La sécurité dans les télécoms renforcée par une ordonnance - Actualités RT Sécurité

La sécurité dans les télécoms renforcée par une ordonnance

le 30/08/2011, par Bertrand LEMAIRE, Sécurité, 360 mots

Une ordonnance récemment parue au Journal Officiel renforce les obligations des fournisseurs de services de communications électroniques et des opérateurs télécoms. Elle créé notamment une obligation de révéler les fuites de données personnelles.

La sécurité dans les télécoms renforcée par une ordonnance

Le Journal Officiel a récemment publié l'ordonnance n° 2011-1012 du 24 août 2011 relative aux communications électroniques. De valeur législative mais prise par le gouvernement, cette ordonnance transpose des dispositions de plusieurs directives européennes dans le droit français. Elle renforce notablement les obligations de sécurité des opérateurs et des fournisseurs de services. Elle institue notamment une obligation de notification à la CNIL ou aux intéressés des fuites ou pertes de données personnelles.

Les premiers articles de l'ordonnance, ainsi que son titre II, sont relatifs à la régulation du marché des télécommunications. On y trouve notamment des dispositions sur de nouvelles obligations des opérateurs ou pour préciser les obligations existantes, comme l'accès aux infrastructures de tiers (article 9 notamment) ou les cessions significatives d'infrastructures. Rien, cependant, n'est ici révolutionnaire, à une exception près. En effet, le ministre en charge du secteur peut désormais imposer des audits de sécurité chez les opérateurs (article 6, modifiant les article L 33-9 et L 33-10 du Code des Postes et Communications Electroniques, le CPCE). Dans le même esprit, l'article 16 permet à l'ARCEP d'imposer des niveaux de service minimums aux opérateurs.

Le deuxième chapitre de l'ordonnance modifie des dispositions relatives aux contrats entre des fournisseurs de services de télécommunications (notamment d'accès à Internet) et les consommateurs. Il précise les modalités contractuelles sans remise en cause fondamentale. Le chapitre trois précise les dispositions relatives à la protection des données personnelles.

C'est à ce niveau, à l'article 39, qu'est instituée une obligation de notifier les « d'une violation de données à caractère personnel à la Commission nationale de l'informatique et des libertés ou à l'intéressé ». L'absence de cette notification est punie de 300 000 euros d'amende et 5 ans de prison. Elle ne concerne cependant que les fournisseurs de services de communications électroniques.

La répression du piratage est également accrue. Le titre III renforce ainsi les sanctions concernant la commercialisation d'appareils servant à pirater les communications électroniques. Le titre IV facilite, quant à lui, le travail des autorités judiciaires et policières face aux opérateurs.

L'avenir du controversé site Pwnhead en question

La question de l'avenir du site Pwnhead, qui répertorie et classe les chercheurs et les conférences sur la sécurité, se pose déjà, deux semaines à peine après son lancement, après les réactions négatives des...

le 16/01/2019, par George Nott, CIO Australie (adaptation Jean Elyan), 910 mots

Cisco met a jour un correctif critique pour son gestionnaire PLM

En fin de semaine dernière, Cisco a livré la mise à jour d'un patch destiné à corriger une vulnérabilité SQL critique dans Cisco Prime License Manager (PLM). Selon Cisco, la faille pouvait permettre à des...

le 24/12/2018, par Michael Cooney, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 284 mots

Test CyCognito, solution de monitoring de la cybersécurité en continu

La plate-forme CyCognito analyse les réseaux comme le font les pirates informatiques, c'est à dire depuis l'extérieur, sans aucune aide et sans profiter d'une règle favorable aménagée dans le processus...

le 19/12/2018, par John Breeden II, IDG NS (adaptation Jean Elyan), 1261 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »