Nokia utilise des drones pour tester des réseaux mobiles - Actualités RT Mobiles

Nokia utilise des drones pour tester des réseaux mobiles

le 08/07/2015, par Didier Barathon, Mobiles, 397 mots

Contrôler l'état des communications mobiles sur son réseau, le déployer, en tirer rapidement des données fiables : des contraintes fortes pour les opérateurs. Jusqu'alors, les réponses étaient manuelles, avec des risques d'erreurs et des temps d'attente longs.

Nokia utilise des drones pour tester des réseaux mobiles

Pour mener des tests sur des réseaux radio, ou vérifier l'état d'une tour de communication, les techniciens sont sollicités avec des analyses menées sur le terrain. Les inconvénients sont connus. Quand les conditions météorologiques sont défavorables par exemple, ces techniciens ne peuvent grimper sur les tours. Et l'opérateur emploit des moyens physiques pas toujours efficients ni très rapides à mettre en oeuvre.

Nokia Networks a donc pensé aux drones. Un test vient d'être effectué avec l'opérateur des Emirats Arabes Unis (nommé « DU »). Tests menés sur le stadium international de Dubaï, où peuvent tenir 25 000 personnes. Dans le drone, Nokia a placé un smartphone qui mesurait l'accessibilité du réseau mobile en différents endroits. Le test mené au stadium a fourni des indicateurs de performance (KPI) sur la qualité du réseau.

Cette opération comprenait aussi des tests menés sur la ville pour inspecter des aspects du réseau, les tours, les signaux (Line of Sight) qui relient les tours entre elles, ou le déploiement même du réseau. Les ingénieurs de Nokia savent maintenant si une fréquence utilisée est impactée par les arbres ou si la puissance utilisée est suffisante pour couvrir la distance (entre eux tours). C'est donc l'optimisation du réseau mobile qui est en jeu ont expliqué les deux partenaires. L'aspect smart cities étant ciblé tout comme celui propre à l'état du réseau mobile.

Des tests de performance poussés

Nokia affirme que ces tests et l'analyse automatisée qui en résulte sont plus fiables que les tests traditionnels de type manuel opérés jusqu'alors. Les données issues des tests sont envoyées et traitées immédiatement au Global delivery center de Nokia qui en tire rapidement des conclusions, donc sans ressaisies ou erreurs possibles. C'est cet aspect traitement des données et rapidité dans la délivrance des diagnostics qui est également intéressant dans l'utilisation des drones.

Nokia s'est entouré pour cette opération de partenaires technologiques. Ascom network testing fournit des smartphones avec un logiciel pré-installé de test. Les drones eux-mêmes viennent de Secutronic (Inspire 1 et Microdrones). Le finlandais avait commencé à parler des drones lors du dernier Mobile World Congresss, il compte désormais plusieurs cas d'utilisation.

En photo : les smartphones de tests utilisés par un drone au stadium de Dubaï.

Le smartphone pliable de Samsung est encore immature

Un smartphone pliable ? Mille fois non ! Apple a eu raison d'attendre avant de livrer un iPhone pliable. À une semaine de la commercialisation du Galaxy Fold, Samsung aurait sans doute préféré rédiger un...

le 19/04/2019, par Michael Simon, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 1112 mots

Qualcomm mène la danse sur le marché des modems 5G

La domination de Qualcomm est-elle inévitable ? La question se pose après le retrait de son principal concurrent du marché des modems 5G pour smartphone. Alors que l'on s'attendait à une longue bataille entre...

le 18/04/2019, par Qualcomm a déjà annoncé un modem 5G Snapdragon X55 de seconde génération pouvant atteindre des vitesses de 7 Go/s. (Crédit Qualcomm), 605 mots

Webex accueille de nouvelles fonctions grâce à l'IA

Amy Chang, la nouvelle responsable de la collaboration de Cisco, veut rationaliser l'expérience utilisateur de la vidéoconférence et de la conférence vocale sous Webex. Cisco a ajouté des fonctions...

le 26/03/2019, par Matthew Finnegan, Computerworld (adaptation Jean Elyan), 905 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »