L'officialisation du passeport biométrique soulève des questions sur les libertés individuelles - Actualités RT Sécurité

L'officialisation du passeport biométrique soulève des questions sur les libertés individuelles

le 04/05/2008, par Jean Pierre Blettner, Sécurité, 323 mots

Le journal officiel du 4 Mai officialise la création du passeport biométrique embarquant les empreintes digitales de la personne dans une puce électronique. Reste la question de la constitution d'une base centrale des empreintes qui pourrait permettre de remonter à tout français à partir des traces qu'il aura laissées.

L'officialisation du passeport biométrique soulève des questions sur les libertés individuelles

Le décret n° 2008-426 du 30 avril 2008 a été publié au journal officiel le dimanche 4 mai. Il officialise la création d'un passeport biométrique contenant dans une puce la photo de la personne et ses empreintes digitales. Ce décret modifie celui du 30 décembre 2005 qui était relatif aux passeports électroniques. Photo et huit empreintes recueillies Le nouveau décret stipule que « Lors du dépôt de la demande de passeport, il est procédé au recueil de l'image numérisée du visage et des empreintes digitales de huit doigts du demandeur ». Les empreintes digitales des enfants de moins de six ans ne sont pas recueillies. Afin de procéder à cette saisie, les mairies seront équipées d'équipements ad hoc (photo et empreintes digitales), qui font l'objet actuellement d'un appel d'offres. Les premiers passeports biométriques sont attendus pour cet automne. Base nationale des empreintes Il reste de nombreuses questions à résoudre. La principale concerne la constitution d'une base de données nationale des empreintes digitales et la possibilité de relier les empreintes d'une personne à son identité. Ce type de base de données est défendue par le ministère de l'intérieur afin de détecter les falsifications et les usurpations d'identités. Mais elle peut aussi permettre de remonter depuis des empreintes relevées par la police à l'occasion d'un crime ou d'un délit, vers une personne qui sera passée au mauvais endroit au mauvais moment. Dans ce cadre, on relève que le décret indique concernant les passeports qu'« Afin de [...] prévenir et détecter leur falsification et leur contrefaçon, le ministre de l'intérieur est autorisé à créer un système de traitement automatisé de données à caractère personnel dénommé TES. ». Reste à savoir ce que contient réellement ce système TES.

Assises de la Sécurité 2018 : L'ANSSI encourage l'analyse de risques

Lors de son discours inaugural des Assises de la sécurité, le directeur général de l'ANSSI Guillaume Poupard a insisté sur la généralisation de l'analyse de risque numérique au sein des entreprises. Le Cloud...

le 12/10/2018, par Jacques Cheminat, 818 mots

Airbus et Atos fourniront la pile cyberdéfense des institutions...

Airbus Cybersecurity et Atos viennent d'être retenus pour 6 ans par le Conseil de l'UE comme fournisseurs privilégiés de solutions de sécurité. Ils vont déployer une cyberprotection sur les systèmes...

le 10/10/2018, par Maryse GROS, 278 mots

Audits et simulation d'attaques pour tester la sécurité chez Locam

Filiale du Crédit Agricole, Locam a confié à Certilience les audits et simulations d'attaques de son SI pour en renforcer la sécurité. Spécialisée dans le financement locatif et le crédit-bail pour les...

le 08/10/2018, par Laurent Mavallet, 288 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »