Retour d'expérience : comment actif-conseil a choisi Navista et Completel - Actualités RT Opérateurs/FAI

Retour d'expérience : comment actif-conseil a choisi Navista et Completel

le 16/04/2014, par Didier Barathon, Opérateurs/FAI, 460 mots

Les PME se trouvent confrontées partout en France aux mêmes problématiques : des coûts prohibitifs, des liaisons incertaines, une sécurité défaillante pour leurs clients. Dès qu'elles veulent grandir, les télécoms et la sécurité deviennent des axes encore plus essentiels.

Retour d'expérience : comment actif-conseil a choisi Navista et Completel

C'est un cabinet d'expertise comptable et de conseils aux entreprises, nommé actif-conseil, basé dans les Pyrénées- Orientales avec trois agences, deux sur Perpignan même, l'autre à Prades, sous-préfecture. Un site central et deux établissements secondaires avec des problèmes de liaisons, soit avec l'agence secondaire de Perpignan soit avec celle de Prades distante d'une quarantaine de kilomètres de Perpignan. Les anciennes connexions basées sur adsl 2+ et sdsl 2 méga, avec un service TSE (remote control) n'aboutissaient qu'à une insatisfaction générale. La qualité de la bande passante était perturbée en permanence, elle s'avérait peu fiable sur les établissements secondaires avec des perturbations du dslam. Difficile dans ces conditions d'assurer, de manière sécurisée, des échanges de fichiers clients, leurs bilans financiers et leurs différentes déclarations légales constituant l'essentiel du trafic de données qui fait le quotidien du cabinet.

Le problème technique est donc un apparence, derrière se greffent des questions professionnelles de fiabilité de la relation client pour un expert-comptable de taille régionale. Les associés du cabinet actif-conseil souhaitent d'ailleurs sécuriser les transactions, les échanges de fichiers comptables de leurs clients et assurer à leurs collaborateurs comme aux clients un télétravail totalement fiable. Il faut savoir quand un collaborateur se connecte et quand il cesse cette liaison, les collaborateurs travaillent en effet la majeure partie de leur temps chez leur client. Une problématique technique et professionnelle complexe.

Un quart d'heure d'installation

Laurent Bacou (en photo), responsable informatique du cabinet connaît justement un intégrateur, Mister IT, partenaire de Navista, opérateur basé également à Perpignan et spécialiste des VPN. L'alternative qui lui est présentée fait rapidement la différence par rapport aux conditions de l'opérateur historique. Le Cabinet choisit en fait de faire appel à un duo : Navista et Completel. Le premier apporte ses serveurs-routeurs, un M 200 et un M 300. Pour les installer... il faut un quart d'heures, raconte Laurent Bacou. Ils intègrent un firewall et un anti-spam. Quant à Completel, c'est tout simplement de la fibre et une offre sdsl à 8 méga, au même prix que le sdsl 2 méga proposé par l'opérateur historique. En plus, la 4G amenée par Navista sert de back-up. « Ca marche très bien » souligne Laurent Bacou. « Le système Navista apporte également des indicateurs réguliers, sur la bande passante, les attaques, la qualité du réseau ».

Le coût s'est également révélé attractif, par rapport à l'opérateur historique, mais aussi en passant à la location. Le M200 revient à 124 euros par mois, le M300 à 189 euros. Tout est intégré dans le contrat de Navista, l'assistance et l'upgade. Les liaisons de Completel reviennent à 565 euros par mois tout compris.

Circet croque Cableven pour accélérer son essor en Europe

En plein développement hors des frontières européennes, l'intégrateur d'infrastructures de réseaux varois Circet poursuit sa stratégie d'expansion géographique en mettant la main sur Cableven, un opérateur...

le 03/01/2019, par Véronique Arène, 338 mots

Clap de fin pour le Cebit

Créé en 1986, le Cebit de Hanovre, salon consacré aux technologies informatiques et de télécommunications, vient d'être arrêté par ses organisateurs. Il n'y aura pas d'édition 2019. Les thématiques couvertes...

le 30/11/2018, par Maryse GROS, 410 mots

Orange arrête de vendre ses offres RTC à dater du 15 novembre

L'opérateur Orange profite de l'annonce de l'Arcep sur les premières zones dans lesquelles le RTC sera remplacé par l'IP pour indiquer qu'il ne commercialisera plus que des offres de téléphonie fixe basées sur...

le 29/10/2018, par Nicolas Certes, 233 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »