La France autorise l'usage des technologies RFID dans la bande 865-868 Mhz

le 06/10/2006, par Christophe Bardy , RFID, 446 mots

Le ministère de l'Industrie vient d'homologuer la décision de l'Arcep de libérer l'utilisation des tags RFID dans la bande des 865 à 868 MHz. La France met ainsi fin au régime actuel d'autorisations individuelles et rejoint le concert mondial des nations ayant ouvert cette bande de fréquences aux tags UHF.

Le ministère de l'Industrie vient d'homologuer la décision prise par l'Autorité de réglementation des communications électroniques et postales (Arcep) d'autoriser l'usage des applications d'identification par radiofréquences ou RFID (Radio-Frequency Identification) dans la bande des 865 à 868 MHz. Cette décision, qui s'aligne sur les positions déjà prises par la plupart des pays mondiaux, dont nos principaux voisins, ouvre la voie à la banalisation dans l'hexagone des étiquettes RFID utilisant la bande UHF. Elle assure aussi l'interopérabilité en France des systèmes et puces utilisées au niveau mondial. Quatre types de technologies RFID Il existe aujourd'hui quatre grands types de fréquences pour les applications RFID, chacune plus ou moins adaptée à un contexte d'utilisation. Les deux premières étaient déjà libres d'utilisation en France : les tags basses fréquences (BF) fonctionnent dans la bande des 120 à 150 KHz et il peuvent être lus à une distance de l'ordre d'un mètre avec des vitesses de transferts de l'ordre de 10 Kbit/s. Les puces hautes fréquences (HF) fonctionnent dans la bande des 13,56 MHz et peuvent être lues jusqu'à une distance de 1 mètre. Ce sont aujourd'hui les puces RFID les plus déployées, notamment dans le domaine du marquage d'objets (livres, textiles, pièces détachées, médicaments...). Elles procurent des débits de lecture de l'ordre de 100 Kbit/s. La troisième catégorie, jusqu'alors réglementée en France, est celle des étiquettes ultra hautes fréquences (UHF) généralement utilisables dans la bande des 868 à 950 MHz. Avec des lecteurs adaptés, ces puces peuvent être lues à plusieurs mètres de distance et procurent des débits de transfert de l'ordre de 200 Kbit/s. Ce sont elles qui devraient connaître la plus forte croissance dans les années à venir du fait de leur normalisation par l'ISO (18000-6), mais surtout de leur utilisation par le consortium EPCglobal pour sa seconde génération de puces. Selon Otto Kilb, de Printronics, les tags ISO 18006 (ou EPCglobal Gen 2) sont bien plus robustes d'un point de vue radio que ceux de la première génération et leur lisibilité et rapidité de lecture ont été considérablement améliorées. Elles en font aujourd'hui les puces idéales pour les applications de logistique (suivi de containers et de colis). Notons enfin qu'il existe une dernière catégorie de puces utilisant la bande des 2,45 GHz (Hyperfréquences). Elles sont pour l'essentielles utilisées aux Etats-Unis. En savoir plus Réglementation et standards Le rapport du CGTI sur les technologies RFID Le site d'EPC Global France Quelques acteurs de la RFID : Tagsys RFID Systèmes Ask nxp Semiconductors Printronics

Mots clés et chiffres clés

ISO 18000 : L'organisation internationale des standards a édicté plusieurs normes radio pour les tags RFID, notamment ISO 18 000-2 pour les tags basses fréquences, ISO 18 000-3 (en cours) pour les applications en bande HF (13,56 MHz) et ISO 18 000-6 (en cours) dans la bande 860-926 MHz et ISO 18 000-4 dans la bande 2,45 GHz. Il est à noter que ISO1800-6 est l'interface radio retenue par l'EPC pour les tags Gen2. Tags : appellation anglo-saxonne donnée par les fabricants d'équipements RFID aux étiquettes électroniques à radio-fréquence. EPC Gen 2 : Désigne la seconde génération d'étiquettes électroniques UHF telles que spécifiées par le consortium EPCglobal. Chiffres clés +39% : c'est selon Gartner la croissance du secteur de la RFID en 2005, avec un CA global de 504 M$. 751 M$ : selon Gartner, c'est le chiffre d'affaires que devrait générer la RFID en 2006 dans le monde. Pour 2010, le cabinet table sur un CA de 3 Md$. 1,3 Md d'unités : Selon In-Stat, les constructeurs ont livré 1,3 milliard de puces RFID en 2005. Ce chiffre devrait atteindre 33 milliards de puces en 2010.

Un projet de bague avec une puce NFC intégrée séduit les internautes

La technologie sans fil NFC, de plus en plus intégrée dans les smartphones, permet l'échange de do

le 29/07/2013, par Relaxnews, 146 mots

L'armée française suit ses équipements avec des puces RFID

Le projet SILRIA (Système d'Information Logistique de suivi de la Ressource Inter-Armées) prévoit d'étiqueter le matériel avec des puces RFID. Il vient d'être attribué par le ministère de la Défense à un...

le 02/04/2013, par Bertrand LEMAIRE, 235 mots

MWC 2013 : Les grands opérateurs mobiles asiatiques coopèrent sur les...

Les trois plus grands opérateurs de Chine, Japon et Corée sont tombés d'accord pour assurer l'interopérabilité de leu

le 25/02/2013, par Jean Pierre Blettner avec IDG News Services, 255 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Jamshid Rezaei

DSI de Mitel

Le DSI de Mitel, Jamshid Rezaei, a adopté le système japonais du Kaizen prônant l'amélioration continue...