La base biométrique qui vaut 1 milliard de dollars - Actualités RT Sécurité

La base biométrique qui vaut 1 milliard de dollars

le 14/02/2008, par IDG News Service, Sécurité, 212 mots

Le FBI paie 1 milliard de dollars à Lockheed Martin pour constituer sa base de données biométriques.

La base biométrique qui vaut 1 milliard de dollars

Le FBI (Federal Bureau of Investigation) vient de confier au groupe Lockheed Martin la constitution d'une base de données biométriques de nouvelle génération. Le contrat s'étale sur dix ans. La base comportera l'image des iris, des visages et d'autres caractéristiques. Le nouveau système étendra le système actuel d'identification des empreintes (IAFIS ou Integrated Automated Fingerprint Identification System), qui est opéré à Clarksburg, West Virginia. Accroître les possibilités « IAFIS a été un outil fantastique afin d'aider la justice et mener la guerre contre le terrorisme, affirme Thomas E.Bush III, directeur assistant au FBI, le nouveau système va accroître nos possibilités et les accélérer, et nous amener dans le futur ». Le nouveau système va augmenter la capacité de la base d'empreintes actuelles, doublant sa taille, et intégrant également l'empreinte de la paume de la main et permettant la reconnaissance de l'iris et du visage. IBM a été recalé La base sera ouverte à de nouveaux marqueurs biométriques au fil de leur arrivée. Parmi les sociétés associées au projet, on trouve Accenture et BAE Systems Information Technology. Le contrat du FBI a été attribué à la suite d'un appel d'offres ouvert. Northrop Grumman et IBM avaient aussi répondu.

Une connaissance statistique de l'être humain

De nouveaux indicateurs biométriques ne cessent d'apparaître. Les empreintes digitales sont souvent citées comme les plus performantes. Mais les spécialistes travaillent aussi sur : l'iris, le visage (en 2D ou 3D), la forme de la main, la géométrie de l'oreille, les veines des bras, la voix, ... Ces indicateurs nécessitent une connaissance statistique du corps humain car on doit s'assurer que la probabilité d'une même signature biométrique pour deux personnes soit infime sur des populations de plus de quatre cent millions d'individus. Selon le nombre de points de comparaison retenus, en matière d'empreintes digitales, cela entraîne la prise en compte de plusieurs doigts, deux étant insuffisant. Il faut également noter que 2 à 3 % d'une population est inadaptée à un type de biométrie. Dans le cas des empreintes, il peut s'agir de personnes ayant eu les doigts coupés ou brûlés par des acides, ... Cela justifie également le recours à la multi modalité. Elle est plus coûteuse car elle associe plusieurs indicateurs biométriques afin de réduire les risques d'erreurs.

iOS 9 contourné par des hackers passant par le MDM

Selon une étude signée CheckPoint, des hackers contournent les restrictions pour le déploiement d'applications d'entreprise introduites dans iOS 9. Ils peuvent abuser du protocole de gestion des périphériques...

le 01/04/2016, par Lucian Constantin / IDG News Service (adapté par Didier Barathon), 443 mots

IBM lance sa plate-forme analytique de sécurité, QRadar, complétée...

Le marché de la cybersécurité dans le monde devrait passer de 77 milliards de dollars en 2015 à 170 milliards de dollars d'ici 2020. Les différents fournisseurs devront se partager 100 milliards de dollars au...

le 10/12/2015, par par Chris Player, IDG NS, et Steve Morgan, CSO, 531 mots

Trop de terminaux embarqués n'ont pas de dispositifs de sécurité

Un grand test de sécurité mené par Eurecom et une Université allemande a permis de découvrir facilement des milliers de vulnérabilités sur des terminaux embarqués. Visiblement, les fabricants n'ont pas ou pas...

le 23/11/2015, par Lucian Constantin, IDG NS, 668 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »