Xavier Niel veut jouer un rôle actif dans Telecom Italia - Actualités RT Opérateurs/FAI

Xavier Niel veut jouer un rôle actif dans Telecom Italia

le 10/12/2015, par Didier Barathon avec Reuters, Opérateurs/FAI, 366 mots

Le dossier Telecom Italia suscite beaucoup d'interrogations, deux grands investisseurs français étant montés rapidement au capital de l'opérateur italien. Il reste à connaître leurs intentions réelles, le potentiel de cet opérateur et la réaction des italiens forcément protectionnistes pour un tel actif.

Xavier Niel veut jouer un rôle actif dans Telecom Italia

Nouveauté de taille dans le dossier Télécom Italia, les intentions de Xavier Niel sont dévoilées, du moins une première partie. La Consob, l'autorité locale des marchés financiers a reçu de sa part un document présentant ses intentions, il fait de cette participation un investissement stratégique,  et veut entrer au conseil d'administration, discuter avec d'autres actionnaires. 

Un conseil d'administration doit effectivement se tenir le 15 décembre. Vivendi aurait actuellement un peu plus de 20% du capital, ce serait le 1er actionnaire, Xavier Niel via sa holding personnelle NJJ (basée à Monaco et détenant Monaco Télécom et Salt en Suisse) un peu plus de 15%. Dernier arrivé, JP Morgan serait aux alentours de 10%. Nul ne sait si ces trois, ou deux d'entre eux, se sont concertés, au sens financier du terme, pour investir ainsi.

Bolloré se sent prémuni

En Italie, cet activisme sur l'un des fleurons nationaux provoque des remous. Des investisseurs institutionnels s'opposent ouvertement à Vivendi, alors que Vincent Bolloré connaît parfaitement depuis 30 ans le capitalisme italien et se sent prémuni contre ce genre de réaction. Telecom Italia a connu une vie mouvementée, avec plusieurs changements d'actionnaires depuis sa création en 1994. Il est également très implanté en Amérique latine, après s'être séparé de sa filiale argentine, il détient Tim Brasil, principal rival d'Oi, le n°1 local. Mais les dernières rumeurs lui font vendre sa filiale brésilienne.

Autre incertitude de taille, nul ne connaît les raisons des investisseurs français, Vivendi cherche peut être un autre point d'ancrage réseaux / contenus dans un autre pays d'Europe. Les intentions de Xavier Niel sont plus discrètes, mais prendre le contrôle et redresser Télécom Italia lui donnerait une position forte à côté de la Suisse où il est n°3. Des participations faites à titre personnel. Altice a renoncé, n'ayant plus les moyens  de ce type d'ambitions, quant à Orange il a aligné plusieurs démentis, ce qui ne signifie pas toujours un « non » définitif.

En photo : Xavier Niel poursuit, via sa holding personnelle, ses investissements à l'international

Circet croque Cableven pour accélérer son essor en Europe

En plein développement hors des frontières européennes, l'intégrateur d'infrastructures de réseaux varois Circet poursuit sa stratégie d'expansion géographique en mettant la main sur Cableven, un opérateur...

le 03/01/2019, par Véronique Arène, 338 mots

Clap de fin pour le Cebit

Créé en 1986, le Cebit de Hanovre, salon consacré aux technologies informatiques et de télécommunications, vient d'être arrêté par ses organisateurs. Il n'y aura pas d'édition 2019. Les thématiques couvertes...

le 30/11/2018, par Maryse GROS, 410 mots

Orange arrête de vendre ses offres RTC à dater du 15 novembre

L'opérateur Orange profite de l'annonce de l'Arcep sur les premières zones dans lesquelles le RTC sera remplacé par l'IP pour indiquer qu'il ne commercialisera plus que des offres de téléphonie fixe basées sur...

le 29/10/2018, par Nicolas Certes, 233 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »