Promisec vérifie la conformité des règles de sécurité - Actualités RT Sécurité

Promisec vérifie la conformité des règles de sécurité

le 09/11/2006, par Eddye Dibar, Sécurité, 408 mots

Promisec lance une version majeure de son outil de protection centralisée des postes clients et des serveurs : Spectator Professional for Enterprises. Cet éditeur est spécialisé dans la détection des non conformités. «Spectator Professional est une solution sans agent, donc fournissant des résultats avec plus de fiabilité. Elle est globale car elle détecte les applications, les processus, les configurations de sécurité (stratégie de groupe, patches...), les services et les matériels non autorisés pour ensuite implémenter des mesures de réparation à distance, là est notre particularité», explique Yossi Elbaz, directeur commercial France chez Promisec. «Une des importantes innovations de notre nouvelle version est que notre solution sans agents est capable d'identifier tout agent de sécurité désactivé, volontairement ou non, et de le réactiver», ajoute-t-il. «Les dernières études montrent que 2 à 5% des agents antivirus sont non actifs», souligne Yossi Elbaz. Spectator Professional a pour but de maintenir l'activité de la première muraille de protection du poste de travail qu'est l'anti-virus. «Permettant de réaliser des audits de sécurité en continu, notre approche de détection nous différencie des solutions basées sur une approche unique de blocage», revendique-t-il. Spectator Professional élimine également les processus malveillants. «A partir de postes de référence, l'utilisateur peut facilement créer dans Spectator, pour l'ensemble de son organisation, des listes blanches de processus et de commandes de démarrage. Il y aura ensuite, par exemple pour les commandes de démarrage, une comparaison entre la liste de démarrage blanche et celle des postes clients distants, détaille Yossi Elbaz. Dans le différentiel Spectator pourra identifier un code malveillant car ce type d'élément se charge souvent avec le système d'exploitation et pollue la liste de démarrage. Dans le cas où les valeurs de registre ne sont pas conformes Spectator Professional ré-implémente les valeurs de registre d'origine. Spectator Professional s'intègre à tout système de protection anti-virale existant. Promisec n'a conclu aucun partenariat avec les éditeurs antivirus. Il s'agit d'une solution centralisée offrant la possibilité de gérer plusieurs sites distants, via une console d'administration et une console de reporting. Spectator Professional s'installe sur un serveur ou un simple poste de travail de haute performance (Windows XP avec 512 Mo de ram et un processeur 1,6 MHz). De base, Spectator Professional coûte 25 euros par poste, pour 200 postes. Puis la grille tarifaire est dégressive en fonction du nombre de postes. La première année de maintenance est comprise (mises à jour des bases de données et upgrade de la solution). Dès la seconde année, la maintenance revient à 15% du prix total.

iOS 9 contourné par des hackers passant par le MDM

Selon une étude signée CheckPoint, des hackers contournent les restrictions pour le déploiement d'applications d'entreprise introduites dans iOS 9. Ils peuvent abuser du protocole de gestion des périphériques...

le 01/04/2016, par Lucian Constantin / IDG News Service (adapté par Didier Barathon), 443 mots

IBM lance sa plate-forme analytique de sécurité, QRadar, complétée...

Le marché de la cybersécurité dans le monde devrait passer de 77 milliards de dollars en 2015 à 170 milliards de dollars d'ici 2020. Les différents fournisseurs devront se partager 100 milliards de dollars au...

le 10/12/2015, par par Chris Player, IDG NS, et Steve Morgan, CSO, 531 mots

Trop de terminaux embarqués n'ont pas de dispositifs de sécurité

Un grand test de sécurité mené par Eurecom et une Université allemande a permis de découvrir facilement des milliers de vulnérabilités sur des terminaux embarqués. Visiblement, les fabricants n'ont pas ou pas...

le 23/11/2015, par Lucian Constantin, IDG NS, 668 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »