RFID : sans danger mais mieux vaut prendre quelques précautions, selon l'Afsset - Actualités RT RFID

RFID : sans danger mais mieux vaut prendre quelques précautions, selon l'Afsset

le 03/02/2009, par Jean Pierre Blettner, RFID, 468 mots

L'Agence Française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail s'est penchée sur les puces RFID, les lecteurs associés et leur usage. Son verdict : il n'y a pas de risque sanitaire établi mais il faut poursuivre les recherches et prendre des précautions.

RFID : sans danger mais mieux vaut prendre quelques précautions, selon l'Afsset

L'Agence Française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset) a remis son avis sur les technologies RFID. A priori, le RFID est sans danger, mais l'Agence - dans un rapport excessivement emberlificoté - recommande de poursuivre les tests et de prendre des précautions lors de son usage, en particulier en milieu professionnel, à très courte distance et lors d'une exposition localisée sur le corps humain. Le rapport est téléchargeable ici. Plus précisément, l'Agence conclut : "L'étude de la littérature, ainsi que les résultats des campagnes de mesure, ne permettent pas, à ce jour, d'établir l'existence d'un risque sanitaire lié à l'exposition aux champs électromagnétiques émis par des systèmes RFID. Toutefois il est à noter que l'exposition professionnelle peut-être nettement plus importante que celle de la population générale." Face à cette conclusion qui semble tabler sur l'innocuité tant que l'on n'en sait pas plus, l'agence recommande plusieurs actions qui sèment le doute sur la non dangerosité du RFID : - Il est nécessaire de poursuivre la veille scientifique sur la recherche des effets biologiques des rayonnements aux fréquences spécifiques des RFID, - Les spécifications techniques des systèmes RFID n'étant pas standardisées, de nombreux systèmes étant en cours de développement. Il est nécessaire de : x Concentrer les recherches sur les expositions professionnelles utilisant des systèmes RFID à fonctionnement continu, qui représentent les scénarios d'exposition identifiés les plus défavorables, de rechercher et d'identifier de possibles incompatibilités électromagnétiques avec des dispositifs actifs médicaux implantés, x s'intéresser aux effets psychologiques potentiels liés au développement de ces technologies d'identification et de traçabilité, notamment dans le cas des puces RFID implantables dans le corps humain, si cela devait se développer en France, - Un grand nombre de fabricants ou intégrateurs de systèmes RFID ont été identifiés, de dimensions variables. Tous ne semblent pas être au courant de la nécessité de contrôler les dispositifs commercialisés, - Il est souhaitable que les constructeurs, intégrateurs et entreprises utilisatrices de systèmes RFID : x vérifient que leur personnel n'est pas soumis à une exposition au champ électromagnétique supérieure aux valeurs limites recommandées par l'ICNIRP (International Commission on Non Ionizing Radiation Protection - Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants), x limitent les expositions inutiles, dans la mesure ou il existe des solutions techniques ou organisationnelles simples permettant d'en réduire l'intensité ou la fréquence, - Les systèmes RFID, notamment dans les basses fréquences, induisent généralement des expositions très localisées. Il conviendrait d'enrichir la normalisation pour en tenir compte, - Enfin, démarche verte oblige, il faut encourager la mise sur le marché des étiquettes les moins polluantes.

Un projet de bague avec une puce NFC intégrée séduit les internautes

La technologie sans fil NFC, de plus en plus intégrée dans les smartphones, permet l'échange de do

le 29/07/2013, par Relaxnews, 146 mots

L'armée française suit ses équipements avec des puces RFID

Le projet SILRIA (Système d'Information Logistique de suivi de la Ressource Inter-Armées) prévoit d'étiqueter le matériel avec des puces RFID. Il vient d'être attribué par le ministère de la Défense à un...

le 02/04/2013, par Bertrand LEMAIRE, 235 mots

MWC 2013 : Les grands opérateurs mobiles asiatiques coopèrent sur les...

Les trois plus grands opérateurs de Chine, Japon et Corée sont tombés d'accord pour assurer l'interopérabilité de leu

le 25/02/2013, par Jean Pierre Blettner avec IDG News Services, 255 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »