Simplicité, sécurité et universalité comme clés du paiement mobile - Actualités RT Sécurité

Simplicité, sécurité et universalité comme clés du paiement mobile

le 05/06/2013, par Bertrand LEMAIRE, Sécurité, 727 mots

Le paiement par terminal mobile pourrait bien bouleverser le commerce. Les acteurs en présence, des banques aux distributeurs en passant par Google et Apple, s'allient ou s'opposent pour maîtriser la donnée client.

Simplicité, sécurité et universalité comme clés du paiement mobile

« L'usage d'un terminal mobile, comme un smartphone, permet d'envisager des moyens de paiement simples et rapides pouvant aller jusqu'au paiement en un clic » a expliqué Alex Rolfe (en photo, à gauche), directeur général et éditeur de Payments Cards & Mobile. Il présentait une étude sur les technologies de paiement mobile en amont du prochain salon Cartes Secure Connexions Event organisé par Comexposium sous la responsabilité d'Isabelle Alfano (en photo, à droite). Ce salon aura lieu du mardi 19 novembre 2013 au jeudi 21 novembre 2013 au Parc des Expositions de Paris Nord Villepinte. Les paiements mobiles pourraient bien bouleverser le commerce dans les prochaines années.

Plusieurs familles d'acteurs s'opposent sur ce secteur émergent, chacun avec leurs intérêts. L'enjeu n'est rien de moins que la connaissance précise sur le moindre geste du consommateur et donc la maîtrise de la relation client. Guillaume Rio, responsable tendances technologiques à l'Echangeur By Laser, a souligné lors de la présentation : « il y a plein de start-up proposant des technologies s'intégrant aisément au système d'information des distributeurs ». Trois types d'acteurs peuvent s'intéresser au sujet : les distributeurs d'une part et les banques d'autre part, bien entendu, mais aussi les firmes technologiques telles que Apple ou Google.

Bagarre de géants autour du paiement mobile

« Le paiement en lui-même ne porte pas de valeur et il faut donc y adjoindre du service » a averti Benoît Liagre, DG de Flash'n Pay et Directeur Innovation et Organisation de la Banque Accord. Les applications de paiement mobile, pour être adoptées, doivent donc associer le paiement lui-même à un stockage de cartes de fidélité, la délivrance de méta-informations sur le produit (fiche diététique sur un aliment par exemple), etc. Cette agrégation peut se faire au travers d'un « wallet ».

Or ces wallets peuvent être proposées par des acteurs technologiques tels que Google ou Apple comme par des distributeurs. Aux Etats-Unis, Wall-Mart, souhaitant conserver la maîtrise de sa clientèle, a décidé de fonder son propre consortium de distributeurs, nommé MCX, proposant un wallet partagé. Bizarrement, aucune banque de détail ne s'est lancée dans un tel projet.

Benoît Liagre juge : « Aucune solution ne percera si elle n'est pas standard voire universelle »

De gauche à droite : Vincent Berge, PDG de Think&Go NFC ; Guillaume Rio, responsable tendances technologiques à l'Echangeur By Laser ; Benoît Liagre, DG de Flash'n Pay et Directeur Innovation et Organisation de la Banque Accord.

Flash & Pay a lancé une solution associant un QR code et un code PIN. Cette société, initiée par le groupe Auchan et sa Banque Accord, se veut un équivalent français à MCX. A l'inverse, Think & Go NFC, comme son nom l'indique, a choisi le NFC.

Chaque technologie a ses avantages et ses inconvénients (...)



Chaque technologie a ses avantages et ses inconvénients soulignés par l'étude présentée par Alex Rolfe.

Si le QR Code a l'avantage de la simplicité et de l'universalité (n'importe quel smartphone a un appareil photo intégré pouvant le lire), il est d'un usage lent et pas toujours simple. « Scanner le code barre ou le QR code d'un produit prend au moins 5 secondes contre moins d'une seconde pour la lecture d'un tag NFC » persifle Vincent Berge.

De fait, tous les acteurs estiment que le QR Code n'est ni sûr (pas plus que la piste magnétique des cartes l'utilisant encore) ni pratique. Les cartes à puce traditionnelles sont considérées comme les plus sures. Les cartes porte-monnaie (avec une somme pré-chargée sur le modèle de Moneo) sans contact sont considérées comme les plus sures et les plus pratiques. Le NFC est également apprécié, qu'il s'agisse de son usage direct via mobile ou via un « wallet ».

Par contre, les différentes catégories d'acteurs ont des appréciations divergentes des services et des modalités du paiement sans contact. Ainsi, les distributeurs insistent sur la nécessité qu'un mode de paiement puissent être autant utiliser en ligne qu'en magasin et permettent de mettre en avant des promotions. Les banques, par contre, n'y voient guère d'intérêt et insistent plutôt sur la sécurité. Mais tout le monde se retrouve que l'indispensable rapidité du paiement lors d'un passage en magasin.

Au final, il s'agit tout de même de déclencher davantage de ventes, le côté innovant ou « cool » d'un nouveau mode de paiement faisant unanimement sourire.

Renforcer la sécurité de son VPN

Le travail à distance des employés oblige les entreprises à fournir des solutions de connexions sécurisées en VPN. Mais pour minimiser les vulnérabilités, il faut bien les configurer. Voilà 5 points de...

le 29/07/2020, par Susan Bradley, IDG NS (adaptation Jean Elyan), 1211 mots

Comment les fabricants de routeurs SoHo ont failli en matière de...

Dans chacun des 127 routeurs qu'il a examinés, l'Institut Fraunhofer a découvert 53 vulnérabilités critiques en moyenne. Aucun appareil n'était totalement protégé. Voilà des années que l'on sait que les...

le 24/07/2020, par Mark Hachman, PC World (adaptation Jean Elyan), 1307 mots

Mozilla déploie un service VPN payant pour Firefox

Avec Mozilla VPN, l'éditeur de Firefox cherche à tirer plus de revenus de son navigateur. Le réseau privé virtuel pour Windows et Android est en cours de déploiement aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni...

le 21/07/2020, par Gregg Keizer, Computerworld (adapté par Jean Elyan), 690 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Jamshid Rezaei

DSI de Mitel

Le DSI de Mitel, Jamshid Rezaei, a adopté le système japonais du Kaizen prônant l'amélioration continue...