Les VPN Cisco, Palo Alto, F5 et Pulse touchés par des failles - Actualités RT Sécurité

Les VPN Cisco, Palo Alto, F5 et Pulse touchés par des failles

le 15/04/2019, par Michael Cooney, Network World (adaptation Jean Elyan), Sécurité, 451 mots

D'après le Département américain de la sécurité intérieure (DHS), des packs VPN de Cisco, Palo Alto, F5 et Pulse présentent des défauts de sécurisation des tokens et des cookies. Des correctifs sont en cours de déploiement.

Les VPN Cisco, Palo Alto, F5 et Pulse touchés par des failles

Le Département américain de la sécurité intérieure a émis un avis de sécurité pour alerter sur un possible défaut de sécurisation des tokens et des cookies de certains packs logiciels VPN de Cisco, Palo Alto, F5 et Pusle. Ces bogues pourraient permettre à des acteurs malveillants d'envahir et de prendre le contrôle du système de l'utilisateur final. L'avertissement de l'agence Cybersecurity and Infrastructure Security Agency (CISA) du Departement of Homeland Security (DHS) arrive après un avis du Computer Emergency Response Team (CERT) de la Carnegie Mellon University selon lequel de multiples applications VPN stockent les cookies d'authentification et/ou de session dans une mémoire et/ou dans des fichiers logs non sécurisés. « Si un attaquant a un accès persistant au terminal d'un utilisateur VPN ou exfiltre le cookie en utilisant d'autres méthodes, il peut reproduire la session et contourner d'autres méthodes d'authentification », écrit ainsi le CERT. « Un attaquant pourrait alors avoir accès aux mêmes applications que l'utilisateur à travers sa session VPN ». 

Selon l'avis du CERT, les produits et versions des éditeurs suivants stockent leur cookie de manière non sécurisée dans des fichiers logs : Palo Alto Networks GlobalProtect Agent 4.1.0 pour Windows et GlobalProtect Agent 4.1.10 et versions antérieures pour macOS (CVE-2019-1573), de même que les versions Pulse Secure Connect Secure antérieures aux versions 8.1R14, 8.2, 8.3R6 et 9.0R2. Les produits et versions des éditeurs suivants stockent leurs cookies dans une mémoire non sécurisée : Palo Alto Networks GlobalProtect Agent 4.1.0 pour Windows et GlobalProtect Agent 4.1.10 et antérieurs pour macOS ; les versions Pulse Secure Connect Secure antérieures aux versions 8.1R14, 8.2, 8.3R6 et 9.0R2 de même que Cisco AnyConnect 4.7.x et versions antérieures. Le CERT indique par ailleurs que la version 4.1.1.1 de GlobalProtect Agent de Palo Alto Networks corrige cette vulnérabilité.

Un défaut de sécurité connu de F5 depuis 2017 Concernant l'avertissement du pack F5, l'agence précise que le problème de stockage non sécurisé dans la mémoire a été identifié dès 2013, mais qu'il n'a toujours pas été corrigé. Selon le même avis, il apparaît également que F5 avait connaissance de ce défaut de sécurisation dans le stockage des logs depuis 2017 et qu'il a été corrigé dans les versions 12.1.3 et 13.1.0 et suivantes. On peut trouver plus d'informations à ce sujet ici. Le CERT précise encore qu'il ne sait pas si, à la date de publication de l'avis, si des correctifs ont été émis pour Cisco AnyConnect et Pulse Secure Connect Secure. Selon le CERT, la découverte de la vulnérabilité est à mettre au crédit du National Defense ISAC Remote Access Working Group.

Les autorités accentuent leur pression pour déverrouiller les iPhone

Selon les défenseurs de la vie privée, « en refusant de mettre une porte dérobée permanente dans sa plate-forme iOS, Apple protège des millions d'utilisateurs contre les menaces futures des gouvernements et...

le 15/01/2020, par Lucas Mearian, Computerworld (adaptation Jean Elyan), 660 mots

L'avenir du VPN passe par WireGuard

Le VPN WireGuard offre de meilleures performances et une approche plus simple et plus efficace du chiffrement. Mais comment fonctionne ce VPN ? Et, est-il prêt pour l'entreprise ? WireGuard est un réseau privé...

le 02/01/2020, par Lucian Constantin, CSO (adapté par Jean Elyan), 1956 mots

Google sécurise l'envoi de SMS sur mobiles Android

Le déploiement des fonctions de vérification de SMS et de protection anti-spam est en cours sur les mobiles Android. Mais le cryptage de bout en bout fait toujours défaut. Google a démarré hier le déploiement...

le 13/12/2019, par Michael Simon, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 417 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Jamshid Rezaei

DSI de Mitel

Le DSI de Mitel, Jamshid Rezaei, a adopté le système japonais du Kaizen prônant l'amélioration continue...