Portugal Telecom racheté par le brésilien Oi - Actualités RT Opérateurs/FAI

Portugal Telecom racheté par le brésilien Oi

le 07/10/2013, par D.B., Opérateurs/FAI, 423 mots

C'est fait. Annoncé depuis des mois, le 1er rachat d'un opérateur européen par un acteur d'un pays émergent vient de se produire. Une affaire entre lusophones, Portugal Telecom va passer sous pavillon brésilien, celui du trop peu connu Oi.

Portugal Telecom racheté par le brésilien Oi

Portugal Telecom était déjà actionnaire du brésilien Oi (l'ex opérateur historique local) à hauteur de 22,4%.Une opération initiée en 2010. Cette fois, le rapprochement va plus loin, sauf que c'est le brésilien qui rachète le portugais. Le projet a été annoncé le 2 octobre, il prendra forme au cours du 1er semestre 2014.

Le nouveau groupe, annonce les deux partenaires, va peser 5,6 milliards d'euros. Il sera basé au Brésil à Rio. C'est le patron actuel d'Oi, Zeinal Bava qui en sera le n°1. Les premières communications sont visiblement destinées aux actionnaires, les deux partenaires insistent par exemple  sur les synergies créée par leur rapprochement, ils les évaluent à 1,8 milliard d'euros. Le nouveau groupe sera coté à la fois au Brésil et sur Nyse Euronext.

Deux opérateurs sont très endettés

La nouvelle société se nomme CorpCo. Oi va procéder à une augmentation de capital pour financer l'opération. Les actionnaires actuels de Portugal Telecom auront 38,1% du capital. Mais, comme les deux opérateurs sont très endettés, l'augmentation de capital pourrait servir d'abord au désendettement, ensuite à renforcer les positions au Brésil dans le secteur des mobiles.

Le n°2 brésilien du mobile,  TIM, est détenu par Telecom Italia qui souhaite s'en défaire, Telecom Italia est lui-même passé sous le contrôle de Telefonica, également présent au Brésil ! On voit que la recomposition des télécoms européennes a une forte composante Europe du sud / Amérique latine, avec des acteurs endettés, ce qui ajoute au flou de ce paysage.

4ème dans les mobiles

L'opération Portugal Telecom / Oi est une action défensive, à la fois pour Portugal Telecom et pour Oi qui se retrouve 4ème sur son marché national pour les mobiles. En fixe, il a 41% du marché, mais en mobiles il n'en a que 18,6% et se retrouve derrière Telefonica, TIM Brésil et Claro (filiale du mexicain America Movil).

Le nouveau groupe réalisera les trois quarts de son activité au Brésil, même si Portugal Telecom apporte des bases installées dans d'anciennes colonnies portugaises : Angola et Namibie en Afrique, Timor Oriental en Asie, par exemple.

"L'envolée des titres des deux opérateurs reflète la perspective de synergies, qui ouvre un potentiel de hausse d'au moins 14% pour PT", estime Guido dos Santos, analyste chez Caixa Investment Bank, interrogé par Reuters. "Le Brésil est un immense marché avec un fort potentiel de croissance, ce qui légitimise la création d'une entreprise commune brésilienne."

9 opérateurs, principalement européens, créent une alliance contre...

Une alliance se noue entre opérateurs pour s'échanger les meilleures innovations afin de contrer les OTT (over the top content). Ces nouveaux concurrents font peur aux opérateurs télécoms en empruntant leur...

le 16/02/2016, par Didier Barathon, 377 mots

Le démantèlement de Bouygues Télécom va réduire la concurrence

Ce mardi, le projet de vente de Bouygues Télécom devrait être annoncé, une vente qui se traduira par un démantèlement, Orange ne pouvant pour des raisons de règles concurrentielles, reprendre la totalité du...

le 15/02/2016, par Didier Barathon, 602 mots

ZTE s'investit plus fortement en France

Depuis dix ans, l'équipementier réseau ZTE est implanté en France. Il affiche des ambitions en particulier dans les systèmes radio, les smart cities, les collectivités locales, que ce soit aux côtés des RIP ou...

le 10/02/2016, par Didier Barathon, 372 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »