le système japonais du Kaizen prônant l'amélioration continue...