BlackBerry vendu : projet industriel ou opération financière ? - Actualités RT Mobiles

BlackBerry vendu : projet industriel ou opération financière ?

le 24/09/2013, par D.B. avec IDG NS, Mobiles, 330 mots

Les canards boiteux ne passeront pas l'automne. Trois semaines après le rachat de l'activité mobiles de Nokia par Microsoft, BlackBerry change de main. Enfin presque, c'est l'un de ses actionnaires qui mène l'opération.

BlackBerry vendu : projet industriel ou opération financière ?

A la mi août, le conseil d'administration de BlackBerry laissait ouvertes toutes les hypothèses y compris celle d'un rachat. La planète financière s'est alors échauffée, citant Lenovo, Microsoft, HP et d'autres « possibles » plus exotiques. Le rachat est aujourd'hui effectif, mais il vient du conseil d'administration lui-même.

Fairfax Financial, un fonds canadien, détenait 10% de BlackBerry, société également canadienne. Fairfax a constitué un consortium d'investisseurs pour prendre le contrôle du constructeur. Ce consortium dont on ne connaît pas les autres actionnaires va racheter la totalité du capital du constructeur. Il s'agit donc au delà du rachat d'un projet industriel qui devrait voir le jour avec la prise de contrôle. La société est valorisée 4,7 milliards de dollars.

Quel projet industriel ?

BlackBerry sera retiré de la cote. Ce qui permettra de mieux la restructurer et d'appliquer justement le nouveau projet industriel. On notera que ces derniers jours un vaste plan de licenciement a déjà été annoncé, il porte sur 40% des effectifs. La société veut aussi réduire ses coûts de production de 50%.

Autre remise en cause récente, elle date du week-end dernier, BlackBerry a ouvert sa messagerie, BBS (BlackBerry Messenger) aux environnements iOS et Android. Le constructeur s'est également retiré du marché grand public pour se concentrer sur celui de l'entreprise qui  a fait son succès.

Jusqu'au 4 novembre

Les repreneurs vont devoir donner d'autres indications et un schéma cohérent pour convaincre de la possibilité de survie du constructeur. Ils ont jusqu'au 4 novembre pour présenter leur plan. Et dire s'ils veulent re-vendre à une société IT ou relancer la société par eux-mêmes.

BlackBerry est victime d'elle-même, la société n'a pas su évoluer, notamment face à Apple. Son BlackBerry 10 lancé en début d'année n'a pu enrayer la chute. Côté OS, la société serait n°4 avec 3% du marché, derrière Windows Phone 4%. Android est à 80%, iOS à 13%.

Le smartphone pliable de Samsung est encore immature

Un smartphone pliable ? Mille fois non ! Apple a eu raison d'attendre avant de livrer un iPhone pliable. À une semaine de la commercialisation du Galaxy Fold, Samsung aurait sans doute préféré rédiger un...

le 19/04/2019, par Michael Simon, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 1112 mots

Qualcomm mène la danse sur le marché des modems 5G

La domination de Qualcomm est-elle inévitable ? La question se pose après le retrait de son principal concurrent du marché des modems 5G pour smartphone. Alors que l'on s'attendait à une longue bataille entre...

le 18/04/2019, par Qualcomm a déjà annoncé un modem 5G Snapdragon X55 de seconde génération pouvant atteindre des vitesses de 7 Go/s. (Crédit Qualcomm), 605 mots

Webex accueille de nouvelles fonctions grâce à l'IA

Amy Chang, la nouvelle responsable de la collaboration de Cisco, veut rationaliser l'expérience utilisateur de la vidéoconférence et de la conférence vocale sous Webex. Cisco a ajouté des fonctions...

le 26/03/2019, par Matthew Finnegan, Computerworld (adaptation Jean Elyan), 905 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »