L'ancien patron de la NSA crée une start-up pour sécuriser les infra - Actualités RT Sécurité

L'ancien patron de la NSA crée une start-up pour sécuriser les infra

le 27/10/2015, par Didier Barathon, Sécurité, 377 mots

Général quatre étoiles à la retraite, Keith Alexander a pris la porte de la NSA après le scandale Snowden. Contrairement à nombre de ses homologues, il ne devient pas conseiller d'entreprises privées, mais réunit des fonds pour créer sa start-up.

L'ancien patron de la NSA crée une start-up pour sécuriser les infra

Elle s'appelle IronNet, c'est une start-up dédiée à la sécurité des réseaux. Elle vient de réunir un tour de table de 32,5 millions de dollars. Une opération menée par Trident Capital Cybersécurité, un fonds très spécialisé mené par Donald Dixon, rejoint par deux autres fonds : Kleiner Perkins Caufield & Byers-KPCB. Mais son fondateur n'est autre que Keith Alexander, ancien patron de la NSA et du Cyber Command (*) jusqu'à début 2014, date du scandale Snowden. Il est connu selon le Wall Street Journal pour être un peu geek.

Il l'a fondé avec d'autres anciens hauts fonctionnaires du ministère de la défense du National Counterterrorism et de l'Agence Defense advanced Research Projects, ce qui a suscité des controverses, d'habitudes les hauts fonctionnaires se contentent de pantoufler comme conseillers auprès des firmes de cybesécurité. Par précaution Keith Alexander a demandé à la NSA d'examiner les brevets déposés par IronNet de manière à certifier qu'ils n'ont pu être issus des travaux internes de l'Agence. Cette procédure est toujours en cours.

Sur le même sujetRSA sera-t-il intégré par Dell / EMC ou revendu sous la pression de Silver Lake ?Des militaires qui ciblent le privé

IronNet est spécialisée dans la détection des cyberattaques contre les infrastructures des entreprises et s'adresse donc au secteur privé, alors que ses fondateurs viennent de l'armée. "La cybersécurité est devenue la menace la plus pressante pour le secteur privé mondial et notre sécurité nationale, et les approches et les défenses existantes pour protéger les réseaux sont en deçà des besoins. IronNet crée un nouveau standard dans la cyber-sécurité en fournissant une nouvelle technologie  à nos clients, avec des niveaux de visibilité du réseau, un contrôle des données et de la sécurité sans précédent », note Keith Alexander.

IronNet utilise des modèles et des analyses comportementales avancées. Elle va créer des modèles informatiques afin de détecter le plus rapidement possible les comportements délictueux. Elle affronte ainsi FireEye, CrowdStrike, Palantir (la société qui aurait aidé à retrouver Ben Landen).  

(*) L'USCYBERCOM est un sous-commandement inter-armes chargé de la sécurité de l'information de l'armée américaine.

En photo : le général Alexander fait la promotion de sa start-up après avoir affronté les commissions d'enquête du Sénat


Les systèmes de visioconférence Polycom ciblés par des botnets

Un trio de botnets IoT basés sur Mirai, découvert par les chercheurs de WootCloud, exploite les systèmes de vidéoconférence Polycom non patchés. L'entreprise a publié un avis et les meilleures pratiques pour...

le 21/02/2019, par Lucian Constantin, IDG NS (adaptation Jean Elyan), 1024 mots

Les fuites de données en baisse en 2018

Selon un rapport de Risk Based Security, en 2018, il y a eu moins d'atteintes à la vie privée et moins de fuites de documents, évaluées à un total de 5 milliards, mais il est difficile de dire si cet impact...

le 18/02/2019, par Lucian Constantin, IDG NS (adaptation Jean Elyan), 899 mots

VPN gratuit : Opera fait son come-back sur Android

Après avoir fermé en 2018 son application de tunnel privé virtuel pour iOS et Android, Opera remet finalement le couvert avec un VPN gratuit pour un usage illimité. Quand, l'an dernier, Opera a annoncé la...

le 15/02/2019, par Michael Simon, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 167 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »