La carte d'identité électronique, clé du commerce en ligne ? - Actualités RT Sécurité

La carte d'identité électronique, clé du commerce en ligne ?

le 15/02/2008, par Jean Pierre Blettner, Sécurité, 779 mots

La future carte d'identité électronique française devrait embarquer des certificats. Des acteurs de la dématérialisation évaluent à plus de quatre milliards d'euros les économies et le développement de nouveaux marchés que l'usage de ces certificats pourrait entraîner.

La carte d'identité électronique, clé du commerce en ligne ?

C'est un rapport à la fois pointu, confus et pourtant instructif publié le 31 janvier dernier qui chiffre à plus de quatre milliards d'euros les gains qu'apporterait une meilleure authentification des particuliers sur internet grâce à l'usage des certificats de la future carte d'identité électronique française (CNIE). Les gains viendraient d'une augmentation de la productivité, du développement du volume d'affaire et de la dynamisation de l'activité économique. Un rapport de l'Afnor Le rapport est intitulé « Etude d'impact : la signature électronique et les infrastructures à clé publique dans le contexte de l'identité numérique ». Il étudie les attentes des différents secteurs de la vie économique en termes d'identification, d'authentification et de signature en ligne. Il est publié par l'Afnor en collaboration avec la SSII Cap Gemini, le cabinet d'avocats Caprioli & Associés, la Caisse des dépôts et consignations et le prestataire de services de certification Keynectis . A noter que dans ce cadre, Cap Gemini et Keynectis sont juge et partie, puisque le premier développe des applications en ligne tandis que le second vend des certificats électroniques. Il fournit entre autres au ministère des Finances les millions de certificats destinés à identifier les particuliers lors de leur déclaration d'impôts en ligne TeleIR. Les services aux particuliers étudiés L'étude a porté sur les usages des particuliers vis-à-vis des sphères publiques et privées : sites marchands, crédit à la consommation, banque de réseau et banque en ligne, actes juridiques, assurance maladie et services de l'Etat. Le document rappelle que le ministère de l'intérieur a décidé de rendre facultatifs les certificats d'authentification et de signature mais qu'ils seront fournis gratuitement aux ayant droits, lors de la remise du titre et activés par un code secret (code PIN ou Personal Identification Number) face à l'agent de mairie. Une méconnaissance du potentiel des certificats Le rapport insiste sur le fait que les prestataires de services en ligne n'ont pas encore perçu le potentiel considérable de ces certificats pouvant générer des signatures juridiquement équivalentes à une signature manuscrite et distribués à l'échelle d'un pays. Or, le potentiel de développement des services en ligne sur la base de certificats de CNIE serait considérable. Le rapport étudie plusieurs cas d'application où l'usage des certificats de la CNIE est susceptible d'être bénéfique même si les modes de calcul employés par les rédacteurs ne sont pas toujours d'une grande clarté. Un usage sur le crédit en ligne Par exemple, pour les organismes de crédit, le ratio entre prêt moyen et coût de conquête du client, pourrait diminuer de 5% à 3,75%. Cela entraînerait un gain de productivité de plus de 200 millions d'euros, si on estime le total d'encours à plus de 14 milliards d'euros. Dans la foulée, le cross-selling en ligne deviendrait modique, l'ensemble de la relation client étant dématérialisé. Dans ce cas, le ratio encours/conquête du client tomberait à 3%, générant un gain de productivité supérieur à 600 millions d'euros, sur un total estimé de 10 milliards d'euros en cross-selling. Toujours dans le rapport, le véritable gain, outre une réduction des frais de traitement, proviendrait de la progression des encours. Les demandes de prêt devraient augmenter de 3% en plus de la croissance déjà constatée (soit 750 millions d'Euros qui seront injectés dans l'économie, sur la base d'un montant d'encours cumulé d'environ 25 milliards d'euros). Si on estime à environ 3% le montant moyen des primes perçues sur des encours de prêts (en conquête et en cross-selling) évalués à plus de 25 milliards d'euros, le traitement dématérialisé des contrats d'assurance permettrait de réaliser un gain de productivité d'environ 150 millions d' euros, en baissant le coût de traitement des dossiers. La banque en ligne Dans le même ordre d'idées, la banque en ligne bénéficiera de l'usage des certificats de la CNIE. Une authentification en ligne par leur biais entraînerait une baisse des coûts de conquête du client d'environ 100 à 150 €, soit un gain de productivité d'environ 13 millions d'euros, si l'on considère que la moitié des nouveaux clients contracteront exclusivement par internet. Mais le véritable dynamisme se trouvera dans la progression des sommes investies par le biais du web - près de 2 milliards d'euros à ce jour - avec une croissance d'environ 10% l'an. Une CNIE toujours pas validée par l'assemblée nationale Citons, encore, la démarche de dématérialisation de plus de 130 millions de formulaires qui pourraient être traités automatiquement, si elle était massivement adoptée par les professions libérales, PME et indépendants, d'où un gain de productivité considérable pour les agents de l'Etat. Reste que le projet de carte d'identité électronique est toujours en attente d'un passage devant l'assemblée nationale.

iOS 9 contourné par des hackers passant par le MDM

Selon une étude signée CheckPoint, des hackers contournent les restrictions pour le déploiement d'applications d'entreprise introduites dans iOS 9. Ils peuvent abuser du protocole de gestion des périphériques...

le 01/04/2016, par Lucian Constantin / IDG News Service (adapté par Didier Barathon), 443 mots

IBM lance sa plate-forme analytique de sécurité, QRadar, complétée...

Le marché de la cybersécurité dans le monde devrait passer de 77 milliards de dollars en 2015 à 170 milliards de dollars d'ici 2020. Les différents fournisseurs devront se partager 100 milliards de dollars au...

le 10/12/2015, par par Chris Player, IDG NS, et Steve Morgan, CSO, 531 mots

Trop de terminaux embarqués n'ont pas de dispositifs de sécurité

Un grand test de sécurité mené par Eurecom et une Université allemande a permis de découvrir facilement des milliers de vulnérabilités sur des terminaux embarqués. Visiblement, les fabricants n'ont pas ou pas...

le 23/11/2015, par Lucian Constantin, IDG NS, 668 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »