Australie : La blockchain d'IBM utilisée pour la traçabilité de la filière viande - Actualités RT Sécurité

Australie : La blockchain d'IBM utilisée pour la traçabilité de la filière viande

le 20/03/2019, par George Nott, IDG NS (adapté par jean Elyan), Sécurité, 855 mots

Thomas Foods International et Drakes Supermarket ont dévoilé un projet de blockchain pilote basé sur la solution IBM Food Trust. Les premiers résultats sont encourageants.

Australie : La blockchain d'IBM utilisée pour la traçabilité de la filière viande

Le plus gros détaillant de produits alimentaires indépendant d'Australie s'est associé à la plus grande entreprise familiale de transformation de viande du pays pour tracer des steaks de boeuf jusqu'à la ferme d'origine grâce à la technologie blockchain. Les deux entreprises Thomas Foods International et Drakes Supermarket sont basées en Australie-Méridionale, cette dernière exploitant 50 magasins en Afrique du Sud et au Queensland. Hier, elles ont annoncé les résultats d'un projet pilote mené depuis trois mois avec la solution IBM Food Trust. Selon IBM, le projet a permis aux entreprises de « tracer tout le cycle de vie d'un produit alimentaire, depuis le lieu de production jusqu'au lieu de vente, et d'effectuer un suivi en temps réel ». Le projet pilote consistait à tracer l'origine d'un steak jusqu'à l'une des quatre fermes de production de Thomas Food.

Grâce à la solution IBM Food Trust basée sur Hyperledger Fabric, Thomas Foods et Drakes ont pu télécharger des données sur une plate-forme partagée, cartographier le cycle de vie des produits et suivre le cheminement des steaks dans la chaîne logistique. « Cette possibilité de suivre les données de chaque produit individuellement, et non par groupe de produits, nous permet de mieux comprendre comment il se déplace dans la chaîne d'approvisionnement. Ce niveau supplémentaire de transparence et de traçabilité est possible grâce à la technologie blockchain. Il va renforcer la confiance des clients et des consommateurs sur la provenance du produit », a déclaré Simon Tamke de Thomas Foods. « Notre collaboration avec IBM pour faire avancer notre projet est très satisfaisante. De plus, l'accueil de l'industrie et des clients est très positif », a-t-il ajouté.

Quelques secondes Vs quelques jours pour tracer un produit

Pour les acteurs de la chaîne d'approvisionnement alimentaire, cette « vision partagée » de l'information présente plusieurs avantages. Par exemple, en cas de rappel d'un produit, les clients peuvent rapidement identifier les lots à risque avec un minimum de faux positifs. Les détaillants peuvent également prouver la provenance et fournir un historique complet de chaque morceau de viande aux clients. « L'adoption d'IBM Food Trust accroît le niveau de granularité et permet la traçabilité d'un produit tout au long de la chaîne d'approvisionnement, et il faut beaucoup moins de temps, quelques secondes, contre quelques jours sans la blockchain, pour identifier l'origine d'un produit », a déclaré Tim Cartwright, directeur général des aliments frais chez Drakes. IBM affirme que sa solution Food Trust représente « l'un des plus grands et des plus actifs réseaux de chaînes de blocs d'entreprises au monde en production à ce jour ». IBM Food Trust a été lancé à la fin de l'an dernier après 18 mois de tests et est utilisé par un certain nombre d'entreprises dans le monde entier, comme le géant français de la distribution Carrefour et ses fournisseurs BeefChain, Smithfield et Dennick Fruit Source.

La plate-forme blockchain est disponible à partir du datacenter d'IBM localisé à Melbourne et devrait l'être prochainement à partir d'un autre datacenter localisé à Sydney. La chaîne de blocs d'IBM est accessible aux acteurs de la chaîne d'approvisionnement alimentaire en tant que service par abonnement. L'apport de données au réseau par les membres se fait sans frais. « Nous pensons que la technologie blockchain peut changer la donne en matière de traçabilité alimentaire. L'expérience menée par Drakes et Thomas Foods montre comment différents acteurs d'une même chaîne d'approvisionnement peuvent partager en toute sécurité des données et des événements clés, en dépassant les limites organisationnelles, pour le bien des consommateurs et pour le bénéfice de leurs propres processus commerciaux », a déclaré Rupert Colchester, responsable blockchain chez IBM Australie et Nouvelle-Zélande. « Ce type de collaboration devrait se multiplier au cours de l'année à venir, avec des groupes de partenaires travaillant ensemble dans l'intérêt de toute l'industrie alimentaire », a-t-il ajouté.

Un engouement autour de la blockchain

Les chaînes d'approvisionnement alimentaire ont atteint un bon niveau de maturité pour adopter les technologies blockchain. L'an dernier, la Commonwealth Bank of Australia et cinq grands acteurs de la chaîne d'approvisionnement ont échangé et suivi dix-sept tonnes d'amandes dans le cadre d'une expérience basée sur une chaîne de blocs. Des solutions similaires - comme la solution Intelligent Track and Trace d'Oracle - sont utilisées pour suivre les étapes clés de la chaîne d'approvisionnement, depuis les oliveraies italiennes jusqu'à la mise en bouteille de l'huile d'olive extra vierge vendue sous la marque Bellucci en Amérique du Nord.

Le plus compliqué dans la mise en oeuvre de réseaux de chaînes d'approvisionnement, c'est de réunir plusieurs parties prenantes derrière une solution unique. Un rapport publié en septembre par Gartner indique qu'un manque de données et de normes de gouvernance dans l'ensemble des grands écosystèmes de partenaires commerciaux « peut entraver la collaboration entre des groupes d'entreprises, retardant ainsi les projets pilotes et réduisant leur adoption à grande échelle ». L'étude de Gartner sur les solutions blockchain axées sur la chaîne d'approvisionnement a montré que le marché était « incertain, déroutant et trop tendance ». Selon Gartner, de nombreux cas d'usages « n'ont peut-être pas besoin de recourir d'emblée à la technologie de la chaîne de blocs ».

Mirai essaye d'étendre son emprise au SD-WAN

Après les périphériques connectés, le malware Mirai s'attaque aujourd'hui aux équipements SD-WAN pour accroitre la portée de ses attaques. Mirai, le malware qui a détourné des centaines de milliers d'appareils...

le 18/06/2019, par Jon Gold, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 531 mots

Cisco offre de la sécurité cloud pour les ressources SD-WAN

Pour compléter son offre SD-Wan Cisco ajoute le support de sa passerelle de sécurité cloud Umbrella. Alors que de nombreuses entreprises se tournent vers la technologie SD-WAN pour réduire leurs coûts,...

le 13/06/2019, par Michael Cooney, Network World (adaptation Jean Elyan), 1354 mots

Test Surfshark : Un VPN prometteur avec quelques extras

Arrivé récemment dans le monde du VPN, Surfshark dispose de solides atouts : il est assez rapide, offre nombre illimité de connexions simultanées à partir de plusieurs appareils. Et toutes les localisations...

le 10/06/2019, par Ian Paul, PCWorld (adapté par Jean Elyan), 1024 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Jamshid Rezaei

DSI de Mitel

Le DSI de Mitel, Jamshid Rezaei, a adopté le système japonais du Kaizen prônant l'amélioration continue...